Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shorta
Anders Olholm et Frederik Louis Hviid  juin 2021

Réalisé par Anders Olholm et Frederik Louis Hviid. Danemark. Policier. 1h48 (Sortie 23 juin 2021). Avec Jacob Hauberg Lohmann, Simon Sears et Tarek Zayat.

Des émeutes urbaines, des policiers en première ligne avec un duo de flics classique, le "bad cop" et le "good cop", "Shorta" d'Anders Olhom et Frederik Louis Hviid est un film danois mais il aurait bien pu être étasunien, français ou dans la trentaine de pays dits occidentaux, voire même en Corée du Sud, au Japon.

Descendant de "La haine" de Matthieu Kassovitz et de "Do the right thing" de Spyke Lee, il a l'énergie de la vérité objective puisqu'il ne s'agit pas d'adhérer à un des camps qui s'affrontent.

"Shorta", flic en argot arabe d'après l'un des policiers est un remarquable film d'action. Il décrit un état actuel de la "civilisation" occidentale, celui où la police ne sert plus qu'à réprimer les velléités des jeunes des minorités à se révolter, en général quand l'un des leurs a été victime de violences policières.

Dans "Shorta", tout commence quand l'un des policiers déjà menacé d'être sanctionné, voire destitué après avoir participé à ce qu'on appelle une bavure est associé à un bon flic, aux états de service impeccables, mais pas toujours apprécié de ces collègues qui ne comprennent pourquoi il ne les soutient pas quand on les accuse d'exactions.

L'association entre Jacob Heubert Lhomann et Simon Sears va faire du bruit et des dégâts... L'un mettra-t-il de l'eau dans son vin répressif, l'autre comprendra-t-il pourquoi on finit par avoir la gâchette facile quand on est constamment sous tension en arpentant les coins et les recoins d'une cité à feu et à sang, où tout ce qui ressemble à un flic suscite une haine viscérale ?

A l'instar des séries et des films danois récents, le duo de réalsaterà la tête de "Shorta" est à la fois sobre et efficace. Si la France avait conçu un tel projet, il est à craindre qu'il aurait sombré dans le manichéisme habituel. Ici, le policier peut proférer des thèses franchement nauséabondes et agir normalement vis à vis d'un jeune garçon appartenant à la cité. On n'argumente pas en permanence, mais les circonstances réelles font évoluer leur vision théorique.

Si l'on veut tirer une leçon du film, c'est qu'il ne considère pas les policiers comme des idéologues aux petits pieds, forcément agissant dans le sens répressif et toujours contre la population qu'ils surveillent. C'est dans l'action qu'ils trouvent la voie qu'ils croient justes. Souvent, évidemment, elle ne sera pas franchement médiane. Pourtant, elle ne sera pas non plus forcément choisie parmi les pires solutions.

Par moments, "Shorta" pourrait être un documentaire. A d'autres, au contraire, il ne pourrait être qu'une fiction car le film se veut une interprétation du Danemark contemporain. On le sent bien informé et capable d'explorer toutes les pistes possibles.

"Shorta" d'Anders Ohlom et Frederik Louis Hviid est une réussite presque totale, sans doute aussi parce que le scénario est très consistant et d'une honnêteté scrupuleuse. Les personnages de la cité, et particulièrement le jeune Tarek Zayat et son entourage, sont bien dessinés et plus complexe que dans bien des films étasuniens ou français, ne sont pas des caricatures.

"Shorta" est à mille coudées au-dessus des films douteux de Jacques Audiard, comme "Un prophète" ou "Dheepan" qui n'échappent pas à la stigmatisation ambiante sur la violence des cité. Ce n'est jamais le cas de "Shorta"

Un grand polar, un grand film moral. En tout cas, immanquable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=