Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #51 (édition 2024)
Nine Antico : Chambre avec vue  (Angoulême)  25 au 28 janvier 2024

Nine Antico, pulsion scopique

Intitulée Chambre avec vue, l’exposition rétrospective consacrée à Nine Antico dans le cadre du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2024 donne l’impression d’être invitée dans son petit théâtre intérieur.

Née en 1981, Nine Antico est la seule autrice à avoir eu deux albums dans la sélection officielle du festival d'Angoulême 2011.

Cette artiste singulière, dont la conception de la bande dessinée ouvre aussi bien sur le livre jeunesse que sur le cinéma, nous offre une plongée profonde dans sa vision artistique et son exploration intime de la condition féminine.

Dans les histoires de Nine Antico, les femmes ont toujours le premier rôle. L’autrice pose un regard tendre sur des femmes normales, banales, voire en échec.

En peignant leur médiocrité, elle nous donne accès à notre propre humanité. Souvent adolescentes ou jeunes adultes, ce sont aussi des femmes que le désir rend puissantes (comme I love Alice et Maléfiques).

Aimant brouiller les pistes entre le réel et la fiction, elle tisse en parallèle des chroniques personnelles, non entièrement autobiographiques, et des biographies fantasmées.

Pour le diptyque Autel California, elle s’inspire de Confessions d’une groupie de Pamela Des Barres, qui chronique avec humour et poésie sa dépendance à l’amour et trace une histoire de la musique à partir de son parcours amoureux.

Que devient-on lorsque l’on passe de l’autre côté du miroir du rock ? Pour Coney island baby, elle puise dans les vies de Betty Page et Linda Lovelace, deux femmes qui ont pâti du jugement de la société et ont connu une fin de vie misérable. Là encore, la question de ce qu’une femme peut faire de son corps et de son pouvoir de séduction est central.

Issue d’une génération bercée par la culture populaire américaine à travers le cinéma, la musique et les séries télévisées, Nine Antico est travaillée au corps par une tentation d’une Amérique parfois décevante.

Au détour de l’exposition, on croise ces références pop, des coupes de cheveux des héroïnes de séries au film Dance till dawn (de son propre aveu, la mythologie du bal de promo fait partie de ces choses qui l’ont fascinée mais qu’elle ne vivra jamais), en passant par le motif de la cheerleader, qu’elle représente en plein élan, dans un mouvement arrêté.

Icône de la culture populaire américaine, la cheerleader recoupe une autre des obsessions de l’autrice : la femme comme supporter de l’homme, prise dans une chaîne alimentaire où tout le monde a besoin de tout le monde.

Les routines des équipes de cheerleaders sont comme des petits haïkus qu’elle reprend dans ses fanzines. Ce sont des choses vers lesquelles elle va instinctivement avec une envie graphique et dont elle essaie de comprendre a posteriori pourquoi elles la touchent.

La thématique des regards s'impose comme un fil conducteur de l’exposition : sujétion au regard de l’homme, mais aussi dynamique complexe de l'observante et de l'observée, à travers des personnages quêtant le regard ou s’y dérobant.

Qu’est-ce qui est visible, qu’est-ce qui reste à imaginer ? Tout l’hors-champ qui nous échappe appelle son imaginaire. Les soap operas avec lesquels on a grandi se passent toujours dans les mêmes pièces : "On n’a jamais vu les toilettes de Madame est servie", dit-elle. Dans ses albums jeunesse Quatre filles et Nous étions dix, comme dans les vignettes qu’elle partage pendant le confinement, on trouve un jeu sur le huis clos, l’ouverture sur l’intime, un dialogue entre intérieur et extérieur. Fascinée depuis l’enfance par les calendriers de l’avent, elle laisse découvrir des scènes minuscules. Nine Antico a le goût de la miniature. Elle collectionne les bons points d’écolière, les polaroïds, les images découpées dans des magazines, comme autant de repères visuels qui viennent nourrir son travail.

La partie de l’exposition dédiée à ses carnets de croquis et ses fanzines permet de saisir à la fois la liberté de son état d’esprit et la façon dont s’est construit son style graphique.

En 2003, elle publie ses premiers fanzines, une occasion pour elle de créer avant qu’on lui en donne la permission.

Elle découvre le plaisir de saisir les gens en mouvement en dessinant debout en concert dans des carnets Moleskine, avec des feutres Posca, parce que "avec le Posca, on peut ne pas être doux".

La contrainte de vitesse et d’inconfort donne à son dessin un côté elliptique qui devient sa signature graphique. Elle constate que quand elle donne tous les contours, le dessin et l’interprétation s’en retrouvent figés. Seul détail jamais éludé : les yeux. Son fanzine Rock This Way est le produit des nuits passées en concert à la Maroquinerie, au Café de la danse, au Point Ephémère ou à l’Elysée Montmartre.

L’exposition se conclut par une plongée dans son dernier album, Madones et putains, pour lequel elle est allée vers de nouveaux décors, la Sicile et Naples.

De père italien, Nine Antico a passé toutes ses vacances d’été de jeunesse en Italie, où elle a été frappée par le contraste entre les figures christiques présentes partout et la sensualité.

Selon elle, on est constitué par la liberté que l’on a gagnée en vacances et tout ce qui s’y rattache sensoriellement. Né de la lecture de La Peau de Malaparte, cet album raconte trois histoires inspirées de faits réels.

On y retrouve le thème du désir, de la sexualité qui revient pour incriminer les femmes, mais aussi la mafia. C’est, dit-elle en toute simplicité, "un livre sur le mal".

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême
Le Facebook du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême

Crédits photos : Guillaume Pilla


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 avril 2024 : Des beaux disques, des beaux spectacles, une belle semaine

On fait le plein de découvertes cette semaine avec des tas de choses très différentes mais toujours passionnantes. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Génération (tome 1)" de Ambre
"Out" de Fishtalk
"Take a look at the sea" de Fontanarosa
"Venus rising" de Trio SR9 & Kyrie Kristmanson
"Perpétuel" de Vesperine
"Liminal status" de Watertank
"The great calm" de Whispering Sons
"Keep it simple" de Yann Jankielewicz , Josh Dion & Jason Lindner
Quelques nouveautés en clips avec Isolation, Resto Basket, Greyborn, Bad Juice, Last Temptation, One Rusty Band, We Hate You Please Die
nouvel épisode du Morceau Caché, consacré à Portishead
et toujours :
"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch

"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard

Au théâtre :

les nouveautés :

"Sonate d'automne" au Théâtre Studio Hébertot
"Frida" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

"Preuve d'amour" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"Après les ruines" au théâtre La Comète de Chalons En Champagne
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"Royan, la professeure de français" au Théâtre de Paris
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
zt toujours :
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=