Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deux sous d'espoir
Renato Castellani    (mars 2022 - 1ère sortie 1952) 

Réalisé par Renato Castellani. Italie. Comédie dramatique. 1h50 (Sortie version restaurée 30 mars 2022 - 1ère sortie 1952). Avec Maria Fiore, Vincenzo Musolino et Filomena Russo

Parmi les grands nom du néo-réalisme italien, Renato Castellani est peut-être l'un des moins connus.

Et pourtant quand nombre de spectateurs auront redécouvert "Deux sous d'espoir", ils conviendront que le cinéaste n'a pas obtenu par hasard le grand prix a Cannes en 1952, l'équivalent de la palme d'or aujourd'hui.

Il y a quelques années, Camelia distribuait un autre des plus importants films de Renato Castellani, "L'Enfer de la ville" où l'on retrouvait face à face la grande Anna Magnani et la toujours émouvante Giuletta Massina.

"Deux sous d'espoir" appartient vraiment à la grande époque du néo-réalisme. Cette plongée dans un village situé à quelques kilomètres de Naples permet de découvrir ce qu'était l'Italie des premières années de la République.

Antonio sort d'une année d'armée et revient dans son village d'origine pour rejoindre la cohorte des chômeurs. Amoureux de Carmela, la fille du fabricant de feux d'artifices, il va devoir tâter de tous les métiers pour essayer de se sortir, ainsi que sa famille dont il est le seul actif, de cette misère endémique qui touche le sud de l'Italie.

Mais, comme on le verra dans "Deux sous d'espoir", émigrer n'est pas la chose la plus naturelle du monde. Fiers d'être d'appartenir à la sphère napolitaine, les jeunes gens comme Antonio ne sont pas naturellement enclins à devenir la main d'œuvre sous-payée de la reconstruction.

Mais, en apparence, le thème premier du film est l'histoire d'amour d'un garçon d'une vingtaine d'années avec une jeune fille encore plus jeune. Rien ne sera facile pour les deux tourtereaux et Renato Castellani ne cesse de montrer comment ils tournent autour de leur amour, dans les conditions de précarité qui sont les leurs. Tourné dans un village près de Naples, "Deux sous d'espoir" se sert essentiellement de non-professionnels.

Les deux principaux personnages, Carmela (Maria Fiore) et Antonio (Vincenzo Musolino) feront carrière suite au succès du film. Ici, alors qu'ils débutent devant la caméra de Renato Castellani, ils sont stupéfiants de naturel et jamais pris en défaut alors qu'il leur est demandé de vraiment jouer la comédie.

Alors qu'on est très près, par moments, de la comédie napolitaine et que la co-scénariste est Titina de Filippo, l'une des sœurs du grand Eduardo de Filippo, Renato Castellani réussit à faire le lien avec le cinéma beaucoup plus sombre de Rossellini ou de De Sica.

Soixante-dix ans après sa sortie, "Deux sous d'espoir" de Renato Castellani apparaît comme un film étonnamment moderne, beaucoup plus frais et populaire que ce que proposait le cinéma français de la même époque, avec ses comédiens sortis de la Comédie française, à jamais engoncés dans des adaptations littéraires toujours tournées en studio.

Le grand plus de "Deux sous d'espoir", c'est qu'il donne à voir la société italienne d'après guerre, qu'il montre les premiers pas qui vont la conduire au fameux miracle italien des années 1960.

Alors que les campagnes arriérées subissent à a fois la loi de l'église et celle du patriarcat, l'obligation pour les jeunes de partir à la ville les contraint à adopter une autre manière de pensée.

Quand s'achève "Deux sous d'espoir", Antonio et Carmela ont décidé de faire face à leur destin, de ne plus accepter la loi d'airain qui règne dans leur village. Comme des millions de leurs compatriotes abandonnant la vie à la campagne, ils partent pour un nouvel avenir. Ils y seront accompagnés jusqu'à la fin des années 1970 par un cinéma en prise avec le réel et longtemps capable de le décrire.

"Deux sous d'espoir" de Renato Castellani est devenu un grand classique, mais il demeure également un film sans prétention autre que de décrire les aventures d'un couple dans le sud de la péninsule. Il y réussit à merveille.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=