Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tout le monde ne peut pas être orphelin
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  juin 2021

Spectacle conçu par Jean-Christophe Meurisse et la Compagnie Chiens de Navarre, mise en scène de Jean-Christophe Meurisse, avec Lorella Cravotta, Charlotte Laemmel Vincent Lécuyer, Hector Manuel (en alternance Cyprien Colombo), Olivier Saladin, Lucrèce Sassella et Alexandre Steiger.

Tout commence dans un magnifique décor de François Gauthier-Lafaye qui a mis tout son cœur pour reconstituer un magnifique intérieur familial où l'on va célébrer Noël : il y a un arbre gigantesque qui rayonne de mille lumières avec pléthore de cadeaux disposés en son bas, une grande table où sont déjà disposés les sept convives mimant le repas traditionnel, une partie cuisine largement équipée où cuit le poulet et où reposent tous les accessoires nécessaires au repas...

On se croirait presque dans "Conte de Noël" d'Arnaud Desplechin revu par Julie Deliquet pour le théâtre. Mais quand le père de famille, septuagénaire et ancien Deschiens (Olivier Saladin), commence à parler, on sent un vent plus rigoureux que la bise tchékhovienne de "Conte de Noël"... "Festen" n'est pas loin et l'institution familiale va passer à la moulinette ou, si l'on préfère, à la mitraillette de Jean-Christophe Meurisse.

"Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir naître orphelin" disait Jules Renard dans "Poil de Carotte", les "Chiens de Navarre", autrement dit Jean-Christophe Meurisse ont réduit la proposition à une affirmation presque sociologique, et faussement positive : "Tout le monde ne peut pas être orphelin".

Cette fatalité d'être né quelque part près d'une rocade n'implique pas forcément le pire décrit pas "Festen". Ici, même aimants les parents sont chiants (et à proprement comme à salement parler).

En plusieurs mouvements allant crescendo vers le mauvais goût et l'outrance, le nouveau spectacle de Jean-Christophe Meurisse va le démontrer. Héritier trash des Deschiens et de l'esprit Hara-Kiri, cousin potache des auteurs "Panique" dessinant à gros traits ses personnages à la Copi ou à la Topor, on le sent aussi inspiré par la folie cinématographique des frères Farrelly qui ne s'inquiètent jamais de décrire des abrutis pataugeant dans la scatologie et le sang couleur tomate.

Il serait criminel de raconter toutes les étapes de ce dynamitage en règle d'une famille française bien blanche et moyenne. On ne pourra taire le massacre apocalyptique d'une chanson phare de Patrick Bruel ni la naissance à trente ans d'un garçon qui aurait mieux fait d'éviter une maman Médée. Une maman elle aussi issue de la bande à Deschamps-Makaieff, Lorella Cravotta, et qui constitue avec Olivier Saladin, un couple crédible dans l'abattage quotidien comme dans la démesure et l'échappée vers le n'importe quoi post-surréaliste final.

Leurs grands enfants, des "cons" qui sont en couple avec des "plus cons qu'eux", comme dit le père, sont des comédiens à la hauteur de leurs parents  : Charlotte Laemmel, Vincent Lécuyer, Hector Manuel (en alternance avec Cyprien Colombo), Lucrèce Sassella et Alexandre Steiger sont unis avec une rare efficacité pour détruire le beau cadre familial initial.

Si la période horrible qui rôde autour des comédiens et des spectateurs, pour une fois unis par delà le cinquième mur, a besoin d'un exorcisme, celui préparé savamment par Jean-Christophe Meurisse est celui qu'on attendait tous.

Hilarant, méchant, mais aussi truffé de tendresse comme la scène où Olivier Saladin est dans sa baignoire assisté par ses enfants, "Tout le monde ne peut pas être orphelin" est le viatique rêvé contre les maladies nouvelles et anciennes. On y réhabilite un mot qu'on n'avait pas entendu depuis l'inique fermeture des théâtres : jubilatoire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=