Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Now it's overhead
Dark light Daybreak  (Saddle Creek)  septembre 2006

Qui est l'original qui est la copie... Now it's overhead version britonne s'apparent à notre Overhead de l'hexagone. Passé cet antogisme, comme on dit la bas; aucun lien.

Et si Dark light Daybreak est un deuxième album annoncé comme une cover sombre aux mélodies torturées, force est de constater que la sauce prend à la première écoute. Peut-être ce doux parfum 90' teinté de nostalgie, souvenirs d'une décennie déja loin avec ses jeans usés et sa brit'pop mélodique enterrée.

Now it's overhead reprend donc le flambeau après un premier album passé inaperçu, puis passe ici à la moulinette ses influences, tailladant le rock actuel tel un Jack l'éventreur avec de sublimes compositions en guise de poignards.

Dans le coeur. Direct, avec ce "Blackout curtain", comme on en aurait espérer plus de The Verve et Richard Ashcroft, parti depuis chanter sa joie d'être heureux et marié. Mort de l'artiste.

Now it's overhead et ses anglais partent donc à la conquête d'un rock où les guitares ne seraient plus stridentes à couvrir les problèmes de voix du chanteur, les incohérences musicales, et l'air de rien, la vacuité du rock anglais sur ces derniers mois... NIO (appelons les comme ça) pourrait même être comparé à U2 encore que cela serait encore justifié, et mérité, méritoire en un sens, tant les mélodies restent en tête comme la beauté d'une jupe anglaise courte et légère.

Tiens, "Who's jon" embraye sur l'album et l'auditeur se croirait tout droit replongé dans la beauté du mur du son de My bloody Valentine, Kevin Shields en chef d'orchestre... le tout mélangé à une ligne de basse lascive et obsédante. Dark light, encore une fois dans le contexte des sorties actuelles, nage à contre courant avec ses choeurs clairs et sa production minimaliste pour un album dit de "rock anglais". Une simplicité de production évidente, les mélodies sont bonnes. Les jolies dames n'ont pas besoin de maquillages (le poignant "Hold your spin").

Lever de soleil noir, en quelque sorte, avec ce deuxième album, puis un peu de violence fragile avec le "Helter Skelter" des Now it's overhead, Wonderfuls car violente comme peut l'être une chanson romantique, dans la demi-mesure de l'excès.

Si le groupe peine sur la longueur à tenir en haleine, les titres rappellent à l'ordre sur la capacité du groupe à imposer ses choix expérimentaux, comme ce "Goodbye highway" en boeuf électronique world mené par son acoustique dont on ne sait si elle pleure ou sourit. En bon artiste raté, on aura du mal à dire finalement dans quelle case l'album devra être rangé, tant les polichinelles dans le placard comme "A skeleton on display" laissent pantois, mélange de chants irlandais et rythmiques gitanes, et son chanteur possédé comme un Gallagher Liam des jours heureux. Troublant.

Now it's overhead, on voudrait bien y croire à cette évidence, oui bien sur, c'est leur tour, le moment de briller pour eux avec ce mix de modernité bancal, d'originalité fragmentée (Hi) et de pathos assumé. Maintenant c'est Overhead, là, tout de suite.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Now it's overhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Now it's overhead


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=