Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saez
Varsovie - L'Alhambra - Paris  (Cinq 7 / Wagram)  mai 2008

Attendu comme une sorte de messie musical, le nouvel album de Saez.

Après avoir passé les étapes du deuxième puis troisième album, c’est aujourd’hui, anniversaire de mai 68, que l’on attend Saez au tournant. Icône d’une jeunesse rock’n’roll mais consumériste, désanchantée mais rebelle dans les idées, en adéquation avec son discours.

Triple album, trois villes, trois voyages, mais un seul dont on ramenera des souvenirs.

Car ce triple est une déception cuisante. Quelques extraits des paroles :

"Au dela du brouillard c’est encore le brouillard"
"De l’automne à l’été cest toujours l’hiver"
"L’amour c’est la mort et t’aimer c’est mourir"

Saez a toujours donné dans la poésie "simple", les images faciles et universelles. Mais ici, l’absence de mise en musique donne l’impression plate d’une philosophie de comptoir, niveau Brice de Nice.

L’absence quasi totale d’accompagnement sur L’alhambra et Varsovie offre des textes déclamés, psalmodiés ou murmurés, le plus souvent marmonés sans être articulés. C’est aussi palpitant que Le jour du Seigneur sur France 2.

Le "chant" est nasal, se rapprochant dangereusement d’Olivia Ruiz. Les rythmiques sont très basiques. Au final, , ce qui aurait pu passer pour de l’épure totale devient de l’hyper -prétention autocentrée.

Ce que Wagram a payé en promo aura préalablement été économisé en artistique. Quasiment aucun musicien à payer, pour une production faite de simples accords plaqués, sans volume.

Arrive l’album Paris. Premier titre ; le fameux buzz "Jeunesse lève toi". C’est plus rapide, plus sympa, tout à fait écoutable. La chanson est orchestrée, il y a des instruments, un mixage, des arrangements. Les paroles sont dans une veine "J’veux du nucléaire", un peu comme avant. Il y a même une batterie !

"S’en aller" continue sur la lancée, mélancolique et pessismiste, parsemée d’images à la Saez, quelques mots clés, de l’amour désespéré...

"Alice" : premières notes prometteuses, western, solitude désertique, mots wagabonds... On commence à retrouver Saez. Des basses, une ambiance, "Apocalypse enfin". On est entre "Jeune et Con" et "Debbie" , "à hurler du silence". D’un coup d’un seul, les paroles paraissent moins mièvres, car accompagnées. Tout est dans l’ambiance, et dans la proposition musicale.

"Le cavalier sans tête", est comme du folk sensible. La voix est légère, les paroles touchantes comme une réminiscence enfantine.

"Putain vous m’aurez plus" est la chanson à écouter si vous voulez déprimer, si vous allez partir ou que vous venez d’être quitté. Cette chanson va coller à vos descentes d’utopies, à vos pertes d’espoirs, à vos colères flasques. Saez, enfin.

Le problème de cet album pour Saez, est peut être le même que celui de Lorie : une déconnexion entre l’artiste et son public. L’artiste a changé, le décor de la société a changé, et il a suffit de quelques années pour que le public grandisse en parallèle.

Aujourd’hui Saez a peut être perdu une partie du contact infime et intime avec son auditoire. Comme un amour s’estompe, s’efface, puis s’oublie. Il reste sans doute le même, en tous cas cette oeuvre tente de nous le faire croire : nous donner ce qu’on aime de Saez, ce qu’on a aimé.

Mais ce qui touchait à l’époque de Jours étranges, puis -surtout- pour God Blesse , commencait déjà à perdre consistance avec Debbie. Il y avait bien plus d’énergie rock dans Debbie, mais déjà moins de colère intérieure.

Saez trouvera-t-il un nouveau public sans tout perdre de ses anciens adeptes ? Les premiers chiffres tendent à répondre oui. Entrée directe en 3ème position du top album (semaine du 20 au 26 avril) avec 17 000 exemplaires vendus (après Madonna et Cabrel). Plus en entrée en 6ème position du top téléchargement (Source : Musique Info Hebdo). Une très belle réussite pour un label indépendant (Cinq7).

Varsovie est comme la peinture d’une époque gâchée, d’ores et déjà perdue pour nous. "Regarder l’apocalypse, attendre la fin de l’éclipse". Ce triple album est donc un constat de peine perdue, de trop tard, de plus rien à faire à part survivre.

Un autre artiste aurait fait ça, l’album aurait été considéré comme chevrotant, expérimental, triste, et surtout ennuyeux.

Reste le profond mérite d’être indépendant, différent. Il est certain que Saez ne peut se cataloguer avec Garou, Empyr ou Cali.

Le véritable 4ème album de Saez restera Paris, le triple étant une intégrale avant l’heure destinée aux purs fans.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Saez parmi une sélection de singles (mai 2008)
Saez en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Saez en concert au Festival Au Pont du Rock 2005

En savoir plus :
Le site officiel de Damien Saez
Le Myspace de Saez


Mathieu Beurois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=