Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les enfants endormis
Anthony Passeron  (Editions Globe)  août 2022

Voilà une des surprises et une des belles lectures de cette rentrée littéraire que celle proposée par Anthony Passeron avec son ouvrage Les enfants endormis, publié aux éditions Globe. Anthony Passeron est né à Nice, il est enseignant dans un lycée professionnel et son ouvrage est un premier roman.

Pour Anthony Passeron, "écrire, c’était la seule solution pour que l’histoire de son oncle, l’histoire de sa famille, ne disparaissent pas avec eux, avec le village. Pour leur montrer que la vie de Désiré s’était inscrite dans le chaos du monde, un chaos de faits historiques, géographiques et sociaux. Et les aider à se défaire de la peine, à sortir de la solitude dans laquelle le chagrin et la honte les avaient plongés".

Quarante ans après la mort de son oncle Désiré, Anthony Passeron décide d’interroger le passé familial. Evoquant l’ascension de ses grands-parents devenus bouchers pendant les Trente Glorieuses, puis le fossé grandissant apparu entre eux et la génération de leurs enfants, il croise deux histoires dans son ouvrage : celle de l’apparition du SIDA dans une famille de l’arrière-pays niçois (la sienne) et celle de la lutte contre la maladie dans les hôpitaux français et américains.

Superbement écrit, très juste dans le ton et dans la description d’une époque, l’auteur parvient avec brio à mêler le parcours et le destin de son oncle héroïnomane frappée par le Sida et celui d’une époque durement touchée par cette nouvelle maladie. Il nous embarque à Amsterdam où son oncle, lors d’une de ses virées va tomber dans le piège de la drogue, qui lui fera attraper le Sida.

Il nous embarque aussi à l’intérieur de sa famille, qui vont nier pendant longtemps la réalité des difficultés de Désiré, trop difficile à accepter et peu en adéquation avec l’image que veut véhiculer un couple de bouchers à la réputation de commerçants exemplaires, une réputation qu’ils ont construit sur la durée en partant de rien.

La grande qualité de l’ouvrage, au-delà de l’écriture et de l’histoire qu’elle raconte vient de l’ambition d’Anthony Passeron de ne juger personne, ni son oncle tombé dans la drogue puis dans le SIDA, embarquant dans sa mort son épouse et sa fille ni les parents de Désiré, touché par la honte et le déni face à la séropositivité de leur fils. Désiré était le fils aîné de ses parents qui avait quatre enfants, il était même le fils préféré, le fils choyé mais aussi celui en lequel on attendait le plus, celui qui devait montrer l’exemple. Il avait tout selon eux, pour avoir une vie paisible, dans la continuité de celle des parents et de la boucherie. Désiré n’a pas fait ce choix, nous raconte Anthony Passeron avec une pudeur remarquable.

A cela s’ajoute le formidable récit que l’auteur nous fait des années SIDA, de la lutte des travaux français et américains pour identifier ce nouveau virus ravageur, de leur action pour récupérer de l’argent pour la recherche et pour tenter d’enrayer cette maladie. Il nous montre une réalité opposée, celles des médecins qui à l’époque tenter d’alerter le monde sur cette maladie pour éviter sa propagation et celle des malades qui faisaient tout pour garder secret la maladie qui les frappait.

Avec cet ouvrage, l’auteur évoque, dans ce premier roman de filiation, la solitude des familles à une époque où la méconnaissance du virus était totale, le déni écrasant, et le malade considéré comme un paria. Il nous raconte l’histoire de ces enfants endormis, touchés par l’ivresse de la drogue, qui voulaient une vie différente de celles de leurs ainés, anéantis par le SIDA.

Les enfants endormis est un magnifique ouvrage, une des plus belles lectures de cette rentrée littéraire qu’il vous faut absolument lire.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Anthony Passeron


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=