Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Little Odetta
Interview  (Par vidéo)  janvier 2022

Little Odetta, dont je t’ai déjà largement parlé, nous propose un nouveau clip, sorti le 28 janvier, qui est le deuxième single, extrait de leur album sorti en fin d’année dernière.

"Rythm", puisque c’est son titre, nous propose une autre facette du groupe, beaucoup plus soul et blues. Imagine juste Janis Joplin et Aretha Franklin qui associent leur voix à la musique d’Hendrix par exemple le tout sauce XXIème siècle.

Mais qui sont vraiment ces musiciens qui nous proposent ce rock marqué par une grosse touche seventies ? C’est ce que j’ai voulu savoir en les rencontrant. Tu vas tout savoir en lisant cette interview passionnante !

Est-ce que vous pouvez vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Lucas : Nous sommes le groupe Little Odetta. Il y a Audrey, ici présente, au chant, Moi, Lucas, à la guitare, Il y a pas Fabien la batterie, Aurélien la basse et Florian aux claviers.

Cela fait combien de temps que vous existez ? Comment est né le groupe ?

Audrey : Le groupe existe depuis 2019, où on a commencé à répéter avec un projet d'album.

Lucas : Nous deux on se connaît depuis un moment, on avait un peu travaillé en sous-marin, avec des maquettes. Et puis il y a eu le confinement, ce qui a pas mal repoussé les choses. Le groupe existe depuis 2019 mais il y a quand même eu une bonne année de foirée ! (rires)

Comme beaucoup. On en reparlera... Si vous aviez le pouvoir de faire revenir sur terre un musicien décédé, pour un concert, ça serait qui et pourquoi ?

Audrey : Janis Josplin ! Pour le plaisir de la voir en vrai et sur scène.

Lucas : Pour moi c’est Jimi Hendrix, pour les mêmes raisons. Il n’y a pas grand chose à dire ! (rires)

Quel est votre musicien fétiche ?

Audrey : Il y a plein de bonnes choses partout !

Lucas : Je vais dire pareil : Jimi Hendrix et aussi John Bonham.

Audrey : C’est vraiment la question piège !

(ndlr : Je sais que je suis sadique !)

Audrey : Aretha Franklin pour les performances vocales.

Quel est votre album ou votre chanson feel good ?

Lucas : Là aussi ce n’est pas facile. Ça sera pareil, Axis : Bold and Love de Jimi Hendrix.

Audrey : Heuuu Move Over de Janis Joplin ! (rires) Il y en a des tas d’autres auxquelles je ne pense pas…

Lucas : Si, il y a aussi Evil Empire de Rage Against The Machine.

Comment se passe la composition au sein du groupe ?

Audrey : Au départ, c’est une guitare-voix. On part sur une idée de mélodie.

Lucas : C’est ça et puis on part sur autre chose de plus complet.

Et l’inspiration pour les paroles ?

Audrey : C’est curieux, parfois ça part d’un mot ! Je ne sais pas pourquoi je vais avoir un mot en tête qui va bien coller avec l'univers de la chanson. Et ça va m’inspirer une histoire, personnelle mais pas forcément. Il y a des chansons qui s’écrivent très rapidement et d’autres où on n'arrive pas à trouver le petit truc.

Tu chantes en anglais, est-ce que tu écris directement en anglais ou d'abord en français et ensuite tu traduis ?

Audrey : Non non, tout de suite tout de suite en anglais !

Je pose quand même la question, mais pourquoi le chant en anglais ?

Audrey : C’est pertinent de le demander. Je trouve que cela ne sonne pas pareil, c’est une fougue. Je suis beaucoup plus libre quand je chante en anglais plutôt qu’en français.

Lucas : Pour le rythme aussi, je pense que c’est beaucoup plus dur de faire groover en français où il y a beaucoup de mots avec plus de syllabes plus complexes. Il n’y en a pas beaucoup qui y arrivent en français.

Audrey : C’est un exercice très difficile de faire du rock en français.

Quand on compose un premier album, c'est la question qui me taraude, est-ce qu’on se projette déjà sur l'idée de ce qu'on fera après ou est-ce qu'on vit uniquement le moment présent ?

Audrey : Il y a un peu des deux. On pense déjà au moment présent, dans l’idée qu’on va boucler un album. Mais on est toujours dans la création permanente, sur un autre album, sur autre chose.

Lucas : J’avais déjà pas mal de choses et même un morceau que j'aurais aimé mettre dans cet album, mais ça commençait à faire beaucoup. Sûrement pour le prochain ! (rires)

Alors il y a souvent cette question que je me pose par rapport à #metoo : est-ce que le fait d’être une fille dans un groupe de mec ça "protège", on est un peu moins emmerdée ou à l'inverse est-ce que les gens sont quand même un peu con ? Et comment on vit d'être une femme aujourd'hui sur scène ?

Audrey : Je ne pense pas que ça soit plus facile. Tu as toujours l'impression que tu dois faire tes preuves. C’est quand même assez masculin la musique, le rock en particulier. Je ne pense pas pour autant avoir besoin de protection, je ne me sens pas plus protégée parce que je suis avec des garçons.

