Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rétro C Trop #5 (édition 2022) - Dimanche 3 juillet
Little Bob Blues Bastards - The Undertones - OMD - Madness - Goodbye Meteor - Simple Minds  (Tilloloy, Somme)  24 au 26 juin 2022

Du 24 au 26 juin dernier avait lieu le festival Rétro C Trop à Tilloloy, dans le département de la Somme, à environ 1 heure de route de Paris par la A1.

Après la soirée du samedi, orientée rock, qui réunissait Manu Lanvin, Seasick Steve, Satus Quo, Rival Sons et se terminait en apothéose avec le show d'Alice Cooper, c'était plutôt le programme du dimanche, en grand revival eighties, qui éveillait notre intérêt.

Tout d'abord, ce festival qui fête sa 5ème édition se déroule sur un site très agréable, verdoyant, dans le parc du château de Tilloloy, belle bâtisse en briques rouges de XVIIe siècle. Un nombre important de tables est mis à disposition des festivaliers qui ne sont que 5.000 par soir, c'est-à-dire persque 2000 spectateurs de moins que le Zénith de Paris. Autant dire que par rapport à l'obésité de certains festivals d'été, celui-ci, avec sa thématique rétro, reste à taille humaine.

Cette journée du dimanche 26 juin aurait dû débuter avec From The Jam, la reformation de The Jam qui tourne depuis 2007, sans Paul Weller mais avec Foxton et Buckler. C'est finalement Little Bob Blues Bastards, en remplaçant de luxe de dernière minute, qui ouvre le bal. Little Bob, 77 ans au compteur, soit 3 de plus que le vétéran Alice Cooper la veille, tient la scène avec conviction. Pas de manières pédantes chez ce grand monsieur increvable du rock hexagonal. Il y a eu quelques changements dans la composition du groupe, avec un nouveau batteur qui tape fort, et un clavier nouveau venu en remplacement de l'harmoniciste Mickey Blow, ancien complice de Johnny Thunders, Dick Rivers ou encore Alain Bashung. Mais les fidèles Bertrand Couloume à la contrebasse et "Gillou" Mallet aux guitares encadrent toujours le rocker havrais. Le set, plus rock que blues, revisite toute carrière de Little Bob, des débuts avec "Riot in Toulouse" ou "High Time" au dernier album avec "We need hope", sans oublier quelques classiques, "Lost Territories" de 1993 ou "Ringolevio" de 1987. Increvable, toujours heureux sur scène, Little Bob est une valeur sûre qui a su, en début d'après-midi, retourner le public.

Après trois quarts d'heure de battement, le festival se déroulant sur une seule scène, ce sont les Undertones qui prennent possession du site. Reformés au début des années 2000, avec Paul McLoone en lieu et place de Feargal Sharkey à la voix, les Irlandais enchaînent les singles dès le début du set : "You've got my number", "The Love Parade", "Jimmy Jimmy", puis rapidement "Teenage Kicks"... Le concert est solide, Paul McLoone assure le show et les frères O'Neill aux guitares sourient comme des gosses, néanmoins le son de façade, très aigüe ne permet pas d'apprécier le concert dans les meilleures conditions.

Puis vient le tour d'OMD. En entrant en scène, Andy McCluskey s'adresse au public : "Vous avez eu du blues-rock, puis de la punk-pop. Maintenant, c'est de la synth-pop. Nous sommes Orchestral Manoeuvres In The Dark". Le concert, encore une fois, se présente sous forme de best of : "Electricity", "Tesla Girls", "Locomotion"...

Lorsque Paul Humphreys revient derrière son clavier après avoir chanté "Souvenir" en devant de scène, Andy s'adresse au public : "La preuve que Paul vous aime, c'est qu'il a gardé ses lunettes pour mieux vous voir". Andy continue de sauter et de courir d'un bord à l'autre de la scène malgré son 63ème anniversaire fêté deux jours auparavant. En dernier titre, les pionniers de la synth-wave, qui en début de carrière avaient ouverts pour Joy Division, choisissent "Enola Gay", leur plus gros succès en France. Le plaisir est total pour le public.

Le soleil continue de briller lorsque Madness vient à son tour égrener ses tubes. Très attendu par le public, le groupe de pop / ska débute très fort avec "One Step Beyond", histoire de mettre tout le monde d'accord. Madness n'avait plus joué en France depuis une date à Montpellier en 2018, alors "Chrissy Boy" Foreman, guitariste du groupe, ne manque pas une occasion de s'adresser au public avec les quelques mots à son répertoire, tandis que Lee Thompson, "Kix" au saxo et l'emblématique fès rouge du groupe vissé sur la tête, multiplie les blagues. Cependant, après une demi-douzaine de titres, Madness s'enfonce dans un tunnel de titres plus récents et perd un peu son public. Le groupe propose un show professionnel mais qui manque un peu de vraie folie malgré les blagues de Graham "Suggs" McPherson. Heureusement, le concert se concert sur les chapeaux de roue avec l'enchaînement de "Baggy Trousers", "Our House", "It must be love", "Madness" et "Night boat to Cairo".

Après une pause sur la toute petite scène de l'entrée du festival en compagnie de Goodbye Meteor, un bon groupe de post-rock d'Amiens dans la veine Mogwai, c'est au tour de Simple Minds d'entrer en scène.

Et c'est un énorme show. Certes, il ne reste plus que Jim Kerr et Charlie Burchill du groupe original, mais ils ont su s'entourer de jeunes musiciens qui assurent autant au niveau musical qu'au niveau spectacle. Parmi eux, la batteuse Cherisse Osei, qui a joué avec Mika ou Brian Ferry, tape fort tout en amenant une touche de glamour.

Le son est puissant. Jim Kerr et Charlie Burchill arpentent la scène vont vers le public et abusent volontiers des clichés de festival pour se mettre le public dans la poche. De plus, le light show est une vraie machine de guerre.

Annoncer une tournée qui s'intitule "40 ans de hits" pour un groupe dont les chansons populaires vont de 1982 à 1992, c'est peut-être un peu exagéré, mais ils mouillent la chemise, et comme Little Bob, OMD ou The Undertones, ils prennent visiblement plaisir à jouer ensemble. "Belfast Child" a toujours été et demeurera une sinécure, mais "Someone Somewhere In Summertime", "Glittering Prize", "Waterfront", et même "She's A River" rattrapent l'attention du public. En fin de set, "Don't You (Forget About Me)", étiré à l'envi fait chanter le public. Enchaîné rapidement avec "Alive & Kicking" et "Sanctify Yourself", l'effet est diablement efficace.

Ces prochaines années, on restera attentif à la programmation de ce festival très agréable, à taille humaine et très bien organisé.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Little Bob Blues Bastards en concert au New Morning (vendredi 9 octobre 2015)
The Undertones en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)
The Undertones en concert au Festival Street Punk Ink Mas Party #3 (édition 2018)
OMD en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
OMD en concert à W Festival #5 (édition 2021) - samedi 28 août
La chronique de l'album Motta jamaican mento 1951-56 de Mento madness
La chronique de l'album The Liberty Of Norton Folgate de Madness
La chronique de l'album Full House - The Very Best of Madness de Madness
Madness en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Madness en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Madness en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Madness en concert au Festival Beauregard #14 (édition 2022) - Jeudi 7 juillet
L'interview de Madness (21 octobre 2009)
La chronique de l'album Walk Between Worlds de Simple Minds
La chronique de l'album Direction of the Heart de Simple Minds
Simple Minds en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Simple Minds en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Simple Minds en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Festival Rétro C Trop
Le Facebook de Festival Rétro C Trop

Crédits photos : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=