Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ilya Repine - Peindre l'âme russe
Petit Palais  (Paris)  Du 5 octobre 2021 au 23 janvier 2022

Le Petit Palais programme régulièrement des expositions monographiques inédites dédiées à des peintres peu connus du grand public, et ainsi en 2021, il présente l'exposition "Ilya Répine - Peindre l’âme russe", une rétrospective de l'oeuvre d'un peintre russe à la notoriété reconnue dans le cénacle tant institutionnel qu'intellectuel de son temps.

Formé à l'Académie impériale des beaux arts de Saint-Petersbourg, qu'il intégrera ultérieurement en tant que professeur et dont il assurera le rectorat, Ilya Répine (1844-1930) s'inscrit dans l'Histoire de la peinture russe comme figure majeure du mouvement réaliste.

Sous le commissariat de Christophe Leribault et Stéphanie Cantarutti, respectivement directeur du Petit Palais et conservatrice des peintures du 19ème siècle, et Tatiana Yudenkova en charge du département des peintures à la Galerie nationale Trétiakov, cette exposition prend le relais de celle précédemment présentée en 2019 en Russie à la Galerie précitée à l'occasion du 150ème anniversaire de sa naissance

Ilya Répine et la russité

De la monstration ordonnée en quatorze sections chronologiques se dégagent trois spécificités artistiques et stylistiques et une considération sur le positionnement de l'artiste.

D'une part, la prédominance du genre du portrait, avec des toiles regroupées en de véritables galeries sublimées par la scénographie immersive de Philippe Putman, traité avec un réalisme proche du vérisme d'autant plus novateur qu'il use d'une approche sensible et de poses non conventionnelles.

Et Ilya Répine officie dans tous les registres : l'autoportrait, le portrait intime, de sa famille, celui de son fils retenu pour le visuel de l'affiche, et de son cercle relationnel, d'anonymes figures plébéiennes comme celles de l'intelligentsia russe dont Moussorgski, Tourgueniev et Tolstoi.

Et du portrait de salon ("Portrait de la baronne Varvara") au portrait officiel des hommes politiques et de la dynastie tsariste, de la représentation du premier tsar le fameux Ivan le terrible Ivan le Terrible ("Ivan le terrible tuant son fils Ivan") et de la régente Sophie dans un singulier contexte ("La Tsarevna Sofia Alexeïevna au couvent Novodievitchi, au moment de l’exécution des streltsy et de la torture de ses serviteurs en 1698") au tsar en titre ("Portrait de Nicolas II").

D'autre part, la monumentalisation des scènes de genre avec une maîtrise de la construction polyphonique qui confine à la peinture d'histoire.

En effet, si sont présentées des scènes de genre intime avec une touche quasi impressionniste comme le tableau "Quelle liberté !" peint lors de son établissement en Finlande qui évoque certaines toiles du peintre danois Peder Severin Kroyer récemment à l'affiche du Musée Marmottan-Monet ("L'heure bleue de Peder Severin Krøyer"), les plus spectaculaires sont celles qui exaltent les coutumes et traditions populaires de l’ancienne Russie et le quotidien du petit peuple ("Les Haleurs de la Volga", "Procession religieuse dans la province de Koursk", "Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie", "Une soirée").

Elles s'inscrivent dans le traitement de la russité, synonyme d'âme russe, concept ou notion née au 19ème siècle et ressortant à une identité nationale teintée de religiosité et de symbolisme, également véhiculée par la littérature russe de l'époque.

Ce qui est conforme avec sa manière qu'il qualifie de réalisme populaire, sa conception de l'art ("L'art c'est la réalité") et sa finalité "(un art au service du peuple pour contribuer à son bonheur en lui révélant le sens de la vie").

Mais s'il célèbre le mouvement populiste des Narodniki et la liesse populaire suivant la révolution d'octobre 1905 ("Le 17 octobre 1905"), il réalise des oeuvres de commande du pouvoir tsariste en représentant le tsar en rassembleur du peuple ("Alexandre III recevant les doyens des cantons") et son gouvernement "éclairé" ("La Réunion commémorative du Conseil d’État du 7 mai 1901"), un "en même temps" pour le moins paradoxal sauf à considérer celles-ci comme implicitement ironiques.

A noter qu'il qualifiait son style de réaliste populaire ce qui l'érigera en précurseur du réalisme socialiste.

En préambule à la visite à regarder en vidéo :
un diaporama de l'exposition in situ
la visite commentée de la rétrospective à la Galerie nationale Tretiakov en 2019

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : ©Pierre Antoine (1-2) - DR (3)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=