Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jil Caplan
Derrière la porte  (Odeon / EMI)  juin 2007

C'est sur une base tranquille mais régulière que Jil Caplan distille au fil du temps ses albums. En gros, un tous les trois ans.

Pourtant, si le début de sa carrière fut foudroyant lors de la sortie de ses deux premiers albums (A peine 21 et La charmeuse de serpents) avec notamment une victoire de la musique en 1992, le reste de sa carrière fut plus en retrait, sans pour autant être dénué d'un certain succès qui fut moins populaire que ce que l'on aurait pu craindre de ses débuts.

Et finalement tant mieux ! Car Jil Caplan n'est pas cette petite gamine qui fait de la variété comme on a voulu le faire croire. Non, Jil Caplan n'a pas été, en 1987, la première "Lorie" et elle l'a prouvé, si besoin était, au fil de ses remarquables collaborations, de Jay Alansky à Jipé Nataf et encore et plus que jamais aujourd'hui avec ce nouvel album intitulé Derrière la porte.

Plus que jamais pour au moins deux bonnes raisons. D'abord parce que Jil Caplan s'affirme en tant que parolière, sur de très beaux textes en français bien loin des clichés et des écueils propres à la mise en musique de notre belle langue et aussi, il faut bien le dire parce que ce disque signe la "reformation" du duo d'il y a 20 ans déjà, à savoir donc Jil Caplan et Jay Alansky.

Celui-là même qui avait découvert Jil Caplan et signé son premier album A peine 21. Jay Alansky qui, lassé peut-être de la pop musique, avait évolué vers des horizons plus électro avec un non moins célèbre groupe nommé A reminiscent drive.

Les présentations étant (re)faites, poussons donc cette porte pour découvrir derrière un album électro pop mêlant brillamment la voix toujours sensuelle de Jil Caplan et ses textes délicats à la musique non moins délicatement pop de Alansky (il s'y connaît en mélodies qui font mouche), assorti d'une certaine noirceur apportée en partie par l'électro et les rythmes parfois hypnotiques mais aussi par des guitares pas très propres sur elles qui apportent un côté rock anglais.

Sans être autobiographiques et sans vouloir créer une révolution, les textes se veulent, d'après le propre aveu de l'auteur (voir interview), une sorte d'état des lieux de notre monde, de la société actuelle, de la vie de tous les jours de tout un chacun avec son lot de tristesse et d'espoir, d'indifférence, de manque, d'amour, de nostalgie et de souvenirs.

Pas autobiographique, exception fait peut être du titre d'ouverture, "Des toutes petites choses" sur lequel les guitares s'invitent et finissent par envahir le morceau qui commence comme son nom ne l'indique pas comme un petit ruisseau qui devient torrent.

Plus loin, "Un âne sur la route" flirte avec une rythmique orientale et dégage une ambiance assez noire. Puis sur "Sous le sable", c'est un groove entêtant qui prend le dessus sans pour autant asphyxié le texte, magie de la production.

On pourrait parler de chaque titre et en analyser les détails mais ce serait dommage de vous priver de ce plaisir. Reste tout de même le remarquable "Finalement" avec son côté très Jean Louis Murat revisité par les Tindersticks. Tout en délicatesse enrobé comme il faut de quelques cordes et qui est un des très beaux moments du disque.

Définitivement éloignée des sirènes de la variété facile, Jil Caplan réussit là un grand album de pop à la française qu'il serait dommage de prendre à la légère !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sur les cendres danser de Jil Caplan
Jil Caplan en concert à L'Européen (12 octobre 2007)
L'interview de Jil Caplan (11 mai 2007)
L'interview de Jil Caplan (samedi 16 décembre 2023)

En savoir plus :

Le site officiel de Jil Caplan
Jil Kaplan sur MySpace
Le blog de Jil Caplan

Crédits photos : Thomy Keat (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=