Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ô Lake
Gerry (Music Inspired by the Motion Picture)  (Night-Night Records / Patchrock)  juin 2021

Ce n’est peut-être pas le film le plus connu de Gus Van Sant, sorti entre Finding forrester et Elephant.

Gerry, c’est un film co-écrit avec Casey Affleck et Matt Damon, qui en sont aussi les acteurs et qui s’appellent tous les deux… Gerry. Deux gars paumés dans un désert. Un drôle de film étrange et contemplatif.

Un film d’un genre qui se prête plutôt bien au jeu du ciné concert et c’est dans ce cadre là que Ô Lake aka Sylvain Texier a démarré son projet qui a donné naissance à cet album logiquement intitulé Gerry. Voilà pour la mise en situation.

Alors vous allez me dire : "oui mais un ciné concert c’est bien si on a le film qui va avec". C’est vrai, c’est un plus. Mais sincèrement, même si vous n’avez pas le contexte concernant la façon dont cet album a été écrit et pourquoi cela ne posera AUCUN problème pour l’apprécier à sa juste valeur.

Néanmoins, si vous avez la chance de voir ce ciné concert un jour (je ne sais pas s’il sera rejoué ceci dit), cela apporte bien entendu une dimension supplémentaire à l’ensemble.

Ceci dit, écouter la musique de Ô Lake, même sans image reste un voyage magnifique. Estampillée néo-classique, la musique de Ô Lake est au-delà des étiquette une musique qui invite au voyage autant qu’à la contemplation. Une évasion immobile et sans le support du film, c’est notre imagination qui accompagnera les mélodies élégantes et  faussement minimalistes. Une progression lente de quelques notes égrainées vers un assourdissant tonnerre, sans l’avoir vu venir comme sur "In Circle" et ses vrombissements électro. Plus apaisé aussi parfois, comme sur "Alone" et sa texture sonore incroyable.

On lorgne aussi du côté de Twin Peaks parfois sur "Down the road" par exemple qui vous file la chaire de poule pour peu que l’effort d’écoute soit fait du côté de l’auditeur en terme d’attention mais aussi en terme de qualité de restitution, on n’écoute pas O lake sur les hauts parleurs de son téléphone. Une des grandes qualités de ce disque c’est la texture du son. Le timbre des touches de piano, on croirait avec l’oreille collée au piano pour en capter chaque détail comme sur "The Walk".

On pense parfois au travail de Sylvain Chauveau dans le travail des textures et du "minimaliste pianistique". C’est beau et émouvant sans débauche apparente d’artifice. juste l’émotion pure d’une mélodie qui fait naître des images dans nos esprits.

Et quand l’électro prend le dessus, cela ne gâche pas le plaisir et ajoute au contraire une couche à l’émotion. Ce "Desert" s’écoute en boucle et en devient totalement hypnotique.

L’ambition de Sylvain Texier était que cela devienne sinon LA bande son de Gerry tout de moins une bande son qui aurait pu légitimement le devenir. Le pari est réussi et d’autant plus osé que c’est Arvo Part qui était aux manettes de la bande son original. Mais si on veut faire de l’alpinisme de haut vol, autant gravir de belles montagnes plutôt que de petits rochers.

Ambiteux mais pas prétentieux, Ô Lake a offert à ce film une illustration de belle qualité et surtout, surtout nous offre un album superbe. Film ou pas film.

C’est beau. Quoi d’autre ? Peut-être un defaut majeur, pas de disque physique, une déception à la hauteur du plaisir que l’on aurait d’écouter cela sur une tourne disque microsillons qui ajouterait encore de la texture et des frissons. 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ô Lake dans la rubrique Ni Vus Ni Connus

En savoir plus :
Le site officiel de Ô Lake
Le Bandcamp de Ô Lake
Le Soundcloud de Ô Lake
Le Facebook de Ô Lake


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=