Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'avais ma petite robe à fleurs
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  mars 2022

Monologue dramatique de Valérie Lévy interprété par Alice de Lencquesaing dans une mise en scène de Nadia Jandeau.

Quoi que toute jeune actrice, Alice de Lencquesaing a déjà une carrière fournie au cinéma et au théâtre. Pour son premier seul en scène, elle a choisi la difficulté en portant un texte de Valérie Lévy, "J'avais ma petite robe à fleurs", dont le sujet est le viol et l'originalité d'instaurer, pour en parler, un dispositif de "téléréalité".

En effet, Blanche a été violée il y a quelques années et une société de production lui a proposé de raconter ce qui lui est arrivé en se filmant chez elle. La vidéo qui en résultera servira d'examen de passage pour sa participation à une émission en direct sur les violences subies par les femmes.

Dès que l'on écrit le mot "téléréalité", qui n'est d'ailleurs jamais prononcé dans la pièce, on se demande pourquoi quelqu'un qui répond aux critères recherchés a accepté le jeu. D'autant plus s'il faut, auparavant, être "casté" et risquer de subir l'humiliation de ne pas être choisi, ce qui, comme dans le cas présent, peut faire replonger mentalement le sujet dans sa douleur

Valérie Lévy répond en montrant une jeune femme qui pense que cette expérience est l'ultime thérapie, les précédentes n'ayant pas permis de la "guérir".

On suit Blanche chez elle,le plus souvent sur son canapé, en train d'essayer de synthétiser son agression pour la rendre "attractive" et être choisie. On devine qu'elle l'a tant ressassée, notamment sur le divan de son psy, qu'elle trouve, face à la caméra, une nouvelle motivation et un nouvel espoir pour s'en débarrasser. A cela s'ajoute l'envie de "gagner" sa place à l'antenne, avec l'illusion ou le fantasme, qu'elle serait à la fois mieux comprise et qu'elle entrerait dans un nouveau processus qui lui permettrait d'en finir avec ce passé qui ne passe pas.

Pour retranscrire les mots de Valérie Lévy, jamais dans le pathos ou l'hystérie, Nadia Jandeau a choisi une mise en scène d'une grande fluidité. Dans un décor d'une grande simplicité d'Edouard Laug, l'actrice se déplace sans à coups, sans fébrilité. Elle est vraiment chez elle et n'a pas besoin de bouger pour bouger.

Alice de Lencquesaing est d'une grande sobriété. Face à un texte bien écrit qui évite les formules choc qu'on aurait pu attendre, elle ne se permet que quelques éclats quand elle est vraiment à bout et qu'elle ne peut s'empêcher de crier son désarroi. Mais jamais elle ne surjoue, pas même l'émotion rentrée.

Alors qu'en principe elle est en train de se filmer elle-même, elle est accompagnée sur scène d'un caméraman (Valentin Morel) qui produit les images qu'on voit sur l'écran qui occupe l'arrière de la scène. Cette entorse à ce qu'on nous annonçait permet à la comédienne de ne pas rester "prisonniè" face à sa caméra.

On pourra certainement trouver que le texte demeure en deçà de son sujet. On pourra aussi rétorquer que la recherche de la justesse implique une certaine atonie et que, dans ce contexte, Alice de Lencquesaing n'est pas loin de réussir à émouvoir totalement. Cela devrait venir au fil des représentations. Pour l'heure, le résultat est toutefois probant et cette présentation d'un sujet plutôt tabou au théâtre ne souffre d'aucune faute morale.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=