Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La vie de famille
Jacques doillon  (mars 2022) 

Réalisé par Jacques Doillon. France. Comédie dramatique. 1h35 (Sortie 23 mars 2022 - 1ère sortie 13 février 1985). Avec Sami Frey, Mara Goyet, Juliet Berto, Juliette Binoche, Aïna Welle et Simon de la Brosse.

Huitième film de Jacques Doillon, tourné dix ans après "Les Doigts dans la tête", qu'on peut également revoir, "La Vie de famille" appartient à la période la plus féconde du cinéaste.

Sortie juste après "La Pirate" qui avait déchiré le Festival de Cannes en 1984, c'est une œuvre plus apaisée, notamment dans sa seconde partie dans laquelle un père et sa fille se redécouvrent dans un périple caméra au poing.

Pourtant, tout commence par des scènes typiques du cinéma de Doillon, où les sentiments intimes sont hystérisés à froid. Les dialogues, totalement antinaturalistes, paraissent parfois faux ou grandiloquents, entre improvisations et tirades très écrites.

A l'époque, on parlait de "trafic de sentiments" et Doillon était particulièrement visé comme tenant d'un cinéma intellectuel, nombriliste et très parisien. En revoyant, "La vie de famille" et les affrontements entre Emmanuel (Sami Frey) et Mara (Juliet Berto), on s'aperçoit immédiatement que ces reproches sont toujours d'actualité.

Ceux qui découvriront pour la première fois le cinéma de Doillon seront sans doute surpris et dérangés par sa manière de vraiment mettre en scène un couple, de ne pas chercher un ton crédible.

D'aucuns y verront de l'affectation, alors que d'autres seront séduits par le style libre. S'il est un vocable qui correspond bien à Doillon, c'est bien celui d' "auteur". Un auteur qui, contrairement à ce que disaient ces contradicteurs, n'est pas un cérébral affecté.

Presque quarante ans après, son cinéma a gardé à la fois sa puissance d'irritation et de séduction. Que penseront les néo-féministes du personnage incarné par Sami Frey, et qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Jacques Doillon lui-même saisi dans son costume Agnès B ? N'y verront-ils pas le portrait en creux de tous ces artistes tourmentés rattrapés depuis dix ans par la patrouille des bonnes mœurs ?

Que dire de l'attitude d'Emmanuel avec sa compagne Mara ? Ne parlerait-on pas aujourd'hui de harcèlement moral ? Que dire aussi de sa relation avec sa belle-fille Natacha (Juliette Binoche) ? Va-t-il trop loin ?

Au risque de se faire accuser de complicité machiste, on rétorquera que Jacques Doillon n'a que faire du réel, qu'il suffit de voir Sami Frey au volant de sa décapotable, en aggravant son cas par le port de lunettes de soleil, pour comprendre que le cinéaste ne vise pas une quelconque réalité sociologique.

On est plus simplement face à un homme qui voudrait se faire aimer de ses filles et qui, par timidité ou maladresse, a endossé un costume de père prodige, élégant et cynique. C'est pour cela que "La vie de famille" va peu à peu basculer et se transformer en un "road movie" où il tente de reconquérir sa fille Elise (Mara Goyet) dans un jeu de séduction par caméra interposée.

Dans cette seconde partie du film, comme dans "La Femme qui pleure" ou "La Drôlesse", également de retour sur les écrans, éclate tout l'art de diriger les enfants de Doillon. Il utilise à bon escient la précocité de Mara Goyet.

Le duo qu'elle forme avec Sami Frey sonne juste parce que tous les deux sont traités par le cinéaste en acteurs. Le comédien professionnel n'a pas à se mettre au niveau de la préadolescente. Ils sont face à face, se répondent et s'entendent formidablement.

Au final, "La vie de famille" de Jacques Doillon est un de ses films les moins torturés, les plus abordables. Avec cette pudeur qu'il cache derrière l'écume de ses provocations, il réalise à la fois un hymne à la paternité et à l'enfance, en sublimant l'imagination et la sensibilité de celle-ci.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=