Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Empire des sens de Boucher à Greuze
Musée Cognacq-Jay  Du19 mai au 19 juilet 2021

Dédié à l'art du 18ème siècle, le Musée Cognac-Jay sis dans un hôtel particulier de Donon dont des salons à boiseries sont dédiés aux expositions temporaires s'avère particulièrement adéquat pour présenter l'exposition "L'Empire des sens, de Boucher à Greuze" consacrée au fleuron de la peinture érotique.

Car composée d'une sélection d'oeuvres dites "audacieuses" de format non monumental car non destinées à l'espace public ou à monstration ostentatoire dans les salons de réception.

En effet, cette production picturale ressortant au style Rococo résulte quasiment exclusivement de commandes d'amateurs avertis et de collectionneurs compulsifs pour un usage intime dans les cabinets, boudoirs et folies régiées dans les demeures campagnardes nommées "petites maisons" et à la décoration des lieux urbains de plaisirs tarifés.

Scandé par une centaine de peintures, dessins et estampes dont des chefs d'oeuvre inédits en France, le parcours déploie ce que la commissaire Annick Lemoine, directrice du musée, qualifie de "polysémie amoureuse" déclinée par les peintres de ce siècle, de Watteau à Greuze en passant par Fragonard, et ponctuée par les créations de François Boucher célébré à occasion du 250ème anniversaire de sa mort.

L'Eros réinventé

A la galanterie pratiquée au 17ème siècle succède le libertinage qui s'épanouit au 18ème siècle, le Siècle des Lumières quailifié de siècle hédoniste, prônant le plaisir de l'esprit et celui des sens avec la revisite du thème de l'amour mis en scène entre sincérité sentimentale et cynisme libertin.

Sa traduction picturale comporte un genre nouveau, celui des "Fêtes galantes" initié en 1717 par Watteau avec "Le pèlerinage à Cythère", dans une peinture idéale du plaisir partagé et de l'art de la sociabilité dans un environnement bucolique, comme célébrant l'art de la sociabilité puis de son avatar qualifié de "licencieux" concrétisé dans la peinture érotique avec les illustres figures de François Boucher, "le peintre des Grâces" et Jean-Honoré Fragonard, surnommé le Chérubin de la peinture érotique", admirateur de Watteau et élève de Boucher..

L'exposition "De Watteau à Fragonard - Les Fêtes galantes" qui s'est tenue en 2015 au Musée Jacquemart-André retraçait l'évolution dans la mise en scène du désir et de l'amour opérée par l'ancrage dans une réalité contemporaine de la délicieuse galanterie de Wateau à l'hédonisme à l'érotisme suggestif de Boucher et à la volupté des jeux sexuels de Fragonard en passant par la grivoiserie obscène de petits maîtres.

De l'imaginaire et du fantasmé au réel, du libertinage à la passion, du sentiment au désir, du charnel et à l'irrépressible pulsion sexuelle masculine et de l'érotisme à la pornographie, le parcours a pour fil rouge le temps du plaisir, de la naissance du désir à l'assouvissement sexuel.

Ainsi, l'évocation des pratiques amoureuses commence par de doux préliminaires et se poursuit par le chahut des corps ("Hercule et Omphale" de Boucher, "La Résistance inutile" de Fragonard) jusqu'à l'accouplement ("Deux jeunes amoureux" - "L'Epouse indiscrète" de Pierre-Antoine Baudouin ) et parfois le viol ("La cruche cassée" de Greuze).

Il comporte également des inserts thématiques, tels celui de la pamoison comme symbole de la jouissance féminine ("La Volupté" de Jean-Baptiste Greuze),

du thème de l'atelier avec le peintre et son modèle ("L'Académie particulière" de Gabriel de Saint-Aubin - "Les Débuts du modèle" de Fragonard) et, dans le cadre de celle de la représentation de cet obscur objet du désir qu'est la femme, l'évolution du traitement du nu qui tend à s'émanciper de l'alibi mythologique ("Sylvie délivrée par Aminte" de Boucher - "Danaé recevant la visite" de Greuze).

Ainsi est-il recontextualisé avec un corps à la chair voluptueuse et au fessier offert dans une posture sans ambiguïté, surtout quand le visage est tourné vers le regardeur, et, par exemple, à l'aune odaliscal dans l'intimité de l'alcove pour "L'Odalisque brune" de Boucher qui entre en résonance avec celui littéraire de la femme allongée sur un sofa de Crébillon.

Une peinture sans tabou pour laquelle le visteur doit prêter attention aux toiles de petit format qui montre le renversement des rôles avec une femme observant un jeune homme nu ("Le Cas de conscience" de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin), le fétichisme du pied avec "Etude de pied" de Boucher en résonance avec "Le pied de Fanchette" de Rétif de la Bretonne et le saphisme ("Nymphe et Faunesse" de Jean-Baptiste accrochée entre"Le Sommeil" et "Vénus endormie" de Boucher),

La monstration s'achève avec un cabinet "Erotica" conçu comme un Enfer pictural regroupant des objets au caractère résolument licencieux tels les eaux-fortes des trois âges de la vie du pénis, des médaillons sculptés et des boites émaillées de scènes érotiques.

Et cette polysémie du goût des plaisirs ne s'avère pas un tropisme uniquement pictural car, déclinée dans d'autres arts dont la littérature libertine de Diderot à Sade en passant par Crébillon, elle s'intègre dans l'esprit d'un temps et d'une élite libérée qui semble avoir la préscience du crépuscule du libertinage et de son monde qui le guette à l'aube de la Révolution.

Pour réparer ou prolonger la visite, à écouter en podcast l'émission "L'Art est la matière de Jean Loisy sur France Culture sur "La peinture érotique au 18ème siècle" avec Guillaume Faroult conservateur en chef au Musée du Louvre, auteur de l'ouvrage de référence "L'Amour peintre. L'imagerie érotique en France au XVIIIe siècle" et commissaire de la superbe exposition "Fragonard amoureux, galant et libertin" présentée en 2015 au Musée du Luxembourg, qui a participé au commissariat scientifique.

La visite peut également être utilement complétée avec les collections permanentes du musée qui ont fait l'objet d'un nouvel accrochage.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Cognacq-Jay

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Cognacq-Jay


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=