Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grief and Beauty
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2023

Comédie dramatique écrite et mise en scène Milo Rau, avec Arne de Tremerie, Anne Deyglat, Princess Isatu Hassan Bangura, Staf Smans et Johanna B.

Janvier et février 2023 seront à la Colline le "moment Milo Rau", avec deux épisodes d'un triptyque intitulé "Trilogie de la vie privée". Le troisième, en gestation, conclura la série en 2024.

Historiquement, "Familie" précède "Grief and Beauty", mais cela n'a aucune importance puisqu'il n'y a en commun entre les deux pièces que le même thème : celui de la mort.

En France, on connaît encore mal Milo Rau, un dramaturge suisse qui dirige le Théâtre national de Gand, le NT Gent. A l'instar du cinéaste danois Lars Von Trier et de son "Dogma", Milo Rau respecte dans ses créations les principes qu'il a énoncés dans son très sérieux "manifeste de Gand"... Il souhaite ainsi qu'amateurs et comédiens professionnels soient en nombre égal, que les décors soient limités et respectent des normes écologiques strictes.

Souvent son théâtre est ouvertement politique, mais, comme le souligne le titre de la trilogie à laquelle appartient "Grief and Beauty", on est ici dans un théâtre de l'intime où quatre comédiens, professionnels ou amateurs, vont, chacun leur tour, et sans beaucoup s'adresser la parole les uns les autres, raconter quelque chose constituant leur expérience de la mort.

Les quatre personnages (un jeune homme, une femme venue de Sierra Leone, une ancienne institutrice et un vieillard) sont tous assis côté jardin et vont tour à tour prendre place au centre de la scène pour se raconter. En arrière plan, trois grands rectangles, qui communiquent, représentent trois pièces d'une maison ou d'un appartement (chambre, salon, cuisine). Au-dessus de ces trois éléments, suspendu sur eux comme une épée de Damoclès, un grand écran vidéo.

Avant même que débute le spectacle, l'écran vidéo est rempli par un gros plan, celui d'une vieille femme à lunettes. Elle ne bouge presque pas. On apprendra que ce n'est pas un personnage, mais une femme en fin de vie et que l'on va assister à ses derniers moments. Cette présence permanente, il faut le dire, est très gênante. Au point qu'elle empêche d'apprécier à leurs valeurs les interventions des personnes sur scène. A la fin du spectacle, quand chacun aura prononcé ses sentences, tous lèveront les yeux vers cette dame et feront communion avec le public pour assister à sa mort en direct.

Les quelques pas de danse entre le vieux Monsieur et le jeune homme qui a joué enfant le petit Prince, auront beau avoir été un petit moment de grâce; on ne sera plus qu'une gigantesque paire d'yeux, mal à l'aise, physiquement et éthiquement.

Evidemment, on voit un visage apaisé presque souriant, et l'on retient son souffle alors qu'il ne lui en reste plus qu'une fraction minuscule avant que sa mort survienne enfin. Tout juste, attendrait-on un huissier pour savoir si le balancier de l'horloge qu'on aperçoit derrière elle a frappé son ultime coup.

Si l'on traduit le titre, ce qu'on devrait toujours faire, "Grief and Beauty", cela veut dire "Deuil et Beauté". Milo Rau associe donc deux notions qui paraissent antagonistes. Mais si l'on admet qu'on peut filmer la mort d'un être humain et la diffuser tous les soirs dans un théâtre, seul lieu où paradoxalement on ne peut voir que de la mort inventée, la mort filmée proposée par Milo Rau est "belle". Et, dès lors, son titre se justifie amplement.

Difficile de rentrer la première fois dans un univers qu'on sait personnel, et avec qui on va désormais avoir régulièrement rendez-vous. Il y aura forcément de quoi polémiquer, des transgressions à accepter, un mode de récit nouveau, des tics d'écriture... On comprend très vite que Milo Rau est très doué et sait capter l'intérêt de son spectateur.

Il faudra peut-être un peu plus de temps pour approuver quand certains en font un génie dans la lignée de Fassbinder. On en saura plus après avoir vu "Familie".

 

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=