Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Love Life
Koji Fukada  juin 2023

Réalisé par Koji Fukada. Japon/France. Drame. 2h04 (Sortie 14 juin 2023). Avec Fumino Kimura, Kento Nagayama Kento Nagayama, Atom Sunada, Tetta Shimada, Misuzu Kanno et Hirona Yamazaki.

Depuis quelques années, on a pu voir à peu près tous les films de Koji Fukada. Avec ses compatriotes Hirokazu Kore-Eda et Ryusuke Hamaguchi, c'est l'un des cinéastes japonais les plus suivis en France et les plus appréciés.

Avec "Love Life", il entame peut-être une nouvelle étape dans sa carrière. D'habitude, dans son cinéma centré sur la famille, il y a un élément étranger, souvent un personnage, qui vient en perturber le bon fonctionnement. Un élément qui, souvent, peut avoir une dimension fantastique.

Ici, dans "Love Life", rien de tout cela. On est dans un cinéma purement réaliste et l'événement déclencheur est la chose la plus affreuse qui puisse advenir à un couple : la mort d'un enfant.

Plus précisément Taeko (Fumino Kimura), femme divorcée avec un enfant, Keita, d'un premier mariage s'est remarié avec Jiro (Kento Nagayama). Quand Keita meurt en tombant dans sa baignoire pendant une fête familiale, tout s'effondre pour Taeko. Cette jeune femme, très impliquée dans la vie de son quartier, en butte à l'hostilité feutrée de ses beaux-parents, craque et s'éloigne de Jiro.

D'autant que son premier mari, Park, un homme malentendant d'origine coréenne et affligé de nombreuses pathologiques, refait surface à l'enterrement de Keita. Quasi-sdf, il joue le rôle de l'élément perturbateur étranger dont on parlait tout à l'heure. Taeko se sent obligée de s'en occuper.

Dans "Love Life" de Koji Fukada, l'enjeu paraît classique : la reconstruction d'une femme et d'un couple après le tsunami qu'est la mort d'un enfant. Sans être un mélo, le film n'est pas garanti sans larmes. On pleurera forcément ou l'on sera fortement ému, les comédiens, Fumino Kimura en tête, jouant avec une grande finesse leurs personnages.

Fukada n'abuse pourtant pas des scènes propices à l'émotion "facile". Au contraire, le personnage de Park pourra sembler un peu hors sol, un peu exagéré. Bipolaire, contradictoire, il n'attire pas la sympathie. On aura peu d'empathie pour lui et l'on ne comprendra pas tout de suite pourquoi Takeo s'en occupe et l'accompagne pour le ramener à son village natal.

Quand on découvrira le pot-aux-roses, on saura gré à Fukada d'avoir écrit un scénario avec des aspérités, des éléments qui ne facilitent pas la compréhension immédiate des choses.

Moment fort, acmé du film, on sera submergé par l'émotion quand surviendra un tremblement de terre, où Takeo tente de maintenir en place un plateau de jeu qu'elle avait conservé en l'état où l'avait laissé son fils. Car Keita était champion d'Othello, un joueur prometteur comme lui dira un vieux monsieur avec qui il faisait des parties à distance...

"Love Life" de Koji Fukada traite avec beaucoup de délicatesse un sujet qui pourra rebuter certains spectateurs, notamment ceux qui ont vécu le même drame. On ne leur conseillera pas d'y aller forcément ; qu'ils sachent cependant que le film pourrait, on l'espère, les aider pour surmonter du mieux possible la terrible épreuve qui les touchent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboche plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's Delight, on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! Et n'oubliez pas, vendredi 31 mai, c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=