Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce M.I.A. - Bill Callahan
MATA - Reality  (Island Records / Drag City)  octobre 2022

Deux artistes dans leur zone de confort, avec deux résultats diamétralement opposés

Bill Callahan et M.I.A sortent cette semaine deux albums très fidèles à leurs canons respectifs : celui de M.I.A s'intitule MATA, et celui de Callahan, Reality.

Callahan n'avait pas opéré de rupture musicale en quittant son alias Smog. Radicalement, sa musique est toujours restée une incarnation sèche et un peu intello du grand roman américain.

Chaque album avait cependant son petit concept, sa couleur particulière. Untel creusait davantage la répétition, le côté Elvis rencontre Can, les rythmiques obsessionnelles (Rain On Lens par exemple). Tel autre allongeait un peu les notes de pedal steel guitar et les thématiques à la Hopper ("The only words I said today are 'Beer' and 'Thank you'"), country déceptive qui masquait l'humour subtil de Callahan, dont la plume habile en fait un digne successeur de Dylan à la course au Nobel.

L'Anglaise née au Sri Lanka M.I.A a quant à elle toujours exploré le potentiel acide de la pop music, et samplé des sons non-occidentaux pour faire danser en parlant de politique.

On sentait cependant dans la voix de Maya Arulpragasam une jouissance un peu disparue sur son précédent album, AIM. Une certaine lassitude, peut-être, de voir son travail pillé par toutes les artistes les plus vendeuses de leur temps (de Beyoncé à Rosalía, pour en citer deux qui l'ont fait avec talent) tandis qu'elle-même restait cantonnée à une zone un peu étrange où elle était à la fois vraiment populaire (elle en parle d'ailleurs dans MATA) sans pour autant être devenue un nom commun.

On découvre donc MATA avec beaucoup de satisfaction : la M.I.A d'il y a dix ans est revenue. La recette n'a pas changé : percussions d'Asie et d'Orient + rythmiques RnB (les meilleurs titres sont d'ailleurs produits par Pharrell Williams et Diplo : dream team) + discours critique sur les paradoxes capitalistes. Dans un monde parfait, chacun de ces morceaux sortirait en single et connaîtrait le même succès que le Chicken Teriyaki de sa grande fan Rosalía.

Callahan, en revanche, est décevant dans la redite. J'ai écouté son Reality en repensant à une interview qu'il avait donnée à un webzine américain il y a une quinzaine d'années :

Journaliste : "Quel est votre plat préféré ?"

Bill Callahan : "Le réchauffé. Mais, assez parlé de mon dernier album."

On n'est jamais très loin de l'auto-parodie dans Reality. Le titre écrit en miroir, métaphore un peu éculée de la pratique artistique, en reflète (ha ha) finalement assez bien le contenu : j'ai l'impression d'entendre Callahan dire à ses musiciens :

"Alors là vous voyez, on va faire un truc un peu atmosphérique basé sur de la guitare sèche et une voix sourde, limite monologue, et petit à petit le truc va monter en intensité, mais on restera assez digne et tout. Hein ? Ouais, comme sur mes trois albums précédents, ouais."

"Ah, alors celle-ci ça va être une longue plage de genre 7 minutes, ça va partir tout doux et à un moment il va y avoir un crescendo expé, ça va être trop bien. Comment ? Oui, comme ce qu'on faisait déjà il y a vingt ans, c'est ça."

"Celle-ci est super contemplative, je pars sur une très belle mélodie, guitare-voix, et ça flotte comme ça, tout en nuances. Comme d'hab, quoi."

Quand j'ai lu que M.I.A était une born again Christian, j'avoue que j'ai eu très peur de la manière dont cette révélation allait se refléter dans sa musique à venir. Un concert à Lyon (exceptionnel) et un album plus tard, je suis largement rassuré. L'artiste continue à être l'une des plus importantes de son époque en creusant un sillon certes déjà connu, mais son artisanat est une question de savoir-faire.

Avec Callahan, c'est tout le contraire. J'ai lu quelques premiers avis sur Reality qui semblaient y entendre un chef-d'œuvre, et ce que j'ai entendu est un album de Smog de 2009. Un très bel album, bien sûr, mais sans aucune surprise.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Matangi de M.I.A.
La chronique de l'album A.I.M. de M.I.A.
M.I.A. en concert au Trianon (samedi 11 décembre 2010)
M.I.A. en concert au Zénith de La Villette (dimanche 6 juillet 2014)
Bill Callahan en concert au Grand Mix (mercredi 10 février 2010)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Bill Callahan
Le Soundcloud de Bill Callahan
Le Facebook de Bill Callahan
Le Soundcloud de M.I.A.
Le Facebook de M.I.A.


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=