Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Via Margutta
Mario Camerini  (septembre 2021) 

Réalisé par Mario Camerini. Italie. Drame. 1h35 (Sortie 22 septembre 2021 - 1ère sortie 13 juin 1962). Avec avec Antonella Lualdi, Gérard Blain, Franco Fabrizi, Yvonne Furneaux, Cristina Gaioni, Marion Marshal et Alex Nicol.

En revoyant ou en découvrant "Via Margutta" ("La rue des amours faciles" de Mario Camerini, on est saisi par la richesse du cinéma italien dans les années 1960.

Car, au même moment, au même endroit, Federico Fellini et Mario Camerini donnent deux visions de Rome, deux visions de ces jeunes habitants, le jeune génie décrivant  la moderne "Dolce Vita" avec Marcello Mastroianni, le vieux maître issu du cinéma "téléphone blanc" des années Mussolini, reconstituant la vie de Bohême de la Via Margutta avec l'immense Antonella Lualdi et Gérard Blain, le "James Dean" de la Nouvelle Vague

Evidemment, il y a un fossé artistique entre l'un et l'autre. Si l'on osait une comparaison, la jeunesse italienne de Mario Camerini est aussi factice que celle des "Tricheurs" de Marcel Carné. Mais, à la différence du cinéaste des "Enfants du Paradis" orphelin de Prévert, jugeant avec aigreur les nouvelles générations, il n'y aucun point de vue de "vieux con" sur les jeunes italiens en plein miracle économique et avides de plaisir.

Tout juste pourrait-on dire que les jeunes bohêmes de Camerini sont un peu en retard sur leur époque, à l'image de la chanteuse Marta incarnée formidablement par Yvonne Furneaux, qui est plus près d'une Juliette Greco dans Saint-Germain-des-Prés que des yé-yés à la Celentano.

On ne fera cependant la fine bouche : cette revue de détail de quelques attardés des "scènes de la Bohème" de Murger, sans la pauvre Mimi, donne un film fort, avec un scénario très malin et des portraits tous réussis. De l'artiste américain qui vient surtout en Italie pour ne pas vivre la frénésie étasunienne au vitelloni devenant gigolo, on sera face à une galerie de comédiens inoubliables.

Comme d'habitude, Gérard Blain sera l'écorché vif, l'artiste malheureux poursuivi par le fatum plutôt que par le génie. Camerini n'oublie jamais qu'il a beaucoup tourné de comédies et se permet avec Blain, assis en haut d'une armoire, une petite cruauté.

La jeune fille à lunettes qui le rejoint sur son "promontoire" n'hésite pas à lu lancer : "vous ressemblez à James Dean", entraînant le départ d'un bond de l'acteur français souffrant depuis toujours de cette abusive comparaison.

N'importe. Il étale sa puissance de jeu, forme avec Antonella Lualdi un couple tragique de toute beauté. On le suivra dans une fuite loin de Via Margutta l'entraînant dans une Rome nocturne et déserte filmée aussi bien que celle mythifiée par Fellini dans "La Dolce Vita".

Plus généralement, Camerini réussit parfaitement le mélange ente le décor abritant la petite communauté artistique et les scènes tournées en décors naturels. Ainsi la scène tragi-comique de la fête à la campagne est particulièrement réussi.

Elle aurait pu être bucolique, faire cohabiter les retardataires de la bohème et les paysans éternels pas encore formatés par le Marché commun. Camerini préfère en faire une farce qui montre que ces jeunes gens sont quand même un peu des profiteurs et des truqueurs.

Tous prétendent travailler et attendre la gloire et se vendent au premier qui les achète. On est chez des artistes qui pourraient exposer Place du Tertre plutôt que dans des galeries.

"Via Margutta" de Mario Camerini est un film foisonnant, forcément inégal en fonction des "sketchs" traitant chacun d'un des personnages. Au passage, on signalera le ratage un peu gênant du galeriste homosexuel.

Pourtant, au final, on aura traverser avec empathie les années cruciales de ces jeunes gens avant qu'ils perdent définitivement leurs illusions artistiques.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=