Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Paul Gaultier / Régine Chopinot. Le défilé
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 22 mars au 23 septembre 2007

Le Musée des Arts Décoratifs propose avec "Jean-Paul Gaultier / Régine Chopinot Le Défilé", grâce à la donation de cette dernière, une fantastique exposition, au sens premier du terme, sur 11 ans de création d’un couturier pour la danse.

Rien de très original pourrait-on penser car Jean-Paul Gaultier ne fut pas le premier couturier à étendre sa palette aux costumes de spectacles ni la chorégraphe Régine Chopinot à faire appel à un couturier.

Mais ceux qui furent surnommés, chacun au regard de leur discipline, des "enfants terribles", sont deux personnalités singulières aux univers forts.

Et, de 1983 à 1994, ils ont réussi une symbiose artistique exceptionnelle par une vraie aventure qui révolutionna la chorégraphie et la couture.

Au point où en 1985, le fameux "Le Défilé", sous titré "création atypique pour seize danseurs, comédiens et mannequins", conçu comme un pastiche de défilé, a stupéfait le public.

Mais aussi il a fait école avec la métamorphose des défilés de haute couture en véritables spectacles .

La très belle photo de Jean-François Bauret illustre ce que fût cette collaboration : Régine Chopinot, profil acéré, regarde droit devant elle, Jean-Paul Gaultier, sourire esquissé, l’interpelle d’un œil scrutateur.

Olivier Saillard, commissaire de l’exposition, a, judicieusement, fait appel à la Compagnie 14 : 20 pour assurer la scénographie de cette exposition.  Raphaël Navarro et Clément Debailleul, issus du spectacle vivant, ont créé une mise en espace liée autant à la magie du spectacle qu’à l'intemporalité notamment par des jeux de lumière et un décor très épuré de noir, blanc et de verre.

Ainsi voit-on des costumes apparaître sous forme d’hologramme, une ampoule qui se balance comme un trapéziste lumineux éclaire fugacement un costume, ou la silhouette du mannequin blanc, devenu ectoplasme, se superpose sur le costume.

Et la vitrine au sol en miroir recrée le décor du ballet "Ana" dans laquelle les mannequins en costumes composés de hauts rayés et de tutus roses en galette semblent flotter en apesanteur.

Cette magnifique exposition atteste que le côté exceptionnel de cette collaboration se décline aussi au niveau de la modernité puisque 20 ans après les costumes, qui ont d'ailleurs inspiré, et inspirent encore, nombre de couturiers, sont toujours d’une contemporanéité presque futuriste.

Trois termes caractérisent traditionnellement Jean-Paul Gaultier :  iconoclasme exigence et humour.

Humour bien évidemment, celui qui accompagne une fantaisie débridée.

Du brin d'humour à l'humour potache (le peignoir de boxeur "poids chiche"), de l'éclat de rire à l'humour fin ("les cri-nolines"), Jean-Paul Gaultier se moque des conventions et épingle les médailles sur le postérieur.

 

 

 


Quant au slip kangourou, il acquiert ses lettres de noblesse en toge antique.

Exigence toujours au point où le visiteur peut apprécier le souci du détail dans ces costumes destinés à n’être porté que le temps d’une représentation et qui ne peuvent être saisi par le spectateur.

 

On ne se lasse pas à admirer et détailler la richesse créatrice de ces costumes ainsi que la très haute virtuosité de la réalisation par tous les corps de métier de la mode de la corsetterie à la broderie, de la couture à la pelleterie.

Iconoclasme bien tempéré. Il s’agit moins d’un rejet que d’une démarche novatrice qui consiste à détourner la tradition académique, en l'occurrence celle du monde de la danse mais sans doute davantage par admiration et sens du spectacle que par nihilisme.

A la manière des artistes, Jean-Paul Gaultier s’empare les icônes du classicisme pour les revisiter à la manière d’un plasticien.

Il en dégage les basiques emblématiques de sa griffe, comme le corset ou le tulle, que l'on retrouvera dans sa collection haute couture.

Pour les chorégraphies de Régine Chopinot, il procède à une théâtralisation du costume de danse qui devient un costume de scène exubérant et fantasque à la fois par détournement des codes propres à cet art et par introduction du vêtement "ordinaire".

Pratiquant le mélange des styles et la confusion des genres, Jean-Paul Gaultier taille une veste au tutu qui, emporté dans une tornade libertaire, devient galette, fraise, mille feuilles sculpté.

Le justaucorps minimaliste des années 70 n'est pas en reste et devient combinaison en trompe l’œil.


La crinoline télescope le pull finlandais, le pied se libère du chausson à pointe pour s’étaler dans la basket, l’espadrille, la chaussure de ville ou la botte gothique et à bas le cheveu, vive le couvre chef même si c'est une perruque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tenues de ville customisées investissent la scène et les dessous s’affichent.

En guest star incontournable, le corps prend le dessus et investit tout le corps.

Jean-Paul Gaultier connaît ses classiques décline ce vêtement qui "enlace" aussi bien en guêpière qu'en jambières. La robe corset, présentée en 1983 par le blond facétieux en marinière dans sa collection dite "dadaiste", a connu un succès mondial. Il n'a cessé depuis d'interpréter avec succès les codes culturels s'imposant comme une des couturiers les plus innovants de sa génération. Et en 2006, il a fêté les 30 ans de sa maison de couture.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=