Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Secret Society
Sad boy dance when no one's watching  (Acuarela / Talitres)  mars 2006

Décidément l'Espagne s'impose de plus en plus sur la scène musicale actuelle. En effet, comme le fût (et le demeure) la Belgique, puis les pays scandinaves, l'Espagne s'émancipe à son tour de son passé musical.

Ces 3 pays, pour des raisons différentes, n'avaient jusqu'à il y a relativement récemment aucune raison de briller sur la scène rock dite indépendante (icf. l'article de Cédric sur The Unisex) comme la France d'ailleurs.

La Belgique parce que, en dehors de Jacques Brel, Adamo est resté pendant longtemps la seule star nationale. Les pays scandinaves parce que Abba a marqué au fer rouge plusieurs générations de teenagers viking et l'Espagne ne se relevait pas de son folklore flamenco omniprésent.

Toutefois, depuis quelques années, on sent que la scène musicale rock espagnole commence à pointer le bout de son nez. De Nacho Vegas, transition parfaite entre le folk ibérique et le songwriting d'outre Atlantique aux Sundays Drivers et leur pop acidulée l'Espagne n'a plus de quoi rougir face à la production anglo-saxonne voire américaine.

Tout cela pour introduire, vous l'aurez deviné, un groupe espagnol The Secret Society. Le groupe d'un espagnol pourrait on préciser en la personne de Pepo Marquez.

Il parait que ce garçon tient ses influences des années 80 et particulièrement de la scène hardcore et emo… C'est à ne pas y croire tant les chansons de ce Sad boys dance when no one's watching sont empreintes de douceurs et de calme et bien loin des décharges de décibels hardcoriennes.

A défaut de hardcore, découvrez la tension et la mélancolie des titres joliment ciselés.

De Nick Drake ("Fight Fire with fire") à Will Oldham ("City lights I", de Elliot Smith ("City lights II") à Nick Cave , les compositions de The Secret Society sentent bon l'automne. Chanson d'amour retrouvé, perdu ou vainement cherché.

Le morceau d'introduction pose directement l'ambiance. Guitare acoustique sur ce "Moving units" et chant intimiste qui se mêlent petit à petit à la puissance retenue d'une batterie allant crescendo. On pense au meilleur de Palace, à Sophia, mais aussi bien entendu à leur compatriote Migala.

"Night makes things look bigger" est presque une récréation sous forme de folk-americana et "Man Vs Machine" possède une rythmique qui n'est pas sans rappeler Neil Young.

"Sad Boys dance !!!", petit contrepied sautillant, oppose un rythme électro et une guitare acoustique, entre Smog et Swell.

Mais ce sont les deux titres chantés en espagnol qui sont en fait les deux points forts de ce disque. "De costa a costa" tout d'abord, sobre à l'extrême et puis "La leyenda del tiempo" un texte de Federico Garcia Lorca. Chanté en duo avec une voix féminine, ce titre mélange magnifiquement la guitare flamenco espagnole et la noirceur d'un blues à la Nick Cave relevé de quelques notes au piano.

A l'arrière de sa pochette se trouve une image montrant 2 interrupteurs sous titrée "Gracias, Thank you, Merci". Ce serait plutôt à nous de le remercier car il n'y a nulle envie de positionner les interrupteurs sur Off à la fin de l'écoute de ce disque mais plutôt sur Repeat. Remercions aussi Acuarela, label espagnol de qualité, relayé en France par le non moins remarquable Talitres, de nous avoir permis de découvrir The Secret Society.

Secret bien gardé que ce Sad boys dance when no one's watching. Il ne vous reste plus qu'à réparer cette injustice et de ne pas attendre d'être seul pour écouter et faire écouter ce disque ! Il mérite d'être connu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Secret Society en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)

En savoir plus :

Le site officiel de The Secret Society


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=