Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Don Juan
Théâtre national de Chaillot  (Paris)  octobre 2020

Pièce chorégraphique de Johan Inger sur une composition originale de Marc Álvarez avec les danseurs de la Fondazione Nazionale della Danza-Aterballetto.

C'est à une version volontiers plus douce et plus colorée de l'histoire de "Don Juan" que convie le chorégraphe suédois Johan Inger avec les 16 danseurs de la compagnie italienne Aterballetto.

Qu'on ne s'attende pas ici à la statue du Commandeur, à sa colère et à un sort infernal final pour Don Juan l'impie. Car le personnage du Commandeur est tout bonnement remplacé par celui de la mère de Don Juan.

Quant à lui, il n'est jamais le philosophe fanfaron du néant se jetant à corps perdu dans les conquêtes pour y perdre son âme. Sa grandiloquence est tempérée par le personnage très présent, quasi son alter ego, de son valet Leporello, devenu Leo, avec qui se développe une relation complexe écornant un peu l'idéologie machiste de Don Juan.

Pour enlever tout le côté noir et désespéré du personnage, la musique composée par Marc Alvarez se réfère plus au "Don Juan" de Glück qu'à celui de Mozart et alterne les scènes intimes et les scènes d'ensemble.

Dans son adaptation, le dramaturge Gregor Acuna-Pohl a voulu travailler la psychologie du personnage de Don Juan en creusant ses différentes rencontres, en en faisant des moments d'intimité où l'écoute des autres a plus d'importance que son propre discours qui traduit une énorme solitude, où leur présence interagit sur son propre caractère.

C'est un périple, une fuite en avant, avec ses hasards, beaux ou mauvais, qui conduit Don Juan a sa tragédie, qui prend une forme une différente puisque le Commandeur est une Commandeure et sa mère plutôt que son père.

Chorégraphe résolument moderne, Johan Inger aime le rythme, que ce soit dans les scènes d'ensemble où les danseurs multiplient les courses et les sauts, que ce soit dans les scènes intimes où Don Juan ensorcelle ses conquêtes à coups de portés. La scène du mariage où il enlève la jeune épousée est particulièrement réussie dans le mélange des genres. Comme l'est aussi la scène finale, celle d'un somptueux bal masqué où les masques vont tomber.

Inger bénéficie du remarquable travail sur la lumière de Fabiana Piccioli et de la beauté des costumes irradiant de couleurs de Bredje Van Balen, apportant une touche de légèreté au drame imposé. Est-ce vraiment comme il est dit "Don Juan à l'ère de #Metoo" ou simplement l'histoire d'un séducteur surfait dans sa suffisance, d'un homme qui doute plus qu'on ne croit de son pouvoir ?

Don Juan, vu et corrigé par Johan Inger, est un être plus complexe qui profite encore quelques instants au maximum d'un monde où il n'a plus sa place. Alors il danse bravement tant qu'il peut encore en être dans cet hymne au mouvement enfin heureux des corps que dessine le chorégraphe suédois.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=