Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Myriam Barbaux-Cohen
Mémoires d'une femme  (Ars Producktion)  septembre 2022

Ces mémoires ne sont pas de n’importe quelle femme. Elles sont d’une femme de l’ombre. Une femme cachée derrière la misogynie d’une époque, celle où être une femme et composer de la musique ne va pas de soi. Cette femme c’est Mel Bonnis, enfin rendons lui son véritable prénom : Mélanie.

Mélanie Bonnis naît le 21 janvier 1858 à Paris. Elle est issue d'une famille modeste de la petite bourgeoisie parisienne : sa mère travaille dans la passementerie et son père est contremaître en horlogerie. Elle reçoit une éducation stricte et religieuse. C’est sur le vieux piano de la maison familiale dont personne ne joue que Mélanie va faire ses premières gammes, en autodidacte, au grand regret de sa mère que le "bruit" incommode. Ses premières leçons de solfège, elle les recevra à douze ans. D’abord avec Jacques Maury, corniste à l'Opéra, futur professeur de cornet à piston au Conservatoire de Paris puis avec César Franck qui lui donnera des cours de piano, de composition et lui permet d’entrer au conservatoire en 1876. Elle étudiera la composition et l’harmonie dans la classe, pour femmes, d’Ernest Guiraud, l’accompagnement au piano d’Auguste Bazille et suivra avec une certaine ferveur les cours d’orgue de Franck.

C’est durant cette période qu’elle rencontrera Amédée Hettich, jeune élève de son âge alors en classe de chant. C’est un homme de culture, capable de chanter, écrire des poèmes et des critiques musicales. Ensemble, ils s’aimeront et composeront de nombreuses mélodies, musique de Mélanie, textes d’Amédée. Une jeune femme peut-elle fréquenter un musicien et le milieu musical ? Pour la famille de Mélanie, la réponse est clairement non. La jeune fille devra donc démissionner du conservatoire, trouver un métier plus convenable (la couture) et faire un beau mariage.

En 1883, elle épouse Albert Domange riche industriel, de 25 ans son aîné, deux fois veuf et père de cinq garçons. Elle se dévouera à ses devoirs familiaux mais son mari lui laisse garder contact avec le milieu musical et même composer, mais sous son nom de jeune fille. Cela lui permettra de retrouver son amour de jeunesse Amédée Hettich qui va l’encourager à composer (elle collaborera à sa collection "les airs classiques") et la rapprocher du milieu musical et des éditeurs.

Ensemble ils auront un enfant, Madeleine, fruit d’un amour interdit dont l’existence restera cachée dans la famille jusqu’à la guerre de 1914. Cette situation sera terrible pour Mélanie catholique fervente. C’est à cette période qu’elle composera le plus, l’écriture, la musique comme un refuge. Ses œuvres sont diverses : pour piano, pour orgue, de musique de chambre, pour orchestre, vocales... Sa musique connaît un succès d’estime mais n’est pas assez jouée pour se faire connaître du grand public. Le fait d’être une femme est un frein à sa reconnaissance, le fait de prendre divers pseudonymes, de choisir de s’appeler Mel, aux connotations plus masculines n’y changeront rien. Bien que publiée par Alphonse Leduc, Demets, Eschig ou Maurice Sénart, sa ténacité restera vaine.

Petit à petit Mélanie Bonnis va s’isoler du monde pour se recentrer sur sa famille et la religion. Elle décède le 18 mars 1937.

La pianiste Myriam Barbaux-Cohen aime Mel Bonnis et cela s’entend dans chaque note, chaque ligne mélodique, dans chaque atmosphère. Avec beaucoup de sensibilité, une légèreté dans le phrasé elle rend hommage à cette musique pleine de charme même dans la plus pure mélancolie, plein de nuances. On y entendra des influences de Franck ou Fauré, de l’impressionnisme, du mysticisme. Le son est excellent (support SACD). Une référence !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Enrique Granados : Oeuvres pour Piano de Myriam Barbaux-Cohen

En savoir plus :
Le site officiel de Myriam Barbaux-Cohen
Le Facebook de Myriam Barbaux-Cohen


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=