Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deux sous d'espoir
Renato Castellani    (mars 2022 - 1ère sortie 1952) 

Réalisé par Renato Castellani. Italie. Comédie dramatique. 1h50 (Sortie version restaurée 30 mars 2022 - 1ère sortie 1952). Avec Maria Fiore, Vincenzo Musolino et Filomena Russo

Parmi les grands nom du néo-réalisme italien, Renato Castellani est peut-être l'un des moins connus.

Et pourtant quand nombre de spectateurs auront redécouvert "Deux sous d'espoir", ils conviendront que le cinéaste n'a pas obtenu par hasard le grand prix a Cannes en 1952, l'équivalent de la palme d'or aujourd'hui.

Il y a quelques années, Camelia distribuait un autre des plus importants films de Renato Castellani, "L'Enfer de la ville" où l'on retrouvait face à face la grande Anna Magnani et la toujours émouvante Giuletta Massina.

"Deux sous d'espoir" appartient vraiment à la grande époque du néo-réalisme. Cette plongée dans un village situé à quelques kilomètres de Naples permet de découvrir ce qu'était l'Italie des premières années de la République.

Antonio sort d'une année d'armée et revient dans son village d'origine pour rejoindre la cohorte des chômeurs. Amoureux de Carmela, la fille du fabricant de feux d'artifices, il va devoir tâter de tous les métiers pour essayer de se sortir, ainsi que sa famille dont il est le seul actif, de cette misère endémique qui touche le sud de l'Italie.

Mais, comme on le verra dans "Deux sous d'espoir", émigrer n'est pas la chose la plus naturelle du monde. Fiers d'être d'appartenir à la sphère napolitaine, les jeunes gens comme Antonio ne sont pas naturellement enclins à devenir la main d'œuvre sous-payée de la reconstruction.

Mais, en apparence, le thème premier du film est l'histoire d'amour d'un garçon d'une vingtaine d'années avec une jeune fille encore plus jeune. Rien ne sera facile pour les deux tourtereaux et Renato Castellani ne cesse de montrer comment ils tournent autour de leur amour, dans les conditions de précarité qui sont les leurs. Tourné dans un village près de Naples, "Deux sous d'espoir" se sert essentiellement de non-professionnels.

Les deux principaux personnages, Carmela (Maria Fiore) et Antonio (Vincenzo Musolino) feront carrière suite au succès du film. Ici, alors qu'ils débutent devant la caméra de Renato Castellani, ils sont stupéfiants de naturel et jamais pris en défaut alors qu'il leur est demandé de vraiment jouer la comédie.

Alors qu'on est très près, par moments, de la comédie napolitaine et que la co-scénariste est Titina de Filippo, l'une des sœurs du grand Eduardo de Filippo, Renato Castellani réussit à faire le lien avec le cinéma beaucoup plus sombre de Rossellini ou de De Sica.

Soixante-dix ans après sa sortie, "Deux sous d'espoir" de Renato Castellani apparaît comme un film étonnamment moderne, beaucoup plus frais et populaire que ce que proposait le cinéma français de la même époque, avec ses comédiens sortis de la Comédie française, à jamais engoncés dans des adaptations littéraires toujours tournées en studio.

Le grand plus de "Deux sous d'espoir", c'est qu'il donne à voir la société italienne d'après guerre, qu'il montre les premiers pas qui vont la conduire au fameux miracle italien des années 1960.

Alors que les campagnes arriérées subissent à a fois la loi de l'église et celle du patriarcat, l'obligation pour les jeunes de partir à la ville les contraint à adopter une autre manière de pensée.

Quand s'achève "Deux sous d'espoir", Antonio et Carmela ont décidé de faire face à leur destin, de ne plus accepter la loi d'airain qui règne dans leur village. Comme des millions de leurs compatriotes abandonnant la vie à la campagne, ils partent pour un nouvel avenir. Ils y seront accompagnés jusqu'à la fin des années 1970 par un cinéma en prise avec le réel et longtemps capable de le décrire.

"Deux sous d'espoir" de Renato Castellani est devenu un grand classique, mais il demeure également un film sans prétention autre que de décrire les aventures d'un couple dans le sud de la péninsule. Il y réussit à merveille.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=