Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Théo Charaf
Théo Charaf  (Wita Records)  janvier 2021

Quand on lit le dossier de presse de Théo Charaf, on peut lire : traversé par les esprits de Mississippi John Hurt, Skipe James, Blaze Foley ou tous ces folksingers des grands espaces cabossés par l'existence de la route.

Ce qui peut paraître a priori assez pompeux quand on a à peine 27 ans et jamais sorti d’album et pourtant, dès que les premières notes de "Vampire" qui ouvre l’album résonnent, on est complètement subjugué par la musique de Théo Charaf.

Ce jeune homme de 27 ans qui joue de la guitare et chante avec un supplément d'âme de ceux qui le font pour les bonnes raisons, pour s'exprimer et passer un flambeau qui réchauffe plutôt que par imitation.

Il est venu au blues après avoir joué dans des groupes de punk-rock, et c’est en passant par le rock et les vieilles racines de Led Zeppelin ou des Stones qu’il est arrivé là où il est aujourd’hui.

Effectivement, Théo Charaf est bien traversé par les esprits de Mississippi John Hurt entre autres. Il rend aussi hommage à Skip James en reprenant deux titres : "Devil Got My Woman" et "Hard Time Killing Floor".

Son album est un concentré de folk blues avec une voix grave, posée et des compositions simples, en apparence, mais terriblement efficace pour les amateurs du genre. Sur le premier titre "Vampire", la guitare me rappelle un titre de Bon Jovi mais très vite on est aspiré par le titre qui prend son envol. L’album est un très bon album de folks et debBlues, vous connaissez mon goût pour les étiquettes depuis le temps.

Après quelques rencontres, notamment celle de l'illustrateur et fan de blues Jean-Luc Navette qui va signer la pochette de ce premier album, qui n’est pas sans évoquer un peu Neil Young je trouve et qui avait signé en son temps celle de Triple Ripple d’Automatic City, que j’avais déjà trouvé très belle et qui est complètement différente, il va être mis en contact avec le label Wita Records.

Ils vont alors donner une chance à Théo Charaf, leur coup de cœur et vont sortir son premier album, le deuxième pour le label. Album enregistré et mixé chez Electronic Recording, le studio vintage d’Hervé Bessenay.

Le rêve de Théo Charaf est de vivre de sa musique et lui qui a commencé sa carrière à Lyon à servir des bières pendant 8 ans dans les salles de concert sera, on le souhaite tous, dans ses mêmes salles mais sur scène.

Le label Wita Records a été créé entre autres par deux membres de Automatic City qui sont Éric Duperray et Emmanuel Mercier. Si ces deux-là dans leur groupe jouent de la musique en aventuriers et en alchimistes, ils veulent aussi produire de la musique, la leur et puis celle des autres.

Voilà donc leur fantaisie libertaire, leur soif d’aventure, devenir une ligne directrice. Ils ont des beaux projets : un live d’Automatic City et un album des Dynamics également. Dont on ne manquera pas de parler en temps et en heure.

On leur souhaite une longue carrière et que leur production rejoigne sur les étagères des disquaires des titres et des albums qui ne prendront jamais la poussière.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Théo Charaf
Le Facebook de Théo Charaf


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=