Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Asyl
Petits cauchemars entre amis  (Because)  avril 2006

Bon, inutile de revenir pour la énième fois sur le fait que de plus en plus, les jeunes groupes ressortent les sons et les attitudes de nos jeunes années. On passera rapidement sur le phénomène pré pubère rock parisien pour se pencher du côté des (à peine plus âgés) Asyl.

Nous avions il y a une petite année été séduit par leur premier EP mais surtout par une prestation scénique plutôt agréable en première partie des Warlocks. On se souvient de ce jeune chanteur aux attitudes très 80's (voire même fin 70's) d'une certaine scène anglaise et on ne pouvait que comparer à un fameux Ian Curtis toutes proportions gardées.

En résumé, ce fut un bon concert, fait de poses autant que de spontanéités, de titres très réussi et de maladresses mais en tout cas un de ces concerts qui marquent et qui donnent envie de voir ce qui va se passer à l'avenir.

L'avenir c'est donc l'album dont il est question ici intitulé Petits cauchemars entre amis (et précédé par un autre EP contenant notamment une reprise ("Génération vaincue") d'un obscur mais talentueux groupe bordelais des années 80 nommé Strychnine).

Petits cauchemars entre amis est un album qui d'ailleurs pourrait avoir été écrit dans ces années-là. Tout y est. Le son très post punk/pré new wave, faussement crasseux, les textes partagés entre rebellions sociales et mal de vivre (parfois le tout en une seule chanson comme "James Dean").

Le chanteur, quant à lui, s'en donne à coeur joie et chante, éructe, scande des textes dans lesquels il est question de sexe, de drogue et ... de rock'n roll. On pourrait parfois croire à une parodie de Trust. On pourrait espérer un clone français de Interpol.

Mais Asyl n'est finalement rien de tout cela. C'est un groupe français qui fait de son mieux la musique qu'il aime (et qui pour l'essentiel n'était plus à la mode alors qu'ils n'étaient peut-être même pas nés).

Ce premier album de Asyl est parfois maladroit, souvent caricatural, pas toujours pertinent mais pourtant il arrive à faire mouche. "Minuit 10" par exemple et sa construction à la manière des comptines pour enfants ("1,2, 3 nous irons au bois, 4,5,6" etc) est assez réussi.

"Zeppelin", découvert en live perd ici un peu de son côté hypnotique qui lui va si bien sur scène mais s'en sort assez bien. "Je sais tout de vous" ou "Music hole" réussissent aussi à interpeller l'auditeur tandis que "James Dean" laisse plus indifférent et n'est peut-être pas stratégiquement bien placé en début de disque.

Au final, Petits cauchemars entre amis se laisse écouter sympathiquement et si possible seul pour éviter les remarques désobligeantes de vos amis jaloux qui ne manqueront pas de reconnaître ça et là des influences par trop évidentes. Mais cet album d'Asyl est aussi un disque sur lequel on peut facilement piocher des titres individuellement, et quelques uns pourraient bien se retrouver, mine de rien sur quelques compils estivales (Rock and Folk n'a d'ailleurs pas attendu si longtemps et propose déjà un titre sur la compil de printemps).

Quoiqu'il en soit, Asyl fait partie de ces groupes qui illustrent par l'exemple la faible distance qui sépare la France du Royaume (du rock) Uni en osant plaquer des textes français sur une musique résolument d'outre-Manche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brûle brûle brûle de Asyl
Asyl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Asyl en concert à La Maroquinerie (8 juin 2006)
Asyl en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
L'interview de Asyl (20 juin 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Asyl


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
en reprise :
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=