Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morrissey
Ringleader of the tormentors  (Sanctuary / PIAS)  avril 2006

Il vit maintenant en Italie. Il chante l'Italie. Il cite l'Italie. Il a même travaillé avec Ennio Morricone et s'est fait produire par un certain Toni Visconti (producteur légendaire de T Rex à Bowie pour ne citer que les plus anciens). Beaucoup de Sud donc dans ce nouveau disque du plus anglais de nos idoles.

Morrissey revient donc à nouveau avec un album, à peine 2 ans après You are the Quarry qui avait signé un retour fracassant suite à une trop longue absence.

Ringleader of the tormentors a donc été composé à Rome, nouvelle terre d'asile de Morrissey, et sent bon le Sud d'ailleurs, à plus d'un titre.

Bien sûr tout d'abord parce que Morrissey a fait appel à quelques gloires locales bien connues, comme Ennio Morricone sur "Dead god please help me". On trouve aussi sur ce disque quelques cuivres et cordes qui sans rendre l'album fleur bleue, l'allège quand même agréablement de son côté rockabilly devenu de plus en plus insupportable au fil du temps.

Ici les guitares portent les mélodies sans les plomber même si elles reviennent encore en force çà et là elle sont canalisées par une productions impeccables dont l'exemple parfait est "I just want to see the boy happy".

Moins lourd et moins pessimiste aussi car après nous avoir baladé dans de bien sombres tunnels, il semble aujourd'hui que Morrissey se sente pousser des ailes.

Est-ce que cela est dû au soleil italien ou à une maturité et une prise de confiance en soit, nul ne le sait mais le Moz se lâche enfin, libère ses démons, se confie à mots à peine cachés dans une sincérité sans artifices que l'on ne lui connaissait guère.

Ce qui n'a pas changé chez lui, c'est sa voix bien évidemment, toujours aussi belle (ou agaçante selon le point de vue) même s'il en joue parfois un peu trop comme sur ce "You have killed me" un peu grandiloquent.

De voix il est aussi question sur "The younguest was the most loved" sur lequel on trouve des chœurs dignes des Petits Chanteurs à la croix de bois. Amusant mais le morceau manque de puissance sur la longueur. Plus discrets et plus agréablement utilisés, on retrouve les charmants bambins sur "The father who must be killed".

Malgré l'optimisme ambiant, on retrouve le côté mélancolique de Morrissey sur un très doux et très beau "I'll never be anybody's hero now" sur lequel la voix s'en donne à cœur joie et rappelle la belle époque des Smiths … ou presque.

"At last I am born" clôt de fort belle façon Ringleader of the tormentors. Un nouveau Morrissey est donc enfin né. Celui qui s'assume et s'ouvre au monde (sans jeu de mots).

Espérons seulement que cette révélation ne soit pas suivie d'un tarissement de sa source d'inspiration. Que deviendrions nous si tout allait bien pour Morrissey ??

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You are the Quarry de Morrissey
La chronique de l'album Live at Earls Court - Who put the M in Manchester ? de Morrissey
Morrissey parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey
Morrissey en concert à La mutualité (28 octobre 2002)
Morrissey en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Morrissey en concert au Zénith (vendredi 13 novembre 2009)
Morrissey en concert au Grand Rex (27 octobre 2014)

En savoir plus :

Le site officiel de Morrissey


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=