Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Now it's overhead
Dark light Daybreak  (Saddle Creek)  septembre 2006

Qui est l'original qui est la copie... Now it's overhead version britonne s'apparent à notre Overhead de l'hexagone. Passé cet antogisme, comme on dit la bas; aucun lien.

Et si Dark light Daybreak est un deuxième album annoncé comme une cover sombre aux mélodies torturées, force est de constater que la sauce prend à la première écoute. Peut-être ce doux parfum 90' teinté de nostalgie, souvenirs d'une décennie déja loin avec ses jeans usés et sa brit'pop mélodique enterrée.

Now it's overhead reprend donc le flambeau après un premier album passé inaperçu, puis passe ici à la moulinette ses influences, tailladant le rock actuel tel un Jack l'éventreur avec de sublimes compositions en guise de poignards.

Dans le coeur. Direct, avec ce "Blackout curtain", comme on en aurait espérer plus de The Verve et Richard Ashcroft, parti depuis chanter sa joie d'être heureux et marié. Mort de l'artiste.

Now it's overhead et ses anglais partent donc à la conquête d'un rock où les guitares ne seraient plus stridentes à couvrir les problèmes de voix du chanteur, les incohérences musicales, et l'air de rien, la vacuité du rock anglais sur ces derniers mois... NIO (appelons les comme ça) pourrait même être comparé à U2 encore que cela serait encore justifié, et mérité, méritoire en un sens, tant les mélodies restent en tête comme la beauté d'une jupe anglaise courte et légère.

Tiens, "Who's jon" embraye sur l'album et l'auditeur se croirait tout droit replongé dans la beauté du mur du son de My bloody Valentine, Kevin Shields en chef d'orchestre... le tout mélangé à une ligne de basse lascive et obsédante. Dark light, encore une fois dans le contexte des sorties actuelles, nage à contre courant avec ses choeurs clairs et sa production minimaliste pour un album dit de "rock anglais". Une simplicité de production évidente, les mélodies sont bonnes. Les jolies dames n'ont pas besoin de maquillages (le poignant "Hold your spin").

Lever de soleil noir, en quelque sorte, avec ce deuxième album, puis un peu de violence fragile avec le "Helter Skelter" des Now it's overhead, Wonderfuls car violente comme peut l'être une chanson romantique, dans la demi-mesure de l'excès.

Si le groupe peine sur la longueur à tenir en haleine, les titres rappellent à l'ordre sur la capacité du groupe à imposer ses choix expérimentaux, comme ce "Goodbye highway" en boeuf électronique world mené par son acoustique dont on ne sait si elle pleure ou sourit. En bon artiste raté, on aura du mal à dire finalement dans quelle case l'album devra être rangé, tant les polichinelles dans le placard comme "A skeleton on display" laissent pantois, mélange de chants irlandais et rythmiques gitanes, et son chanteur possédé comme un Gallagher Liam des jours heureux. Troublant.

Now it's overhead, on voudrait bien y croire à cette évidence, oui bien sur, c'est leur tour, le moment de briller pour eux avec ce mix de modernité bancal, d'originalité fragmentée (Hi) et de pathos assumé. Maintenant c'est Overhead, là, tout de suite.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Now it's overhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Now it's overhead


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=