Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce León Ferrari - L'aimable cruauté
Musée national d’art moderne Centre Pompidou  (Paris)  Du 20 avril au 29 août 2022

Organisée en collaboration avec le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid, le Van Abbemuseum à Eindhoven, et la Fundación Augusto y León Ferrari Arte y Acervo à Buenos Aires, le Musée national d’art moderne Centre Pompidou présente la première exposition institutionnelle en France consacrée à l'artiste plasticien argentin León Ferrari (1920-2013)

Conçue et réalisée par le musée de Madrid, où elle a été inaugurée, et la famille Ferrari à l'occasion du centième anniversaore de la naissance de l'artiste, elle s'intitule "L'aimable cruauté", traduction de la "bondadosa crueldad" en référence à la critique de ce dernier quant à l'art qui embellit et banalise la violence.

Récompensée pour son ensemble en 2007 par un Lion d'or à la 52ème Biennale d'Art Contemporain de Venise, l'oeuvre de León Ferrari s'avère protéiforme dans une dualité ainsi qualifiée : "J’ai fait et je continue de faire deux types d’œuvres : l’une sans intention éthique, abstraite, l’autre où j’utilise l’esthétique pour mettre en question l’éthique de la culture occidentale".

Ce que l'exposition parisienne placée en France sous le commissariat de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur à la bibliothèque Kandinsky, présente en trois sections génériques qui se déploient dans un seul espace muséal ouvert qui permet une déambulation fluide entre trois sections génériques.

L'aimable cruauté - Memento Mori 

Ainsi "La Civilisation occidentale et chrétienne", "Architectures de la folie" et "Confusions tangibles" rendent compte de ses tropismes et de ses différentes pratiques esthétiques depuis ses premières sculptures en céramique des années 50 ("Mujer Preoccupada") et puis en fil de fer de la décennie suivante ("Hombre", "Opus 113").

La monstration, articulée autour du champigon atomique "Red Mushroom" est visuellement introduite par l'oeuvre la plus emblématique et notoire de León Ferrari, "La Civilizacion Occidental y Cristiana" qui n'est pas sans évoquer le texte de Friedrich Nietzsche"Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué !".

Elle appartient à un corpus d'oeuvres qui inscrit l'artiste comme un des représentants majeurs du conceptualisme latino-américain prônant l'indissociabilité de l'art et de l'action politique en opérant sous le tropisme de la stigmatisation et de la dénonciation de la barbarie du monde libéral occidental telle qu'elle se matérialise par le colonialisme, la dictature et la guerre.

Ainsi dénonce-t-il notamment la dictature chilienne, au cours laquelle son fils a fait partie des "disparus", avec la compilation de coupures de presse "Nosotroms no sabiemos" et les collages de la série "Nunca mas" croisant les toiles de la peinture de dévotion avec les documents photo-journalistique.

Il stigmatise également de manière virulente le rôle de l'Eglise comme soutien souvent actif du pouvoir et de manière récurrente les préceptes chrétien, dont ceux du bien et du mal et du juste châtiment, qu'il soit rendue par le système judiciaire ou lors du jugement dernier, par une relecture iconoclaste de la Bible avec les collages de la série "Relecturas de la Biblia" ainsi que dans des installations telle "La Justicia" avec une poule encagée déféquant sur les plateaux d'une balance.

Le second type d'oeuvres ressort au conceptuel expérimental visant la valeur du signe, par une recherche graphique sur la calligraphie et la visualité du langage dès les années 1960 avec les "Cuadros escritos" proches du lettrisme ainsi que les "Eliografias" qui, avec les figures du labyrinthe et de la spirale,dénonce l’absurdité de la société contemporaine.

A ne pas rater la sculpture suspendue "Huesos" inspirée de la vanité et à voir en préambule à la visite :
le documentaire "Civilización" de Rubén Guzmán (en espagnol)
la présentation en vidéo de l'exposition "La bondadosa crueldad León Ferrari, 100 años" à Madrid
les oeuvres de l'artiste sur le site de la Fondation Leon Ferrari

 
En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Musée national d’art moderne Centre Pompidou


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=