Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Brian Jonestown Massacre
Elysée Montmartre  (Paris)  28 octobre 2006

Il devait être écrit que la traditionnelle causette-bière durant la première partie allait être escamotée ce samedi soir. A vingt heures pétantes, sous des acclamations nourries, la 74ème mouture du Brian Jonestown Massacre fait son entrée sur la scène de l'Elysée Montmartre.

Il faut dire que leur précédente prestation à la Cigale s'était un peu achevée en jus de boudin : pour les absents, fin forcée du set à 22h40 pour cause de couvre feu, vaine standing ovation du public - dix minutes montre en main - ...

Pour son retour à Paris, Anton Newcombe semble aux anges, tout simplement ravi de se produire dans une salle sold-out depuis longtemps. A quoi peut-il bien penser à cet instant ? Espérer que cette renaissance tardive ne se cantonne pas à un effet de mode ? Savourer sa revanche sur toutes ces années de galère ?

Et pourtant ... à une époque, les BJM avaient tout pour réussir ... Pas aussi dingue sur scène que le Beta Band, moins inventif qu'Olivia Tremor Control, moins expérimental que Spaceman 3, moins chiadé sur disque que Mercury Rev, moins culte que les Stones Roses, moins tubesque que les Dandy Warhols ... les BJM n'étaient jamais les meilleurs mais excellaient dans tous les domaines. Ce qui faisait d'eux un des groupes phare du rock psyché underground dans les années 90.

Puis, contre toute attente, en 2004, un documentaire - le fameux "DIG !" - les projette enfin sur le devant de la scène. Alors, comme les Pistols en 96, les BJM viennent récolter, dix ans après la bataille, un peu de cette gloire et de cet argent qui leur avaient jusqu'ici si injustement échappés. Et on ne peut que s'en réjouir.

La première heure se déroule comme dans un rêve ; Anton et ses sbires reprenant les choses où elles s'étaient arrêtées : le meilleur des premiers albums ("Who", "That Girl Suicide", "Servo", "Straight Up And Down" ...), des titres récents plutôt corrects, un light show des plus classes... Le plus fascinant dans l'histoire restant sans conteste ce son vintage incroyable, patiemment érigé par l'empilage de couches d'instruments : trois guitares, une basse, un clavier et une batterie.

A peine ose-t-on déplorer un jeu de scène quasi-inexistant et l'absence de l'incroyable trublion Joël Gion (le fameux frontman au tambourin portant des lunettes de mouche). Fin du premier acte et début des complications.

En effet, une fois l'état de grâce atteint, la qualité du show va lentement mais sûrement s'effriter pour s'achever dans la confusion la plus totale ... La faute à quoi ? A qui ? Quelques éléments de réponse :

Une setlist en forme de montagnes russes. La recrudescence de titres pop-psyché récents en vient à plomber la setlist : trop banals, trop de similitudes ... ne récoltant guère mieux que des applaudissements polis. Et ce ne sont pas les fillers de concert qui manquent si l'on considère que BJM n'a plus sorti de disque potable depuis Strung Out In Heaven ... en 1998.

A juste titre, le public réserve son enthousiasme et ses débordements pour les valeurs sûres (au hasard "Vacuum Boots"). Ondi Timoner ne s'y était d'ailleurs pas trompée expédiant les dernières années dans les dernières minutes de son film. Un peu comme une bonne bio sur les Stones : 300 pages des débuts à Exile et 50 pages pour le reste (catalogue de groupies de Bill Wyman inclus).

Une prestation mal gérée. On pourrait y voir une absence de professionnalisme, disons que le groupe pêche par excès de confiance ...

D'abord les faux départs à répétition ... Anton s'agace ... Va-t-on assister à une baston ? Pas grand risque ... le leader semble avoir tiré un trait sur ces enfantillages. Ce soir, c'est juste du folklore ... les musiciens sont détendus, aucun coup de botte ne sera distribué. Tout ça sans parler des interminables périodes d'accordage entre les titres. Même au bout de 90 minutes, l'effet saucissonnage de prestation et cassage d'ambiance demeure inévitable.

Une fin foirée. Riche idée de prime abord que de clore les débats sur "Evergreen", classique de l'époque Methodrone. Malheureusement, dans les faits, c'est l'esprit des Byrds époque 1970 qui est convié, tant le groupe s'abîme dans une version digne de "Eight Miles High" sur le pénible "Untitled" ... Sans parler des prolongations sous la forme de gargouillis électroniques pendant une dizaine de minutes ...

Non, définitivement, on ne gardera de ce millésime 2006 de BJM que le souvenir des prestations en festival, parfois frustrantes car trop courtes mais ô combien jubilatoires.

Morale de l'histoire, n'est pas le Grateful Dead qui veut ; Brian Jonestown Massacre ne peut rivaliser sur la longueur, mais demeure un excellent groupe de rock psyché à chansons. Comme les Dandy Warhols en somme ...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)
Brian Jonestown Massacre en concert à La Coopérative de Mai (7 juin 2006)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Brian Jonestown Massacre en concert à Aéronef (mercredi 28 avril 2010)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de The Brian Jonestown Massacre


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=