Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur
Théâtre du Splendid  (Paris)  septembre 2021

Comédie de Arthur Jugnot et Flavie Péan, mise en scène par Artur Jugnot, avec Davy Sardou, Lancelot Cherer, Flavie Péan, Pierre Bénézit, Laurence Porteil et Antoine Lelandais.

D’Antoine de Saint-Exupéry on connait principalement son œuvre littéraire - "Vol de nuit", "Terre des hommes", et bien sûr, "Le Petit Prince" - et des bribes de son histoire personnelle, sa passion pour l’aviation, son enrôlement dans la guerre et sa mystérieuse disparition.

Mais saviez-vous qu’il avait étudié les beaux-arts, été commercial pour une entreprise vendant des camions, qu’il vécut une passion dévastatrice avec une artiste peintre salvadorienne qu’il épousa et avec qui il restera marié jusqu’à sa mort, ou que le célèbre mouton du petit prince lui a été inspiré par le chien d’une de ses maîtresses ?

Dans "Saint-Exupéry, le mystère de l'aviateur", Arthur Jugnot et Flavie Péan, les auteurs, se sont attachés à lever le voile, de manière ludique et drolatique, sur de nombreux pans méconnus de la vie de cet homme, qu’on découvre au fil de tableaux encore plus extraordinaires que sa notoriété ne le laisse entendre.

S’émancipant volontairement du format classique du biopic, ils ancrent leur récit dans le présent, via une suite d’échanges conflictuels entre un père et son fils à la relation houleuse, faute à un lourd passif, et qui se retrouvent pour vider ensemble l’appartement du grand-père qui vient juste de décéder. Ce dernier, obsédé par la vie et l’œuvre de l’aviateur, a collectionné frénétiquement une multitude d’objets en rapport avec son héros.

Au fil des découvertes faites par les protagonistes, le rideau du présent se déchire pour faire revivre les temps forts de la vie du célèbre auteur et aviateur. Le spectateur se laisse ainsi transporter successivement entre les scènes de la vie de Saint-Exupéry et la relation filiale compliquée de nos deux narrateurs, avec de-ci de-là quelques petits sketchs qui apportent peu au récit mais permettent de détendre l’atmosphère, tel un numéro de mariachi, une partie de belotte entre Marilyn et Elvis ou encore un duo passionné de tango.

Les bons mots fusent tout comme les citations de l’auteur vedette, avec toujours ce mélange d’authenticité historique et une volonté assumée de proposer un joyeux divertissement.

La mise en scène d’Arthur Jugnot est dynamique, ne laissant volontairement que très peu de temps mort, ce qui est un exploit quand on considère les nombreux changements de rôles et de costumes (de Bérengère Roland) des comédiens qui interprètent, à six seulement, au moins une vingtaine de personnages.

Davy Sardou et Pierre Bénézit offrent tous les deux de belles interprétations, l’un en Antoine de Saint-Exupéry alliant parfaitement détermination et sensibilité, l’autre en père aimant mais dépassé par la colère de son fils, joué par Lancelot Cherer. La gouaille d’Antoine Lelandais, l'énergie de Flavie Péan tout comme la force du jeu de Laurence Porteil portent l’ensemble des personnages qu’ils incarnent chacun avec beaucoup d’énergie.

Les décors de Juliette Azzopardi et Jean-Benoît Thibaud sont à l’image du spectacle, ludiques et imaginatifs, et permettent de transposer aisément le récit dans les différents lieux et époques via un ingénieux système de panneaux coulissants représentant un appartement bourgeois sur lesquels peuvent se projeter des vidéos (imaginées par Sébastien Mizermont) le transformant en rue, nuit étoilée…

"Saint-Exupéry, le mystère de l'aviateur" assume donc son  caractère divertissant tout en proposant une plongée intéressante dans la vie d’un homme qui gagne à être connue.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=