Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Et je l'aime à la fureur
André Bonzel     (avril 2022) 

Réalisé par André Bonzel. France. Documentaire. 1h36 (Sortie 20 avril 2022).

Troisième homme réalisateur du très culte "C'est arrivé près de chez vous" en 1992, avec Rémy Belvaux et Benoît Poelvoorde, André Bonzel n'avait pas donné beaucoup de ces nouvelles depuis trente ans. On le savait cadreur ou directeur de la photo, on ignorait qu'il collectionnait les films d'amateur d'antan.

En découvrant "Et j'aime à la fureur", on sait désormais qu'il continuait le cinéma par d'autres moyens que la fiction. En effet, depuis des années, il accumulait les films de famille réalisés par des amateurs qui filmaient leurs proches. Et cela depuis qu'il existe des "Pathé Baby", des films en 16 et 8 millimètres, et surtout en Super-8.

Dans cette cinémathèque d'Ali Baba, cette malle aux merveilles pelliculaires, on trouvera les premiers films en Kodacolor, des films décrivant des catastrophes naturelles, des périodes historiques noires et des moments de joies familiales. André Bonzel y ajoutera aussi ses premières tentatives cinématographiques personnelles.

Le voilà donc montant et montrant tout cela, s'amusant à inventer des destins familiaux, à télescoper des vies qui n'ont pourtant rien en commun.

https://www.youtube.com/embed/OusJKJaLkMA

C'est l'histoire d'un garçon qui restera de toute manière pour "C'est arrivé près de chez vous" et qui ne peut d'ailleurs s'empêcher d'y faire référence avec un extrait où l'on aperçoit Benoît Poelvoorde tout minot.

S'attachant à respecter une certaine chronologie, il entre ainsi dans le jeu en décrivant son enfance avec les films des autres mêlés peu à peu aux siens et si on appartient à la même génération que lui, on se retrouvera soudainement dans à peu près sa propre histoire, touché par des souvenirs et des repères communs.

"Et j'aime à la fureur" d'André Bonzel bénéficie aussi d'une bande originale composée par Benjamin Biolay qui s'est vraiment impliqué dans ce travail de mémoire recomposée. Voir ces archives intimes s'accumuler, changer de nature en changeant de génération, et devenir ses propres souvenirs ou ceux qu'on aimerait prétendre avoir eu, finit par procurer une réelle émotion.

Des années où certains amateurs ont déjà pu fixer l'avant première guerre à celles qui précèdent l'ère numérique, c'est au moins trois quarts du siècle qui sont couverts par André Bonzel. Des grands bourgeois contemporains de Proust qui ont acheté les premières caméras à tous les tontons des années 70 qui étaient fans de super 8, chacun s'y retrouvera quelle que soit sa classe ou son milieu d'origine.

Quelle émotion de suivre tous ces gens qui n'ont en commun que la volonté du réalisateur de les réunir !

Sur l'écran se succède une foule d'anonymes en maillots de bain ou en tenues de mariés ou de communiants et tous ensemble sans le savoir font ensemble une histoire inédite du vingtième siècle... On les suppose médiocres, dignes des petits plaisirs à la Philippe Delerm, mais aussi héroïques dans leurs joies innocentes, leurs jeux de plage, leurs premières voitures, leurs séjours à la campagne.

"Et j'aime à la fureur" d'André Bonzel, qui réussit le documentaire idéal avec cette matière qu'il a sauvée du néant morceau de film par morceau de film, dépasse l'anecdotique. Chaque spectateur y reverra sa vie et celle des siens. S'y appropriera des images qui auraient pu provenir de sa famille et sortira de là plein d'une douce mélancolie. Comme à l'issue d'un grand film qui touche le cœur et l'esprit...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=