Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rock en Seine 2003
Morcheeba, Beck, P.J. Harvey, Massive Attack  (Paris)  27 août 2003

Paris n’en avait pas, Paris l’a fait : un festival de musique pop-rock exigeant et populaire, dans un cadre champêtre, réunissant quelques 22 000 mélomanes.

Les organisateurs du festival Rock en Seine ont visé juste : avec leur affiche teintée de pop-rock, sans pour autant tomber dans la facilité (sauf peut-être K’s choice), ils nous promettaient un après-midi de qualité à défaut de grandes nouveautés. Des nouveautés, il y en avait pourtant : Electric 6 et Un-cut, pour les premiers sensation punk-rock déjanté, et pour les seconds un mélange de jazz-electro chanté. Malheureusement, les avatars d’une organisation chancelante ne nous ont pas permis de les découvrir.

Le festival s’engagera donc avec Morcheeba, dont le trip-hop, moins exigeant que les autres congénères de ce genre, n’est pas désagréable. La voix de Skye est tout simplement envoûtante, et le groupe prend sur scène un réel plaisir, fait danser le public… On ne peut que regretter des interprétations un peu copiées-collées de l’album, la présence d’un Dj et l’excellence du guitariste pourraient ouvrir la voie à des improvisations scéniques.

Le site étant composé de deux scènes, une grande et une plus petite, il nous faut traverser le parc Saint-Cloud pour écouter Tom McRae. L’éloignement et l’orientation des scènes sont très étudiées, leur son respectif ne s’entrechoque pas, mais on peut regretter le son des stands des partenaires entre les scènes venant parasiter quelque peu le voyage… Les organisateurs avaient prévus deux scènes, pour une après-midi sans pause musicale. Peut-être auraient-ils pu laisser le temps aux spectateurs de gagner chacun des sites ou plutôt rapprocher les deux scènes un peu comme aux Vieilles Charrues où il suffit de se retourner pour regarder l’artiste suivant engager son concert.
Pour en revenir à la musique, Tom McRae monte sur scène et le temps s’arrête. Alternant nouvelles chansons et tubes du premier album, sa pop-folk et son songwritting de génie nous font passer un excellent concert … du moins pour les cinq premiers titres, car il nous faut rejoindre la scène principale pour Beck.

Le trublion américain s’est accoutré de son Band, et ce n’est pas pour nous déplaire. Au printemps dernier, pour la présentation de Sea Change, Beck avait tenté une tournée solo. Devenant homme-orchestre multi-instrumental, avec brio certes, le garçon en devenait quelque peu ennuyant pour qui s’attendait à une lecture explosive des titres de Midnite Vulture. Occupé uniquement à gratouiller sa guitare et de temps à autres son piano, Beck peut ici s’adonner à cœur joie à un jeu scénique plus qu’expressif. Bondissant un peu partout, criant dans tous les sens, il réveille le public. Cependant au début du show, le passage obligé par les chansons de Sea Change brise le rythme. L’excellent Sea Change demanderait presque un concert à lui tout seul, tant il s’accommode mal avec des titres comme "Devil’s haircut" ou "Where it’s at" .

Le temps d’un autre voyage dans le parc et nous voici devant Eagle-Eye Cherry, qui pour le peu qu’on ait vu s’adonne à une relecture peu originale de ses albums. Néanmoins, le garçon est sympathique ainsi que ses chansons.

C’est elle qu’on attendait, c’est donc par elle que nous serons déçu : comme souvent, les surprise viennent rarement des têtes d’affiche. De P.J. Harvey sur scène, je ne connaissais que des enregistrements vidéo, la montrant très énergique mais sobre, mettant en avant sa musique et ses mots avant tout. Ici, la balance place la voix derrière la musique, ce qui est regrettable vu son bel organe.

Et plus regrettable encore : Polly Jean est vêtue d’une mini-robe argentée, à la limite du vulgaire (là où certain diront "hype"). Une réjouissance cependant : les nouvelles chansons s’annoncent rock, très rock, une sorte de retour à Dry et To Bring you my love . Non, P.J. Harvey ne continue pas la chute dans le folk entamée sur l’excellent Stories from the city, Stories from the sea, elle ne deviendra donc pas la nouvelle Alanis Morissette.

 

 

 

Voyage, voyage, et voilà Keziah Jones sur la petite Scène. Sorte de grande fête de tribu, entre Jamaïque et Afrique, son concert est plaisant, avec de longues distorsions par rapport au disque.

Enfin, Massive Attack clôture la soirée. Déjà aperçu en avril à Bourges, le groupe semble fatigué après une longue tournée (en témoigne l’écran géant qui retrace le parcours du groupe à travers le globe depuis le début de la tournée). Evidement, les classiques restent magnifiques, Dot Alison et Horace Handy servent les compositions à merveille. Cependant la sauce anti-Bush, anti-guerre, anti-Etats-Unis ne prend plus, pas de huées à l’affichage du budget militaire du Pentagone, pas de tonnerre d’applaudissements lors du "Fuck Bush" qui semble devenir traditionnel sur scène. Et si Massive Attack en revenait à son élément premier, à savoir la musique ? L’album 100th window et son design sophistiqué est repris sur scène par un jeu de lumière et un écran géant futuriste. Histoire de rappeler, d’une manière fort intéressante, l’emprise des machines sur l’hommes, et surtout le paradoxe entre les machines, leur usage et notre planète.

Une bonne après-midi s’achève. Après-midi car à Paris, point de camping, il faut rentrer en bus ou en RER, ce qui n’autorise pas une longue nuit de musique.
Satisfaite de ses 22 000 entrées, contre 20 000 espérées dans le meilleur des cas, l’organisation du festival promet une deuxième édition de même qualité. Il faudra cependant tirer les enseignements de cette année : manque de buvettes, manque de toilettes, entrée du site en entonnoir avec seulement trois points de passage.

P.S. : on peut regretter le manque de respect pour la musique d’une poignée de festivaliers : quel est l’intérêt de passer 20 minutes sur les inutiles bornes Web de la région Ile-de-France, ou au stand Playstation alors que le festival n’offre que 8 heures de musique ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dive deep de Morcheeba
Morcheeba en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
Morcheeba en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Morcheeba en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Morcheeba en concert au Festival Crazy Week !!! #5 (édition 2014) - jeudi
La chronique de l'album One Foot in the Grave de Beck
La chronique de l'album Colors de Beck
Beck en concert au Grand Rex (22 avril 2003)
Beck en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Beck en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
La chronique de l'album A woman a man walks by de PJ Harvey
PJ Harvey en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
PJ Harvey en concert au Bataclan (17 mai 2009)
PJ Harvey en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
PJ Harvey en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
La chronique de l'album 100th Window de Massive Attack
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2003 - 2ème
Massive Attack en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Massive Attack en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
Massive Attack en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Maud Lübeck (4 octobre 2012)


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=