Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 24 fois la vérité
Raphaël Meltz  (Editions Le Tripode)  août 2021

C'est l'histoire d'un narrateur, Adrien, tiraillé entre son métier alimentaire et son désir profond d'être écrivain. Pour lui, les chapitres sont alphabétiques.

C'est l'histoire de Gabriel, le grand-père d'Adrien, opérateur d'actualités, et de la façon dont il a traversé, personnellement, historiquement, le 20ème siècle. Pour lui, les chapitres sont numériques. Particularité : cette histoire est racontée par Adrien qui, en narrant l'histoire de son grand-père, réalise son rêve d'écriture. Délicate mise en abyme.

Les chapitres alphabétiques et numériques alternent, dans un procédé qui n'est pas sans rappeler Perec.

Deux absents, deux spectres, traversent également le récit.

D'abord, l'autre homme de la famille, celui qui fait le lien, biologique et intellectuel, entre Adrien et Gabriel, soit le père, figure rarement mentionnée, comme effacée par sa banalité, et qu'il est interdit de filmer. Dans cette histoire, le face-à-face, le vie à vie en quelque sorte, relie uniquement le grand-père et son petit-fils.

Ensuite, la grande sœur de Gabriel, morte à onze ans, et dont l'absence modèlera profondément la perception de la vie du grand-père. Néanmoins, cette absente est toujours présente, et pas seulement lors des décomptes de son âge de morte encore vivante dans la mémoire de son frère : au-delà de la couverture du livre, si intrigante et hypnotique, elle est aussi le souvenir apaisant de l'enfance, le symbole malheureux de l'injustice existentielle, la source d'une mélancolie douce mais perpétuelle. Paradoxalement, c'est lorsque l'image la fera revivre qu'il faudra mourir...

Voilà pour le pitch. Qui ne dit rien, en réalité, de ce livre exceptionnel.

Exceptionnel grâce à la manière si fine dont Raphaël Meltz propose, à travers les expériences incroyables de Gabriel, une histoire non du cinéma mais d'un autre versant de l'image filmée, celui des actualités cinématographiques au 20ème siècle. Une histoire vivante et sensible de l'image et de son évolution technique, à travers l’œil mécanique d'un homme passionné. Panorama brillant, fascinant, parfaitement mené.

Exceptionnel grâce à ce va-et-vient familial, intime, entre deux siècles, mais aussi deux vies, plutôt deux façons de vivre. Gabriel : agir simplement, travailler avec passion, sans trop se poser de questions, en acceptant de façon égale ce que la vie nous offre ou nous dérobe, savoir profiter du bonheur quand il arrive, même tardivement. Adrien : faire par obligation, donc se forcer à faire, subir un travail alimentaire et, nécessairement, parler finances, critiquer la façon dont va le monde, vouloir dire sans jamais oser dire, alterner entre doute existentiel (exigeant quelques rasades de vin pour oublier l'absence d'amour) et mépris souverain pour ce qui nous entoure. Inutile de vous dire lequel est le plus heureux dans l'histoire – dans son histoire.

Exceptionnel parce que Gabriel et Adrien sont l'incarnation de deux temporalités de l'image : au 20ème siècle, Gabriel apprivoise spontanément l'image analogique, qu'on impressionne, le one shot décisif, métré et qui ne pardonne pas, qu'on stocke sur bobines dans un atelier ; au 21ème siècle, Adrien écrit machinalement pige sur pige à propos de l'image numérique, qu'on démultiplie à l'infini, que l'on consomme, qu'on ne trie plus, qu'on ne tire plus, qu'on ne stocke plus – hormis dans un espace unique chaque jour plus obsolète que la veille –, pour oublier enfin.

Exceptionnel parce que ces deux histoires ne peuvent qu'interroger, forcément dans le récit alphabétique, contemporain donc, grâce à deux personnages fugaces mais sensés que sont Antonio et Albert (autres prénoms en A... Amis d'Adrien... Vrais amis ou voix intérieures ?), respectivement la mort du cinéma (le cinéma est-il mort ? Peut-on dater sa mort, par une invention, la sortie d'un film, un trait de Godard ?) et la mort de la littérature (le suicide d'un écrivain ne dit-il pas l'impossibilité d'être heureux en littérature ? Toute tentative d'écriture ne verse-t-elle pas à un moment donné dans l'à quoi bon ?), sujets nécessaires en dépit de leur aura tragique, profondément contemporains, délicatement abordés dans le récit sans être abusivement philosophés...

Exceptionnel, enfin, par la douceur stylistique qu'il propose : 24 fois la vérité est un livre brillant, cultivé, intelligent, qui ne tombe jamais dans l'arrogance ou la leçon. Le ton est souvent mélancolique, rarement amer, parfois poétique, ironique souvent. En somme, c'est un livre, pour répondre au cliché du genre, agréable à lire...

Merci infiniment aux éditions du Tripode de permettre d'aussi belles lectures et d'aussi nourrissantes découvertes !

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Histoire politique de la roue" du même auteur


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=