Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Parfois j'aimerais avoir une famille comme celle de la petite maison dans la prairie
Théâtre Douze  (Paris)  octobre 2021

Monologe tragi-comique d'après un roman de Hernán Casciari interprété par Viviana Souza dans une mise en scène de Hervé Estebeteguy.

Dans la famille Bertotti, installée dans la banlieue de Buenos Aires, il y a le père Zacarias, chômeur porté sur le lancer de savate et le football, le fils ainé Nacho, le seul à avoir terminé l’université même si sa vie amoureuse contrarie un peu sa mère.

Et Caio le fils cadet tenté par la fumette et l’arme blanche et bien décidé à se faire renvoyer du lycée, Sofi la petite dernière à la fibre entrepreneuriale dès qu’il s’agit monnayer ses apparitions devant la webcam, Nonno le grand-père italien complètement à côté de ses pompes à cause de la drogue…

Et puis il y a Mirta, la mère, un peu perdue, mais joyeuse et pleine de vie et qui tente de maintenir à bout de bras cette famille atypique malgré les difficultés.

Survoltée, fantasque et au bord de la crise de nerf, Mirta se démène avec une belle énergie pour garder tout ce beau monde à flot dans une Argentine du début des années 2000, touchée de plein fouet par une crise sans précédent, où le travail manque et où chaque peso compte.

Pour tenir le coup, Nacho lui a proposé un exutoire : blogguer son quotidien sur le net. Sans aucun filtre, elle livre aux lecteurs de son blog et de la façon la plus crue les errements de sa famille dysfonctionnelle, de leur vie sexuelle à l’ouverture de leur petite entreprise de famille.

Tiré du roman d’Hernan Casciari, qui dit s’être inspiré de sa propre mère pour le personnage de Mirta, ces chroniques d’une Argentine en crise, abordent avec fantaisie des sujets plus profonds qu’il n’y paraît comme la pauvreté, l’exclusion, l’addiction, les violences familiales, la sexualité….

En effet, les élucubrations de Mirta peuvent apparaitre de primes abords comme une série d’anecdotes croustillantes de mère au foyer qui a du mal à joindre les deux bouts (lorsque la pizza passe de 1,99 pesos à plus de 3 pesos), avec les joies et les peines d’une femme entre deux âges qui voit arriver la ménopause à grand pas, d’une épouse qui rêvait simplement d’un toit à elle pour sa famille et d’une mère à la progéniture en pleine crise d’adolescence.

Le carnet de bord de la famille Bertotti dessine en vérité les contours d’une société à la situation politique et économique compliquée qui fête chaque année l’anniversaire d’une toute jeune démocratie, et la mort des siens aux mains des dictateurs.

A l’image de la chaleur qui accable la capitale, le climat étouffant qui règne dans le pays, soulevé par les émeutes et criblé d’une dette abyssale, semble pousser les membres de la famille Bertotti aux excès les plus extraordinaires. Cet élan vital, à la limite de la sauvageri,e et la franchise absolue et parfois malaisante dont ils font preuves sont surtout le symptôme de leur refus catégorique de la pauvreté, de l’exclusion et de la corruption politique, dans un sursaut fier et salvateur.

Sur une scène transformée en piste de skateboard vert criard, où le mobilier sur roulette accompagne les vas et viens incessants de la narratrice, Viviana Souza, seule en scène, incarne une Mirta débordante d’énergie dans une mise en scène survoltée d’Hervé Estebeteguy. Elle danse El Choclo (en référence à son compositeur Angel Villodo, qui composait des tangos au début du 20ème siècle déjà pour avoir de quoi se nourrir) avec son bureau, le frigo ou la machine à laver.

Dans un truculent mélange de français et d’espagnol (surtitré) elle apostrophe sans vergogne son public de lecteurs sur la bénédiction de voir sa fille se filmer nue sous la douche pour quelques dollars (car gagner de l’argent en prenant, en plus, une douche chaque jour ça vaut mieux que d’être dans la misère, non ?)  et agite gaiement et sans modération le rideaux à franges colorés, marque de fabrique de tout bon foyer argentin, qui délimite le fond de scène.

Spectacle à la fois tendre et engagé, "Parfois j’aimerais avoir une famille comme celle de la petite maison dans la prairie" offre à son public une tranche de vie gaie et atypique ainsi qu’une plongée historique dans une Argentine pas si lointaine pourtant.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=