Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère
Musée Picasso Paris  (Paris)  Du 17 mai au 4 septembre 2022

Le Musée Picasso Paris initie une programmation d'expositions de regards contemporains "afin d’interroger la postérité de Picasso" décidée par Cécile Debray qui assure sa direction depuis 2021, en proposant sous le titre "Les femmes qui pleurent sont en colère" des oeuvres réalisés par ORLAN, artiste phare et figure tutélaire du "body art" français.

Terminologie à laquelle celle-ci préfère celle d'"art charnel" pour rendre compte notamment de son tropisme pour l'autoportrait qui se traduit par la revisite des archétypes iconographiques de l’Histoire de l’art et ceux culturels pratiquée dès son entrée sur la scène artistique.

Après notamment les "Surgery-Performance" du début des années 1990 qui transformait réellement son corps en "ready-made modifié" par l'intermédiaire d'opérations chirurgicales, elle initie un mode purement virtuel, remplaçant le bistouri par "la chirurgie des images" et l'utilisation de la technologie numérique.

Toujours dans un contexte de manifeste féministe, l'autoportrait conceptualisé comme une mise en abyme identitaire par le procédé de "défiguration-refiguration" se traduit par l’hybridation de son image avec celles de représentations féminines dans le cadre de son corpus nommé "Self-hybridations" destiné à "supprimer les frontières entre cultures, civilisations, couleurs de peau, générations, sexes et pratiques artistiques".

La femme qui pleure : ORLAN vs Picasso

Après "Self-hybridations précolombiennes" en 1998, puis Africaines en 2000 et Amérindiennes 2005, ORLAN a exploré l'hybridation dystopique avec l'humanoïde avec la sculpture "ORLAN-oïde" insérée dans l’exposition

Sous le commissariat de François Dareau, chargé de recherches au Musée Picasso Paris, celui-ci prend le relais de la Sorbonne et de Galerie Eva Vautier à Nice pour présenter douze photo-montages réalisées en 2019 qui ouvrent de nouvelles séries en résonance avec l'oeuvre de Pablo Picasso.

Outre ORLAN qui se représente à la façon picassienne, trois oeuvres constituent des avatars de la figure de la mère, figure éplorée allégorie de la souffrance, de la fresque "Guernica" à laquelle est ajoutée une langue expression du cri.

Et, nonobstant son admiration affirmée pour Picasso, elle créée la série "Les femmes qui pleurent sont en colère" en lien notamment avec le portrait de Dora Maar intitulé "La femme qui pleure" de Picasso dans une entreprise de dénonciation de la domination masculine telle celle de l'artiste qui de surcroît réifie le corps féminin et en l'espèce était violent, de l'emprise de l'homme sur la femme et de désaliénation de la femme amoureuse.

A noter qu'une exposition "Manifeste ORLAN - Corps et sculptures" se tient presque concomitamment aux Abattoirs à Toulouse jusqu'au 28 août 2022

En préambule à la visite, en accès gratuit :

à voir en diaporama :
l'exposition in situ
l'exposition "Manifeste ORLAN - Corps et sculptures"
l'exposition à la galerie Eva Gautier
l'exposition "Artist & Robots" au Grand Palais en 2018 :
le corpus Self hybridations sur le site officiel de l'artiste
en vidéo :
la conférence à la Sorbonne avec ORLAN dans le cadre de son exposition "Les femmes qui pleurent sont en colère par femme avec tête(s)" à la Sorbonne Artgallery en 2019
"Elle fait de son corps une oeuvre" avec ORLAN dans le magazine d’actualité "28 minutes" du 21 juin 2021
l'nterview d'ORLAN à l'exposition "Artist & Robots"

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Picasso Paris

Crédits photos : © Musée Picasso


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=