Lucas : Elle est pire qu’un mec ! (rires)

Audrey : On sait ce qu’on veut et ce que l’on ne veut plus, sur scène et dans la vie en général.

Alors puisqu'on parle du rock en France, en français ou en anglais, comment ressentez-vous la scène rock en France actuelle ? Et la scène musicale avec le COVID ?

Lucas : On touche du bois, on a du bol, on vient d’avoir un tourneur, et on est assez chanceux, on arrive à boucler des dates. On a vraiment eu beaucoup beaucoup de chances par rapport à nos camarades intermittents qui ont galéré. On a cette chance.

Audrey : Pour la scène rock, il y a pleins de choses qui se passent, malgré le Covid. On s’est posé la question de retarder l’album, c’est la même chose pour tout le monde, mais on continue de créer, de créer de la musique. On peut continuer de créer.

Lucas : Oui il y a pas mal d’artistes qui ont sorti des albums…

Je suis du siècle dernier où on n'avait pas les réseaux sociaux, où on échangeait des cassettes, comment appréhendez-vous réseaux sociaux et les plateformes de streaming ?

Lucas : C’est un super outil, après je ne pense pas qu’on vive de ça, surtout les plateformes de streaming.

Audrey : Ça offre de la visibilité.

Lucas : Oui c’est ça, avec un ordinateur et un téléphone on va découvrir les groupes sur les réseaux.

Audrey : C’est très pratique aussi, on va voir les groupes sur Facebook, Youtube, n’importe quelle plateforme. C’est très chronophage les réseaux.

Lucas : C’est beaucoup Audrey qui gère les réseaux justement, ça me prend pas mal la tête. J’y suis aussi.

Audrey : On perd beaucoup de temps sur ces plateformes.

Vous venez de faire une session pour Vinyl Factory, qu’est-ce que ce genre de session va vous apporter ?

Lucas : Oui c’est pour la promotion, mais c’est une super opportunité d’aller jouer live, c’est génial !

Audrey : Ça touche aussi d’autres personnes que nous n’aurions pas forcément touchées. C’est une marque qui est fortement associée à la musique. Il y avait un côté promo mais pas que.

Justement, on parle de concert là, est-ce que vous avez des dates ou c'est encore un peu compliqué ?

Lucas : Ça arrive un peu au compte-goutte. La Boule Noire vient d’être reporté malheureusement, mais on va tout faire pour en trouver !

Lors de notre émission La Mare aux Grenouilles, j'ai parlé de votre pochette qui me rappelait celle d’Abraxas de Santana, comment est-elle née ?

Audrey : On voulait partir sur un dessin. On voulait une photo du groupe, mais pas forcément en cover et on voulait quelque chose de plutôt Art Nouveau, très floral. Et on est tombé sur cette artiste sur Instagram qui s’appelle Daria Hlazatova, qui fait des choses superbes. Je l’ai contactée sur Instagram, en anglais forcément, ça s'est fait comme ça, assez simplement.

Lucas : On pensait aussi aux Muses de Mucha et du coup je trouvais ça cool qu’Audrey soit représentée en dessin, puisque c’est la chanteuse.

J’ai entendu parlé d’un vinyle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Audrey : Oui c’est dans les clous.

Lucas : C’est commandé. Mais il y a environ trois mois d’attente.

J'ai deux questions pour clore les interviews. La première, c'est une question que j'ai piquée à David, notre rédac’ chef : quel album de ta discothèque donneriez-vous, chacun, à votre meilleur(e) ami(e) si celle-ci ou celui-ci devait partir ?

Lucas : Alors moi je dirais Led Zep 3, parce qu’il est mortel cet album, il n’y a pas un morceau à chier, comme tous les albums de Led Zeppelin tu me diras, mais celui-là particulièrement.

Audrey : J’hésite entre Les Beatles ou Aretha Franklin…

Lucas : C’est encore une question dure celle-là…

Audrey : Ah, c’est horrible ce que tu fais… (rires) Soit Revolver soit… C’est horrible.

Virginie (leur attachée de presse) : Dis les deux !

Audrey : Oui les deux ! (rires)

Et, la dernière question, que je pose toujours n’en est pas vraiment une… Si vous voulez faire passer un message (je le dis avec humour parfois mais si vous avez une pièce de voiture ou autre chose à vendre, n'hésitez pas !).

Lucas : Justement, j’ai une guitare à vendre, un Gibson, en très bon état… J’ai ma voiture à jeter aussi ! Une valeur sûre !

Virginie : Je confirme… Fais un lot guitare et bagnole ! (rires)

Voilà comment s’est terminée cette interview qui, du début à la fin, s’est déroulée dans une bonne humeur communicative (et je vous passe le off… parce que c’est off justement !).

Encore une fois merci à Audrey et Lucas de m’avoir accordé du temps, à Virginie qui a permis que cette interview ait lieu et bien sûr à toi lecteur. Ne te pose aucune question : fonce acheter cet album qui est dément !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Little Odetta
Little Odetta dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
Little Odetta dans la rubrique Ni Vus Ni Connus

En savoir plus :
Le Bandcamp de Little Odetta
Le Facebook de Little Odetta


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=