Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tropique de la violence
Manuel Schapira      (mars 2022) 

Réalisé par Manuel Schapira. France. Drame. 1h32 (Sortie 23 mars 2022). Avec Gilles-Alane Ngalamou Hippocrate, Céline Sallette, Dali Bensallah et Fazal Bacar-Moilim.

En janvier 2021, Alexandre Zeff proposait sur la scène du Théâtre de la Cité internationale une version très noire du roman de Natacha Appanah, "Tropique de la violence". C'est au tour du cinéma de s'emparer de cette œuvre, l'une des premières à se passer à Mayotte, le département français le plus éloigné de la métropole, le moins connu et le plus pauvre.

Déjà Alexandre Zeff se servait d'images réelles pour faire découvrir à ses spectateurs le plus grand bidonville français, Kawemi, surnommé là-bas Gaza.

Si la référence avec l'entité palestinienne frappera les esprits, on aurait tout aussi pu appeler Kawemi du nom d'une favela brésilienne.

Dans "Tropique de la violence" de Manuel Schapira, le véritable personnage central est "Gaza". Les plans quasi documentaires où l'on découvrira ce lieu où vivent des milliers de personnes de nationalité française n'ont pas souvent été tournés, et, encore une fois, ils laisseront sans voix ceux qui continuent d'affirmer que la colonisation d'hier et la post-colonisation d'aujourd'hui n'ont eu que des bienfaits.

En suivant les pas de Moïse, jeune comorien recueilli par une infirmière (Céline Sallette), qui, à l'adolescence se retrouve malgré lui projeté à Gaza, le spectateur va découvrir une réalité choquante : ici règne la misère et la drogue. Et par conséquent, une extrême violence dont le film va se faire l'écho et décrire avec une très grande efficacité.

On découvrira aussi l'autre face de la médaille : une île très policée, mais à destination des migrants qui, comme les parents de Moïse partaient des autres îles des Comores pour rejoindre le "paradis" qu'est à leurs yeux Mayotte. On devine qu'une grande partie d'entre eux finiront eux aussi par la case Gaza.

On apprendra également que pour pallier les carences de l'état français, de nombreuses organisations humanitaires - comme dans tout pays "en voie de développement" - sont présentes. Dans le film, le personnage interprété par Dali Bensallah incarne un membre d'une ONG assez naïf, voulant bien faire mais dont l'action frise le ridicule.

"Tropique de la violence" de Manuel Schapira n'est pas un film politique au sens premier du terme. Il est un habile mélange des genres et n'hésite pas à flirter avec le fantastique dans un pays où le chamanisme est partout présent. Ainsi, Moïse, doté du "mauvais œil" a-t-il des pouvoirs "spéciaux" qui ne lui seront pas inutiles...

Ecrite par Manuel Schapira en collaboration avec Delphine de Vigan, cette adaptation est moins sombre que celle d'Alexandre Zeff, mais le cinéaste privilégie les scènes nocturnes qui contribuent à faire naître un climat très angoissant. De jour, les paysages de Mayotte, bidonvilles exceptés, auraient plutôt un petit côté "carte postale". Ce petit caillou, reste de l'Empire colonial français, multiplie donc les paradoxes et devrait maintenant inspirer d'autres romanciers ou réalisateurs.

La réussite du film de Manuel Schapira repose également sur sa distribution : Gilles-Alane Ngalamou Hippocrate convainc. D'agneau mignon, le voilà en quelques plans devenu bête féroce. Ses compagnons d'infortune, eux aussi, semblent de vrais possédés sous l'effet des drogues qui les conditionnent. Tout cela, additionné à la photo de Benoît Soler, concourt à un climat pesant très crédible.

Manuel Schapira, auteur d'une douzaine de courts métrages depuis une vingtaine d'années, a mis beaucoup de temps pour signer "Tropique de la violence" son premier long métrage.

L'avantage, c'est qu'il filme avec une grande efficacité un film sans gras, tout à son sujet et jamais sans chercher à épater son spectateur. On lui souhaite de continuer dans cette voie avec des scénarios aussi prenants et d'une égale rigueur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=