Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'énigme des Foster
Robert Goddard  (Editions Sonatine)  novembre 2021

C’est déjà mon quatrième ouvrage de Robert Goddard que je chronique et je dois avouer que c’est toujours un plaisir de retrouver cet auteur britannique qui nous propose souvent des ouvrages autour de la bourgeoisie anglaise.

Autant je n’ai pas toujours été conquis par les couvertures de ses ouvrages, souvent trop classiques et vieillottes à mon goût, autant je dois avouer être emballé par les histoires qu’il nous raconte, par sa façon de créer des jeux de pistes dans ses écrits et des rebondissements. L’énigme des Foster est pour moi un bon cru parmi les ouvrages lus de cet auteur, l’un de mes préférés.

Le lecteur se retrouve propulsé en 1968, à Saint Austell, une petite ville côtière des Cornouailles. Jonathan Kellaway est engagé pour un job d’été chez Walter Wren & Co. Il y fait la connaissance des deux petits-enfants du fondateur de la société, Oliver et Vivien Foster. Très vite, une complicité se crée entre les trois jeunes gens et Jonathan se retrouve vite considéré comme un membre de la famille.

Quatre décennies plus tard, en 2010, après une longue carrière dans l’entreprise familiale des Foster, Jonathan se voit confier la mission de retrouver des dossiers mystérieusement disparus des archives. Secrets de famille, trahisons, morts suspectes, son enquête va vite déranger de puissants intérêts.

Résolu à faire toute la lumière sur cette histoire, Jonathan se retrouve bientôt à devoir affronter son propre passé et tous les non-dits qui ont jalonné son existence. Et c’est sans doute là que réside, pour lui, le plus grand des périls.

Robert Goddard est un immense manipulateur, son dernier ouvrage en est une preuve indéniable même si celui-ci n’en est pas son coup d’essai sur moi, ses précédents ouvrages le faisaient déjà. Sauf qu’avec cet ouvrage, j’ai vraiment eu l’impression que l’on était un cran au-dessus dans ce domaine.

Il est aussi un formidable conteur de familles possédant de lourds secrets inavouables, ce qui va être le cas lorsque le personnage principal va se voir confier la mission de produire une biographie sur l’entreprise dans laquelle il travaille. La maîtrise du temps est aussi parfaite dans l’ouvrage puisque le livre nous fit suivre la vie de Jonathan depuis 1968.

Et puis il y a le style, l’écriture de l’auteur, superbe comme toujours, plaisante à lire, notamment pour ceux comme moi qui lisent surtout des romans. Elle permet de voiler un suspense maîtrisé tout en dévoilant secrets de famille et sentiments. Le lecteur se retrouve plongé avec habilité dans les souvenirs du personnage principal avec nostalgie et émotions.

L’auteur parvient à nous tenir en haleine tout au long du livre, au gré d’un maintien d’une intensité remarquable, perturbé parfois par la présence de nombreux personnages avec lesquels on s’accommode néanmoins pour qu’ils ne complexifient pas trop la lecture et l’intrigue.

Alors voilà, avec un dénouement à la hauteur du reste de l’ouvrage, il n’aura pas été compliqué d’être conquis par ce nouvel ouvrage de Robert Goddard qui au final nous prouve qu’il est parfois judicieux que certains secrets restent à jamais enfouis.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le Monde des Abberley" du même auteur
La chronique de "L'Héritage Davenall" du même auteur
La chronique de "La Croisière Charnwood" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Robert Goddard


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=