Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Your Heart Breaks - Marissa Nadler - Laura Veirs  (La Maroquinerie)  24 avril 2007

8 mars, journée de la femme, voilà une date judicieusement choisie pour démarrer un festival consacré à la musique indépendante féminine.

10 années plus tard, le festival des Femmes S’en Mêlent, continue avec brio sa route (du rock) avec cette année encore une programmation extrêmement riche. Du garage rock, de l’éléctro-rock, de l’électro-clash, de la pop, du punk, du post-rock, de la chanson et du folk.

C’est d’ailleurs ce dernier qui nous intéressera plus particulièrement ce soir. Joueront dans quelques instants sur la scène de la Maroquinerie, Your Heart Breaks remplaçant au pied levé la norvégienne Ane Brun, Marissa Nadler et la très attendue Laura Veirs et ses Saltbreakers de musiciens.

Le billet annonce le début des festivités à 19h30, c’est donc la course pour rejoindre cette salle de La Maroquinerie crâneusement perchée tout là haut sur la colline de Ménilmontant. En retard donc, la salle est déjà pleine comme un œuf (hypothèse personnelle : la fonction public doit, contre tout attente, avoir son noyau dur de fans folkeux). "Snif, snif" merci aussi à la canicule d’août d’arriver en avril, merci de déclencher avec 3 mois d’avance le processus naturel de la sudation, offrant ainsi à mes douces narines ces réjouissances olfactives. Voilà pour l’atmosphère.

Sur scène, un batteur orné d’un bonnet de licorne, un clavier (les deux Karl Blau et Steve Moore, s’avéreront également être deux membres du groupe de Laura Veirs alias The Saltbreakers) et un autre garçon au micro. Euh… doute… réflexion… un festival de meufs, le principe c’est quand même d’en avoir au moins une dans le groupe non ?…

J’en déduis que Clyde Petersen est la chanteuse de Your Heart Breaks. Cheveux blonds très courts, une féminité parfaitement cachée sous un jean et un t-shirt, une paire de lunettes aux montures exagérément présentes jusqu’au milieu des joues. Même le son de sa voix rappelle celui d’un adolescent en pleine mue(tation), sans les brusques oscillations heureusement. Passons ces détails esthétiques sans importance pour nous intéresser à la musique. Du folk donc, de très bonne facture.

Un chant clair, des histoires émouvantes et drôles, des arrangements simples mais mélodiques et surtout efficaces. Les morceaux sont courts, ce qui ne laisse absolument aucune place à l’ennui. Les interventions de Clyde la rendent extrêmement touchante. Son attitude est celle de la gêne et de la timidité, pourtant sa voix est paradoxalement pleine d’assurance. Elle prend soin de raconter au public l’histoire des chansons qu’elle interprète. Délicate attention en particulier lorsqu’il s’agit de folk, anglophone de surcroît.

Bref entracte.

Marrissa Nadler fait son entrée sur scène, seule avec sa guitare sèche. Longs cheveux foncés, robe noire à fanfreluches, hauts talons noires. Après quelques soucis de balance, la belle commence son set. La Maroquinerie est soudainement plongée dans une atmosphère gothico-romantico-tragique.

Marissa possède une voix puissante et cristalline qui n’a rien à envier au chant des sirènes, hypnotique et dérangeante à la fois. Pour apporter une dimension encore plus mystique, la brune utilise 3 micros, chacun étant réglé de façon à apporter un écho plus au moins prononcé dans sa voix aérienne. Ceci ayant pour effet de transformer la salle de concert en nef d’église. C’est d’ailleurs dans un silence religieux que la demoiselle officie. Un folk hanté et tourmenté qui rappelle des artistes comme Joni Mitchell, Leonard Cohen ou Nick Cave.

Les thèmes abordés foutent littéralement la banane : l’amour déçu, la tristesse ou la mort. Marrissa chante la beauté de la tristesse avec talent, indéniablement… mais pour apprécier totalement le genre, encore faut-il être d’humeur…

Bref entracte bis.

La salle est plus que jamais pleine à craquer. Le public veut Laura Veirs. La dame aux faux airs de JP Nataf et ses musiciens arrivent rapidement sur scène pour faire face à une véritable ovation. Ils se trouveront d’ailleurs à plusieurs reprises confrontés aux acclamations exagérées d’un public conquis voire lèche-cul.

Peu importe, Laura joue et chante, d’une voix mature et assurée, son folk écologique emprunt d’images minérales. Dans son dernier album, à l’honneur ce soir "Saltbreakers", "Pink Light", "Cast a hook in me", Laura concilie ses thèmes favoris, à savoir son amour pour la nature et ses amours tout court.

Fascinants, la blonde et son band n’utilisent aucun artifice (à part peut-être des costumes aux broderies "très natures très discutables) et parviennent ainsi, en toute sobriété, à faire vibrer la salle.

Laura Veirs crée aussi de l’intimité avec son public en multipliant les interventions. Elle parle de sa tournée, explique l’historique des costumes sus-cités et présente un désormais fameux CD concept. Pour la petite histoire, une chorale d’écoliers de Cognac a repris 10 titres de la folkeuse pour en faire un joli disque. La maîtresse devant sans conteste être une des fans hardcores de l’américaine.

L’initiative ayant plu à la muse, celle-ci en fait donc la promo pendant sa tournée. La chanteuse illustre le propos en jouant "Galaxies", titre présent sur le disque des CE2. "Don’t lose yourself" issu du dernier opus. Original, le texte de cette petite perlouse musicale est en partie emprunté à l’écrivain portugais et Prix Nobel, José Saramago. Finish glorieux donc. Sous la pression des applaudissements et des cris de ce public définitivement hystérique, Laura Veirs et les Saltbreakers reviennent pour un inévitable rappel de 2 titres.

Si de leur côté, la chanteuse-songwriteuse à lunettes et ses acolytes ont prouvé tout leur talent, le public parisien a, quant à lui, prouvé son indéfectible soutien, promesse d’une présence à coup sûr renouvelée à leur prochain passage capital(e).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Carbon Glacier de Laura Veirs
La chronique de l'album July Flame de Laura Veirs
La chronique de l'album Tumble Bee de Laura Veirs
Laura Veirs en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Laura Veirs en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Laura Veirs en concert à L’Aéronef (samedi 30 janvier 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Laura Veirs
Le site officiel de Marissa Nadler
Le site officiel de Your Heart Breaks


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=