Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paris Motel
Interview  (Paris)  10 avril 2008

Quelques minutes avant leur concert à la Maroquinerie, le 10 avril, Paris Motel nous faisait le plaisir d’une rencontre backstage.

C’était l’occasion d’en connaître plus sur Amy May, la charismatique auteur-compositeur de ce groupe particulier, trempant leur formation classique dans les bains plus sombres du rock. Alors longue et toute de noir vêtue, elle se révéla débordante de projets musicaux…

Paris Motel, est-il un groupe ou seulement un nom sous lequel se cache Amy May ?

Amy May : Oh ! Nous commençons avec une question difficile… (elle réfléchit) Oui, c’est un groupe, et à la fois c’est à géométrie variable... C’est une question difficile. J’ai tout le temps imaginé jouer, comme dans une troupe de théâtre. Je suppose que oui, je me cache un peu derrière. En ce moment, je joue avec les mêmes personnes depuis trois ans.

Mais c’est vous qui faites tout : la composition, les textes, jusqu’au mixage.

Amy May : Oui. Et la production.

Vous avez le contrôle total.

Amy May : Oui. Je suis le chef … (elle rit)

Paris Motel et le titre de votre dernier album "In the Salpêtrière" montrent une certaine francophilie. Etes-vous inspirée par la culture française ? Avez-vous fait des recherches historiques ?

Amy May : Oui, tout a commencé à partir d’une vieille photographie de la Salpêtrière au XIXème siècle, à l’époque où Charcot observait l’hystérie, les femmes folles. J’ai alors lu des histoires sur cette institution et j’ai écrit sur différents personnages, ou de façon plus métaphorique sur des femmes qui ont le sentiment de vivre dans un asile à Paris, des femmes étranges ou gothiques.

J’ai pensé à la calomnie jetée sur les filles mère à cette époque, à la honte et à la punition qui pouvaient les conduire dans ce genre d’endroit.

Amy May : C’est vrai , il y avait ce genre de cas, mais je ne les ai pas utilisés pour l’album. J’ai voulu que l’album soit plus tourné avec la célébration de femmes d’exception, comme Grace O’Malley qui était un pirate, qui s’est rasée la tête pour se confondre avec les hommes, elle a voyagé tout autour du monde, elle a vécu sur une île. C’est une vie absolument incroyable, elle était fabuleuse. J’aime ce genre d’histoires ; ou une autre, qui est allée de ville en ville, qui s’est prostituée et qui s’est mise au ban de la société. J’ai lu beaucoup de ces histoires, elles ont inspiré l’album. Ce n’est pas un album politique, en aucun cas.

L’atmosphère de ces chansons reste très calme, sans la colère que pourrait susciter un centre de détention. Pourquoi ce choix ?

Amy May : Je ne trouve pas personnellement que ce soit si calme. Je ne sais pas… Je pense que ce sont les différentes parties musicales composées de façon classique, afin de trouver le ton le plus juste possible, qui donnent peut-être cette impression de calme. Je n’avais jamais joué de guitare électrique, mais toujours de la guitare classique, du piano. Pour moi, j’avoue que ça sonne très rock'n roll.

Pensez-vous que l’amour soit une menace pour la société ?

Amy May : Une menace. L’amour n’est jamais une menace.

Je veux dire que c’est la raison de ces prisons, de ces asiles.

Amy May : Elles ne se comportent pas comme la société le voudrait, comme dans ces histoires du Moyen âge, où elles n’avaient pas la possibilité de découvrir le monde extérieur. Je pense qu’il faut célébrer les gens extraordinaires, se concentrer sur les actions exceptionnelles. Je pense que l’industrie musicale est dominée par les hommes, elle n’est pas habituée à produire ce que nous faisons et nous devons nous imposer.

Pensez-vous qu’il y a des différences entre une écriture masculine et féminine. Vous sentez-vous plus proche des chanteuses ?

Amy May : Je pense qu’il y a des différences entre tous les artistes, mais établir des catégories ne me plaît guère. Je ne dirais pas que je m’identifie plus aux hommes ou aux femmes, il y a tellement de talents. J’aime Debbie Harry, Marianne Faithfull, Nico mais je suis aussi une grande fan d’artistes hommes. Je pense qu’être un grand artiste est au-delà du sexe ou de la nationalité.

Est-ce que c’était difficile de contacter des musiciens classiques pour votre projet ?

Amy May : Je suis moi-même une musicienne classique de formation. J’ai participé à des sessions avec différents musiciens, j’enseigne également. Tous ceux qui jouent avec moi sont des amis, nous prenons des verres ensemble, nous passons de bons moments. C’est un groupe très ouvert avec des gens qui viennent pour un spectacle et s’en vont ensuite. Nous nous amusons.

Qu’est-ce que vous répondez lorsqu’on vous demande de définir votre musique : rock, indie pop, musicals ?

Amy May : J’ai toujours beaucoup de mal. Je propose la musique qui me vient à l’esprit. Je suis inspirée par les comédies musicales et chez mes parents, nous écoutions la musique des années 70 comme les Beatles. Pour moi, il n’est pas question de catégories. Je joue ce que j’ai envie de jouer.

Qu’avez-vous préparé pour les concerts : un grand ensemble ou des parties enregistrées ?

Amy May : Nous sommes neuf musiciens ce soir. Nous n’utilisons jamais de pistes enregistrées ou des choses comme ça. Et ça dépend des tournées. Nous avons fait un concert avec 54 musiciens, un orchestre complet et je chantais.

C’était dans une chapelle ?

Amy May : Oui, dans une grande et très belle église, avec une acoustique exceptionnelle. Un régal !

Que pensez vous de l’accueil du public ?

Amy May : Nous avons des publics complètement différents. Nous avons tous les âges, de 14-15 ans jusqu’à 60 ans. C’est vraiment singulier avec notre groupe. J’aime beaucoup de fait que notre musique s’adresse à tout le monde : hommes et femmes de tous âges. Alors que les gens du groupe ont une vingtaine d’années.

Et les gens restent-ils attentifs et posés ?

Amy May : Oh non, certains sont complètement excités, et font trembler le sol en tapant des pieds.

Et pour votre prochain album, avez-vous l’intention de garder l’idée d’une ligne narrative ?

Amy May : Oui, mais je prépare d’abord un album de reprises, en famille, avec des reprises de Bob Dylan, Blondie, Tina Turner et des folks songs, complètement réorchestrés. Ce sera un enregistrement live. Et je vais travailler sur un nouvel album centré sur Alderney, une île dans la Manche, proche des côtes françaises. C’est une île britannique, qui a appartenu à la France, c’est un endroit étrange. C’est une petite île, avec une histoire très intéressante. Près de Jersey. C’est un lieu fascinant, si petit, comme un pays avec sa propre organisation politique. Cet endroit m’inspire, j’ai rencontré des gens qui y habitent. Peut-être que j’irai un jour. Voilà mes projets.

Retrouvez Paris Motel
en Froggy's Session
pour 2 titres acoustiques en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In the Salpêtrière de Paris Motel

En savoir plus :
Le site officiel de Paris Motel
Le Myspace de Paris Motel

Crédits Photos : Laurent Hini (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Paris Motel (10 avril 2008)


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=