Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ruy Blas
Théâtre des Béliers Parisiens  (Paris )  novembre 2022

Drame de Vctor Hugo, mise en scène de Raymond Acquaviva, avec Lina Aucher, Tiphaine Riou, Delphine Chatelin, Nathalie Gauffre, Quentin Zommer, Dylan Perrot, Guillaume Lauro Lillo, Julien Jaulin Quentin Cantegrel et Alexis Béranger.

Selon les choix du metteur en scène, "Ruy Blas" de Victor Hugo, emblématique drame romantique, oscille souvent entre le "tire-larmes" mélodramatique de l'amour tragique du "vers de terre amoureux d'une étoile" et le brulôt politique dénonçant l'intemporel régime oligarchique.

De fait, l'opus combine les deux tout comme Victor Hugo, poète écrivain et dramaturge, érige une ode à l'amour, sentiment puissant capable de tout transcender et sublimer, et Victor Hugo, député et chantre du peuple, fait du personnage-titre le porte-parole de son manifeste politique.

Ce, en renversant les codes du conte de fées dans lequel l'amour entre le prince et la bergère connaît un heureux dénouement que Victor Hugo transforme en drame cruel car la reine n'épousera pas le laquais d'un grand du royaume rancunier qui, pour se venger d'une sentence, l'instrumentalise pour l'avilir et la déconsidérer.

Et le drame hugolien fait fi de l'académique séparation des genres ainsi qu'il l'énonce dans sa préface à cette oeuvre en considérant le drame comme procédant de la combinaison de "la tragédie par la peinture des passions" et de "la comédie par la peinture des caractères".

Ce dont rend parfaitement compte la mise en scène de Raymond Acquiviva, nonobstant le resserrement sans dommage de la partition et du générique, car sans réécriture du texte portant atteinte à la splendeur de la langue, et conservant les cinq actes aux tonalités théâtrales scandés par les intermèdes musicaux composés par Bruno Mégara.

Elle s'inscrit dans une approche affranchie des excès du pathos tragique pour le jeu comme de l'ethos romantique ainsi au plan scénographique avec un sobre dispositif scénographique, quelques éléments mobiliers et la projection en fond de scène d'images de pièces d'apparat, les costumes de l'époque du Siècle d'or espagnol revisités par Margaux Lopez et les intermèdes musicaux de Bruno Mégara.

Et avec la judicieuse scène introduite par la fameuse tirade du "Bon appétit messieurs" fustigeant les turpitudes des puissants pour laquelle les ministres n'apparaissent pas sur scène mais sur écran en vidéo style visioconférence qui résonne avec la politique spectacle contemporaine.

Raymond Acquaviva dirige des comédiens issus de son cours, avec une distribution émérite et cohérente en termes d'emplois, confrontés au rythme métrique de l'alexandrin qui demeure patent chez certains et une scansion plus déliée chez d'autres.

Dylan Perrot campe le dangereux fomenteur, Alexis Béranger et Quentin Cantegrel des hommes de main.Tiphaine Riou, Delphine Chatelin et Nathalie Gauffre, respectivement la suivante, la camériste en chef et la duègne, composent l'aéropage de la reine.

Nathalie Gauffre en sémillante entremetteuse, Julien Jaulin en noble amoureux transi avec sa tenue aux couleurs chamallow et Guillaume Lauro Lillo en truculent et désinvolte bouffon assurent avec pétulance et vivacité les scènes de comédie.

Face à la brunitude ibérique, un couple blond avec un superbe duo qui maîtrise la dualité de jeu inhérente à la situation de leur personnage : Lina Aucher, femme délaissée en quête d'amour et reine moderne par sa rebellion contre le protocole qui évoque un proto-féminisme contre les assignations liberticides, et dans le rôle-titre Quentin Zommer aussi tendre amant que fougueux champion de la réformation de l'Etat pour la grandeur de l'Etat et le bien du peuple.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=