Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ceausescu
Traian Sandu  (Editions Perrin)  septembre 2023

Un ouvrage écrit par un spécialiste de la Roumanie portant sur Ceausescu ne peut être qu’une mine d’informations sur un chef d’Etat tristement célèbre ayant pris le pouvoir en 1965 pour s’écrouler brutalement au cœur de l’hiver 1989.

Né en janvier 1918, Nicolae Ceausescu entre en apprentissage à Bucarest et découvre la lutte sociale et sa répression dès l’âge de quinze ans au sein du Parti communiste roumain. En 1948, le stalinien Gheorghiu-Dej, son mentor, ayant pris le pouvoir, il en profite pour gravir rapidement les échelons du parti et de l’État. Installé au pouvoir en mars 1965, Ceausescu hérite de la politique de son prédécesseur : éviter la déstalinisation en jouant la carte nationaliste. Ses débuts sont populaires grâce à une certaine libéralisation culturelle, à un début de société de consommation et à une ouverture vers l’Ouest.

Toutefois, les chocs pétroliers et la détente entre les États-Unis et l’Union soviétique au milieu des années 1970 le privent des ressorts de sa politique. Son rôle de pont entre Est et Ouest, sa politique d’industrialisation appuyée sur les capitaux et les technologies occidentales et sa popularité au sein de la société roumaine s’effondrent au tournant des années 1980. Un début d’opposition sociale et politique (grèves et dissidences), la décision de rembourser la dette aux institutions occidentales (FMI et Banque mondiale) qui entraîne de cruelles pénuries et la fin de la guerre froide avec l’arrivée de Gorbatchev sonnent le glas de son régime qui s’effondre en trois jours de décembre 1989.

Celui qui se faisait appeler le "génie des Carpates", ou bien le "Danube de la pensée", est exécuté avec son épouse, la redoutée Elena, au terme d’un procès particulièrement expéditif, soldant une étrange révolution dans laquelle beaucoup ont vu la main du "grand frère" soviétique, lui-même à l’agonie. Entre dérive autocratique et velléités réformatrices, nationalisme et soumission à l’URSS, paranoïa grandissante et mégalomanie dévorante, l’homme demeurait un mystère. Le voici levé par cette biographie exemplaire.

Une biographie exemplaire qui n’est pas sans me rappeler un excellent film sorti en 2010, d’Andrei Ujica s’appelant une autobiographie de Ceausescu qui retraçait de façon passionnante la vie du dictateur roumain, en s’appuyant sur des archives inédites.

Une biographie que j’ai pris grand plaisir à ire, concernant un pays que je connais bien, y étant allé plusieurs fois, ayant visité notamment ce mastodonte de palais présidentiel situé à Bucarest qui est à l’image de ce que fut le dictateur roumain.

Une biographie conséquente, plus de 450 pages, construite autour de 4 parties chronologiques : sa jeunesse d’apparatchik et sa progression au sein du Parti communiste roumain dans un premier temps, sa prise de pouvoir et l’installation de son pouvoir marqué par une certaine libéralisation du régime en trompe-l’œil, les effets de la crise dans les années 70 qui déstabilisent son régime, puis sa chute dans un dernier temps.

Alors voilà, cette biographie est au final parfaite pour mieux connaître ce dictateur ambigu, encore regretté par une partie de la population roumaine, nostalgique de la période où il dirigea la Roumanie. Tout en nuance, l’auteur nous propose un épilogue parfaitement réussi nous expliquant bien pourquoi et comment il a retrouvé une excellente image auprès des Roumains.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=