Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Némésis
Ateliers Berthier  (Paris)  mars 2023

Comédie dramatique d’après le roman éponyme de Philip Roth, adaptation et mise en scène de Tiphaine Raffier, avec Clara Bretheau, Eric Challier, Maxime Dambrin, Judith Derouin, Juliet Doucet, François Godart, Alexandre Gonin, Maika Louakairim, Tom Menanteau, Hélène Patarot, Edith Proust, Stuart Seide, Adrien Serre et le Choeur d'enfants du Conservatoire de Saint-Denis accompagnés par L'Ensemble Miroirs Etendus.

Publié en 2010, "Némésis" est le dernier roman écrit par Philip Roth avant sa mort en 2018. Il appartient à l'ultime cycle écrit par l'écrivain new-yorkais. Fini le temps de la truculence, des épopées tragi-comiques de ses doubles, tel Nathan Zuckermann, pris en tenailles entre sa judéité et sa sexualité.

Néanmoins, "Némésis" reste un livre inspiré par un épisode de sa vie, même si son héros, Eugene "Bucky" Cantor, n'est pas inspiré de sa propre existence. On est en 1944, à Newark, la ville où est né Philip Roth, dans le New Jersey, pas très loin de New York et une épidémie de poliomyélite va soudain déferler du quartier italien pour atteindre la partie juive de la cité.

Il faut immédiatement féliciter Tiphaine Raffier d'avoir eu l'intelligence de ne pas tailler dans ce dernier chef d'œuvre d'un des plus grands auteurs contemporains et d'avoir adapté complètement, quasiment sans coupes, ce livre dense où aucun passage n'est inutile, pour ne pas dire chaque mot.

Son adaptation théâtrale sera donc l'occasion de trois parties bien distinctes : une partie sombre, à Newark, autour du terrain sur lequel Bucky Cantor fait faire du sport aux enfants du quartier, et où la polio va frapper ; une partie lumineuse dans le décor d'un camp de vacances, moment musical où le bonheur semble avoir raison du pire, une dernière partie, crépusculaire, celle où Bucky Cantor vieilli retrouve l'un de ses élèves rescapé de l'épidémie grâce au vaccin et cherche avec lui un sens à cette vie où sont morts prématurément tant de leurs proches.

Quand on lit Roth, on comprend vite que sa construction romanesque est virtuose et que ses récits, de taille et d'enjeux différents, s'imbriquent et se succèdent sans relâche. C'est au lecteur de déterminer quand il va s'arrêter pour reprendre souffle ou se reposer. Pour le théâtre, c'est Tiphaine Raffier qui doit de manière péremptoire, trouver les temps forts et les temps morts, les périodes où on va perdre haleine dans le récit ou ceux où l'on va trouver un havre de paix.

Là aussi, elle utilise remarquablement bien la densité rothienne et sait se servir, sans en abuser, de la vidéo pour s'autoriser des périodes de dérive où l'on se garde des moments de fluidité, d'entre d'eux quand on change de récits.

Ainsi le moment dramatique où l'on quitte Newark pour la lumière du camp de vacances, son décor idyllique qui enserre toute la scène, est admirablement négocié. On saluera au passage la très belle scénographie d'Hélène Jourdan assistée d'Alice Girardet.

On a quitté Newark, ses parents éplorés, frappés aveuglément par un mal mystérieux pour se retrouver dans une ambiance de comédie musicale avec des gentils organisateurs déguisés en indiens comme les dessinait par Norman Rockwell et des enfants joyeux, apparemment préservés de tout malheur, loin du chaos qui se passe à Newark et en Europe.

On chante, on s'amuse et Bucky Cantor croit être loin de la malédiction qui a frappé. Il rejoint celle qu'il devrait épouser dans cette Amérique où les montagnes ressemblent à celle de la Paramount...

Mais l'existence de Bucky ne connaît ici qu'un répit, histoire de se recharger en culpabilité future et permettre à Tiphaine Raffier de réussir à boucler son récit dans un dernier huis-clos qui reprend presque mot à mot les dernières pages du roman et laissera tous ceux qui auront vibrer à cette belle adaptation de quoi mouiller un bon paquet de Kleenex.

On y entendra, notamment par l'utilisation des voix-off, ce qui fait la force de l'écriture de Roth : ne pas laisser triompher une parole unique, y amalgamer tous les points de vue de tous les hommes de bonne volonté, athées ou pas, lettrés ou braves gens, forts ou fragiles, grands ou petits...

Et l'on aura alors sur scène la réunion de tout ce qui aura permis à Tiphaine Raffier de réussir cette gageure de transformer un roman de Philip Roth en grand moment d'émotion théâtral : les musiciens de l'Ensemble Miroirs Etendus, huit chanteurs du chœur d'enfants du conservatoire de Saint-Denis et une douzaine de comédiens, tous excellents, parmi lesquels Alexandre Gonin en Bucky Cantor.

Là encore un condensé d'humanité heureuse d'avoir donné du bonheur à un public qui, on l'espère, aura la curiosité de poursuivre le beau travail de Tiphaine Raffier en découvrant l'immense Philip Roth.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Hamlet take away" au Théâtre de l'Atelier Florentin
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=