Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Notwist
The Devil, You + Me  (V2 / Coop Music)  juin 2008

A un moment, on a eu peur… Peur que les Notwist soient atteints du syndrome de Kevin Shields… Vous savez, cette agaçante manie de tenir les gens en haleine (la sortie d’un disque pa exemple) et puis, walou…

Il aura donc fallu attendre six ans et demi pour que les frères Acher et leur groupe accouchent du successeur de Neon Golden, qui reste aux yeux de beaucoup comme un album majeur de ce début de millénaire.

Heureusement, on est pas resté sans nouvelles de nos teutons préférés pendant ces six longues années : Micha chez MS John Soda, Markus chez les excellents Lali Puna, Martin Greitschmann bidouille sous le nom de Console. Les Notwist se sont même acoquinés avec les rappeurs de Themselves autour du projet 13 & God.

Cela fait un mois que The Devil, YOU + Me éclipse une bonne partie de ma discothèque (et pourtant il faut y aller…). Cela fait d’ailleurs très longtemps que je n’avais pas eu de rapport aussi viscéral à un disque. La dernière fois, ça devait être avec The Ideal Crash de Deus. Ce que l’on appelle des "Soundtracks to Our Lives", la bande son de notre vie. Pour le moment, The Devil, You + Me, c’est une averse de neige sous la campagne picarde, au crépuscule, une voiture sur le toit, sur la N 104, les rouleaux de la plage de la Torche sous un soleil printanier, la campagne normande sous le déluge… Ce disque cultive un sacré paradoxe, celui d’être mélancolique et enjoué à la fois. Mélancolie douceâtre pour cœurs éteints en soins palliatifs.

Après un mois d’écoute assidue, The Devil, You + Me trouve progressivement sa place auprès de Neon Gloden. Le groupe s’inscrit toujours dans la même veine cultivée depuis le formidable Shrink, sorti en 1999, où le groupe avait commencé à fusionner avec bonheur une pop mélancolique avec des influences jazz à la Talk Talk, parsemés des habillages électroniques fulgurants de Greitschmann. L’introductif "Good Lies" pourrait d’ailleurs leurrer sur la direction prise par le groupe : un riff résolument pop, proche de "Day 7" qui ouvrait Shrink.

Et puis comme toujours, au fil des écoutes, on explore un véritable mille-feuille sonore : l’alliance de l’évidence et de la complexité, les samples en embuscades sous les fondations pop ou folk. "Where in This World" renoue un temps avec la formule de Neon Golden : cordes, beats pulsatiles, xylophones et la voix doucement désabusée d’Acher. Une jolie mélasse poisseuse mais qui ne tourne jamais à vide.

"Gloomy Planets", "The Devil You + Me", "Gone Gone Gone" évoquent un Nick Drake contemporain qui aurait habillé son folk d’arrangements électroniques. Des morceaux à la mélancolie contagieuse portés par la voix désabusée et si particulière de Markus Acher. Loin d’être un chanteur exceptionnel, Acher compense par un timbre de voix singulier qui se fond à merveille dans les paysages sonores des Notwist.

"Gravity" et "Boneless" sont de loin les deux coups de maîtres de The Devil You And Me. "Gravity" part de quelques notes dissonantes pour peu à peu laisser place à un vibraphone, la voix d’Acher. Le morceau se perd ensuite dans un labyrinthe d’arpèges mélancoliques et de rythmique complexe fait des temps morts et de cavalcades. "Boneless", single potentiel de l’album, dévoile le côté guilleret du groupe. Enfin guilleret comparé à l’ensemble résolument mélancolique de cet album.

Cet été, faites vous plaisir : faites vous faire un T Shirt "ICH LIEBE DIE NOTWIST ABER NICHT TOKIO HOTEL", ou mieux encore "DIE NOTWIST UBER ALLES".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Close To The Glass de The Notwist
La chronique de l'album Vertigo Days de The Notwist
The Notwist en concert au Grand Mix (vendredi 14 mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de The Notwist
Le Myspace de The Notwist


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=