Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Vie matérielle
Théâtre du Gymnase  (Paris)  avril 2022

Monologue dramatique d'après de stextes de Marguerite Duras inteprété par Catherine Artigala dans une mise en de William Mesguich.

Dramaturge, cinéaste, romancière, Marguerite Duras a aussi été un personnage médiatique à la fin de sa vie. "La Vie matérielle", livre composé en 1987 de discussions avec Jérôme Beaujour, précise des points de sa biographie qui parcourent une œuvre fortement autobiographique.

Mais, comme tout ce que touche l'auteure de "Barrage contre le Pacifique", cet ouvrage qu'elle a, toujours en compagnie de Jérôme Beaujour, lu, relu, abrégé ou calmé - selon la belle expression qu'elle emploie - est devenu un morceau de littérature à part entière. Surtout quand on l'entend dans l'interprétation joyeuse qu'en propose Catherine Artigala.

Sur l'affiche du spectacle, elle est comme on la découvre en entrant dans la salle : décidée, habitée, le visage dans la lumière pour évoquer une vie si riche, si singulière.

Un instant, on aura l'illusion de retrouver Marguerite telle qu'on a pu souvent la voir, mais Catherine Artigala n'est jamais dans le mimétisme ni dans l'imitation. Elle ne cherchera jamais à retrouver la diction inimitable de Duras, cette manière presque professorale de rendre définitive toutes les sentences qu'elle jette.

Pareillement, jamais la comédienne ne se permettra de jouer les silences et les soupirs de la dame au col roulé. Et là aussi, Sonia Bosc, la costumière, s'est mise sur la même longueur d'ondes en remplaçant le col roulé par un pull en v bleu surmontant un chemisier imprimé.

C'est donc le plus naturellement du monde, par le travail sur les mots, que l'interprète s'imprègne du phrasé de l'auteure et la restitue librement, à sa façon. Jamais dans l'affectation, elle égrène les souvenirs de Marguerite sur sa mère, sur Yann Andréa, sur son pays natal, sa dépendance à l'alcool, sur sa vie à Neauphle ou ses séjours en Normandie.

D'après le dires de Duras elle-même, "La Vie matérielle" est un texte sans début et sans fin, partant dans tous les sens. C'est donc l'une des grandes qualités de l'adaptation de Michel Monnereau d'avoir su le domestiquer et de l'avoir rendu évident.

Pareillement, si Catherine Artigala est souvent dans son fauteuil, William Mesguich a peuplé la scène d'endroits où elle peut également être saisi instantanément après un court passage dans le noir. Ainsi, elle occupe un moment un écritoire, s'y plante debout pour se servir un énième verre de Pouilly, se love dans un coin canapé en bordure de scène.

Parfois immobile mais jamais statique, Catherine Artigala, dont avait déjà pu apprécier la prestation dans "Le journal d'une femme de chambre" d'Octave Mirbeau, compose une Duras d'une étonnante vivacité. On la sent prête à bondir, à danser ou à chanter "Capri, c'est fini".

Elle ne le fera pas, mais, en tout cas, l'actrice ose la gaieté, voire la malice. Et c'est tout à fait crédible, et loin de l'idée d'une intellectuelle ennuyeuse que les détracteurs d'"India Song" aiment à propager. Ce n'est évidemment pas le sentiment qu'on aura devant cette "Vie matérielle".

Tout au contraire. après avoir vu cet hommage intelligent et sensible à Marguerite Duras, on aura envie de se replonger immédiatement dans une œuvre capable de susciter un tel exercice d'admiration.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=