Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Calexico - El Perro del mar
La Maroquinerie  (Paris)  4 avril 2006

La Maroquinerie était bondée ce soir pour le très attendu retour de Calexico. En effet, après le concert du combo guitare/batterie Joey Burns et John Convertino à la Flèche d'Or en février 2006, Calexico revient ce soir au complet à l'occasion de la sortie de leur nouvel album Garden Ruin.

En première partie, El perro del mar.

Malgré son nom latino, les trois blonds d'El Perro del Mar viennent du nord, et du nord du nord et ne font pas dans la musique programmée sur 99.0 FM. El perro del mar vient de Scandinavie, de Suède plus précisément, pays qui décidément se révèle être un creuset indie-rock inépuisable.

El perro del mar est l'avatar de Sarah (guitare/chant) qui le décrit, fort justement, ainsi : "El Perro Del Mar simply is the easiest and most direct way for me to say and do the things I cannot do in real life. To live inside the music, to close the door on the outside world - if just for 3 minutes or basically just the length of a standard pop song - is what makes the hours of the day worth while".

Curieuse impression en live que ce groupe quasi-immobile, les deux guitaristes assis, recroquevillés sur leur instrument, un peu hors du temps.

Accompagnée de Bjorg et Kaspar, elle nous entraîne dans un revival de pop des sixties classieuse et lo-fi. Tout n'est que douceur et mélancolie, un peu affectées, mais au final de très bonne facture, subjuguant le public.

Le retour de Calexico en terre parisienne est salué à grands renforts d'applaudissements.

Tous sont souriants et semblent détendus. Cela promet un beau concert. Et ce fût le cas.

Bien évidemment, Joey Burns et John Convertino n'ont pas renoncé à leur épopée à la frontière américano-mexicaine et leur son qui a donné l'adjectif "calexiquien", ce mélange de country-rock énergique et de folk inspiré dont les fans connaissent tous les titres au mot près.

Les anciens morceaux, des classiques, comme "Crystal frontier" pour un final apocalyptique, "El Picador", "Across the wire", "Not even Stevie Nicks" ou "Minas de cobre" déchaînent la liesse générale.

Mais le public adhère aussi totalement à leur nouvel album dont la quasi-totalité des titres sera jouée et qui explorent de nouvelles contrées musicales tantôt plus rock ("Letter to Bowie knife"), tantôt plus pop ("Yours and Mine", "Cruel", "Bisbee blue").

Avec ce Garden Ruin, Calexico explore en effet un univers pop rock qu'on ne lui connaissait jusqu'à présent que par intermitence avec des titres très chantés et surtout un son moins mexicano.

C'est aussi un plaisir de voir Joey Burns, guitariste virtuose, se jouer des cordes et John Convertino, batteur d'une rare élégance, les baguettes semblant virevolter au bout de ses doigts tout en dégageant une puissance sonore incroyable.

Pas de troupe de mariachis au complet ce soir mais 2 cuivres qui viennent en renfort sur certains titres ("Alone again or", "Crystal frontier"). Le reste du temps Calexico ressemble à un vrai groupe ce soir. La Steal guitar est impériale tandis que Burns et Convertino semblent vraiment très complices. Le (contre)bassiste est le plus discret de la bande mais donne au concert un rythme parfait qui permet de dynamiser les titres de Garden Ruin les plus lents.

Les petits poivrons lumineux accrochés au pied de micro de Burns ne sont même plus kitsch, ils sont ... calexiquiens, justement ... ils rappellent le sud, la chaleur, le chili con carne, le sable, les westerns, et leur petites lumières intérieures leur donnent ce côté morderne et un peu superflu.

Et puis Joey Burns, souriant, nous parle de temps en temps. Il parle de Paris, de Bourges, il présente à plusieurs reprises ses musiciens, preuve une fois de plus que Calexico n'est plus un duo.

Joey Burns chante aussi dans un français approximatif ("Nom de plume") et conquiert définitivement le public.

Le Calexico nouveau est décidément fait pour nous plaire et pour ceux qui pensaient que ce groupe resterait définitivement ancré dans ses terres de Tucson et sa musique de cowboys à grands chapeaux, il est toujours temps de changer d'avis.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Garden ruin de Calexico
La chronique de l'album Carried to dust de Calexico
La chronique de l'album Algiers de Calexico
La chronique de l'album Years to Burn de Calexico / Iron & Wine
Calexico en concert à l'Olympia (3 avril 2003)
Calexico en concert au Festival International de Benicassim 2003
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Calexico en concert à La Flèche d'Or (16 février 2006)
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Calexico en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Calexico en concert à La Cigale (mardi 14 octobre 2008)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Calexico en concert à L'Aéronef (dimanche 24 février 2013)
La vidéo de World Drifts In - Live at the Barbican London par Calexico
El Perro del mar en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
El Perro del mar en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Calexico
Le site officiel de El perro del mar

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=