Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Martin Margiela
Lafayette Anticipations  (Paris)  Du 20 octobre 2021 au 2 janvier 2022

Martin Margiela a acquis sa notoriété comme styliste à la fin des années 80 avec des créations singulières affiliées au mouvement de l'anti-mode, des collections-manifestes, que deux expositions parisiennes ont célébré en 2018, et des défilés dans des lieux aussi inhabituels et "destroy" qu'incongrus propres à susciter la curiosité médiatique.

Le couturier belge a quitté le monde de la mode en 2009, filant à l'anglaise sans adieux ni déclaration publiques, au 20ème anniversaire de sa maison de couture.

En 2021, il est à l'affiche de Lafayette Anticipations, l'espace d'exposition de la Fondation Galeries Lafayette qui lui a donné carte blanche, et à l'occasion de laquelle il intervient non plus comme comme "fashion designer" tel qu'il se qualifiait, mais comme artiste contemporain.

Et, sous le commissariat de Rebecca Lamarche-Vadel, historienne d'art et directrice du lieu, il présente un ensemble inédit d'oeuvres, sculptures, collages, peintures, vidéo et installations qu'il indique avoir pensé comme une oeuvre d’art totale qui renvoie donc au concept esthétique du "Gesamtkunstwerk".

Martin Margiela, tropismes et concepts

Avec une vingtaine de pièces ordonnées dans un parcours conçu comme une déambulation labyrinthique, avec le symbolisme qu'elle implique, mais avec un fil d'Ariane, et dont la particularité emprunte au happening avec l'intervention de "performeurs", Martin Margiela décline les tropismes et concepts développés, souvent de manière récurrente, au fil de ses collections, qui caractérise son univers et sa stratégie de communication..

Un univers dont certains tropismes tel celui du cheveu ("Cartography", "Vanitas", "Red Hair", "Triptych") sans doute hérité d'une enfance passée dans le salon de coiffure avec un père coiffeur et une mère vendeuse de perruques, dans lequel la clientèle patientait en feuilletant des revues (célébrées dans "Hair Portraits") et auprès d'une grand-mère, excentrique dit-il, usant largement des teintures.

Un tropisme omniprésent dans ses collections, de la perruque à frange disproportionnée et la perruque recto-verso occultant le visage à la veste-perruque les perruques, qui clôt l'exposition avec une vidéo-pirouette ('Light Test").

D'autre part, formé à l'Ecole d'art St Lukas à Hasselt avant d'intégrer l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers, Martin Margiela connait l'Histoire de l'Art et certaines oeuvres évoquent des mouvements et des pratiques artistiques notoires.

Ainsi celle du surréalisme avec "Bus stop", de l'art environnemental ("Monument") du Nouveau Réalismes avec l'emballage à la Christo ("Dust Cover"), et de l'hyper-réalisme avec les prothèses ongulaires ("Red Nails") qui renvoient au concept de beauté idéale revu à la lumière contemporaine comme l'obsession hygiéniste ("Deodorant" reproduit sur l'affiche).

Et surtout, celle de l'art fragmentaire en sculpture, et de l'inachevé, de l'Antiquité à Auguste Rodin en passant par le "non finito" de Michel-Ange. Après ses vêtements en morceaux, avec l'assemblage de morceaux de vêtements préexistants, Martin Margiela a réalisé des sculptures, vidéos et peintures de morceaux de corps. ("Vanitas", "Body Part", "Scrolling Image", "Torso I, II, III")

Des corps sans visage, comme ses mannequins défilant le visage occulté, de sa première collection en 1989 présentée au Café de la Gare à la dernière, pour orienter le regard sur le vêtement, qui correspond au goût pour l'anonymat de Martin Margiela, surnommé l'homme invisible de la mode en raison de son refus de diffusion de son image.

Un anonymat qui, à titre individuel, assure une fonction protectrice, pour se préserver en tant qu'individu et conserver une entière liberté de création sans avoir à expliquer ses choix esthétiques ressortant au conceptuel, et qu'il a érigé en stratégie de communication pour se démarquer de ses homologues.

Ce tropisme de l'anonymat et de la dé-figuration du corps, avec un visage voilé ou occulté, qui renvoient à certaines toiles de René Magritte, l'homme sans visage ("Le Fils de l'Homme") ou au visage recouvert de cheveux ("La Reproduction interdite"), "Les Amants" aux visages emballés, se déploie en miroir avec la thématique du dévoilement.

Un jeu entre le caché et le révélé ("Interior", "Body Part") qui est matérialisé par la scénographie avec un parcours tramé par des stores vénitiens et l'intervention de "performeurs" qui manipulent la visibilité de l'oeuvre.

A noter que l'exposition est en entrée gratuite sans réservation et, en préambule à la visite :

à lire l'analyse de la commissaire et le commentaires des oeuvres figurant dans le guide de visite disponible sur le site de Lafayette Anticipations

à voir :
un diaporama de l'exposition in situ
le passionnant documentaire "Martin Margiela se raconte - Portrait d'un mythe de la mode" de Reiner Holzemer disponible sur Arte-TV jusqu'au 27 novembre 2021

et se remémorer les expositions monographiques programmées en 2018 :
"- Margiela Galliera - 1989-2009" au Palais Galliera retraçant les vingt collections de la Maison Martin Margiela
en vidéo

"Margiela, les années Hermès" au Musée des Arts Décoratifs dédiée à sa collaboration avec la Maison Hermès
en vidéo

 
En savoir plus :

Le site officiel de Lafayette Anticipations

Crédits photos : © Pierre Antoine
avec l'aimable autorisation de la Fondation Lafayette Anticipations


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=