Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jarvis Cocker
Jarvis Cocker  (Rough Trade/PIAS)  novembre 2006

Décembre 2006, l’heure du bilan des douze derniers mois a enfin sonné. Rubrique "come-back de l’année". Les Stones !! Ben voyons … pourquoi pas les Dolls aussi ??

Non franchement, haro sur les papys grabataires et sclérosés tout juste bons à taper cinquante euros à quelques innocents réclamant leurs miettes d’une légende révolue. Il va sans dire que Big Star ou Vashti Bunyan feraient des candidats autrement plus sérieux, capables même d’atteindre le podium. Mais de là à détrôner Jarvis Cocker, une autre paire de manches ...

Depuis la débandade de Pulp après la tournée de We Love Life, l’icône de la pop anglaise s’est faite relativement discrète au niveau médiatique. Tout juste se souvient-on de quelques DJ sets dans la capitale, de collaborations avec Nancy Sinatra, Kid Loco, Anna Karina ou d’un projet electro bancal (Relaxed Muscle) précédant une virée chez Harry Potter. Autant dire qu’une renaissance critique et publique devait figurer en bonne place parmi ses résolutions pour 2006.

Et de débuter l’année sur les chapeaux de roues avec une participation active au très acclamé opus de Charlotte Gainsbourg. Avant d’enchaîner sur la finalisation de son premier album solo.

De prime abord, on décèle un léger décalage entre l’arsenal médiatique déployé (évènements à répétition sur MySpace, concert aux Inrocks la veille de la sortie ...) et la discrétion affichée par son créateur (album sans titre, volonté de désolidariser le Jarvis actuel de Jarvis Cocker, chanteur de Pulp). Sans parler de cette pochette volontairement floue où une flèche deviendrait nécessaire pour procéder à son identification (!).

Comme si Jarvis aspirait à un retour par la petite porte, sans tambours ni trompettes. Etonnant pour quelqu’un dont la reconnaissance et aux paillettes ont été le moteur des années durant ...

L’époque où le chien fou s’exhibait à Top Of The Pops sous les hurlements stridents d’adolescentes pré-pubères semble bien loin. Jarvis Cocker a changé, s’est assagi. A mûri serait-on même tenté de dire : la paternité, son déménagement en famille à Paris …

Plus question de surfer sur la tumultueuse carrière de son groupe, c’est maintenant seul que le nouveau Jarvis Cocker veut se faire un nom. Mais avec de nouvelles armes : l’ex-frontman de Pulp donne désormais dans la pop d’âge mûr maîtrisée et ultra travaillée. A la Elvis Costello.

Preuve de cette évolution, les textes nombrilistes ont laissé place à une peinture plus grave de notre société ("Fat Children"). Pourtant musicalement, Jarvis n’oublie pas de brosser ses fans dans le sens du poil entre morceaux pop catchys et balades plus intimistes, dignes des meilleures heures de son défunt groupe. En version épurée néanmoins. La première face se boit comme du petit lait : "Don’t Let Him Waste Your Time", "Black Magic", "I Will Kill Again" ou encore "Baby’s Coming Back To Me".

D’un niveau moindre, la deuxième recèle tout de même d’excellentes pépites : "Disney Time" ou "Tonite". Enfin, que les grincheux se rassurent Jarvis demeure toujours imprévisible, ne rechignant pas à une petite provocation glissée en morceau caché : "Running The World". Difficile de se refaire à quarante-trois printemps ...

Certes, il ne s’agit pas de l’album de l’année, mais celui du retour gagnant de Jarvis Cocker sur le devant de la scène. Ce qui est déjà beaucoup.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jarvis Cocker parmi une sélection de singles (janvier 2007)
Jarvis Cocker en concert au Festival Les Inrocks 2006
Jarvis Cocker en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Expos : Jarvis Cocker - 20 Golden Greats


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=