Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The White Stripes
Olympia  (Paris)  22 mai 2003

Après avoir publié le meilleur disque rock de ce début d’année, la venue des White Stripes à Paris constituait l’événement musical de cette 21ème semaine de 2003 (pourtant très consistante avec Blur, Neil Young, Bruce Springsteen, Cat Power…), voire du mois de mai, voire plus encore … surtout après le minimum syndical offert aux Festins d’Aden l’an passé.

Il sera impossible de se prononcer sur la première première partie à savoir Whirlwind Heat – également originaire de Detroit – : il n’est en effet pas toujours facile de s’extirper du bureau pour être présent dès 19h boulevard des Capucines. Disons simplement, que les échos étaient meilleurs que ceux de l’Elysée Montmartre ce qui n’est certes pas difficile vu la piètre prestation alors offerte (verdict définitif une fois leur album paru).

The Kills devaient également se charger d’ouvrir pour cette date du duo de Detroit, mais les londoniens ont préféré voler de leurs propres ailes à la Cigale début juin. Voilà donc pourquoi, il nous fut imposé Peaches, cette jeune femme d’allure assez masculine, assez laide aussi, courtement et mal vêtue : "Je suis la pêche", déclare-t-elle en français lors de son entrée. Visuellement ignoble et profondément ridicule (surtout lorsque la belle est rejointe par ses deux acolytes dans le même apparat), le show est musicalement d’une faiblesse rarement atteinte, sorte de disco-electro-punk bancal et sans intérêt, frisant le play-back. Espérons au moins que ce spectacle affligeant ait évité à certains un peep-show.

Gonzales ! Il n’est pas encore trop tard, reviens à la raison ! Une grosse demi-heure ne fut pas de trop pour s’en remettre. Tout comme à la Cigale pour le festival des Inrocks en 2001, le rideau n’est pas encore ouvert que les faux frère et sœur de Detroit ont déjà attaqué "The Big Three Killed My Baby" . Et le groupe d’enchaîner sur "Dead Leaves In The Dirty Ground" , un de leur plus vieux morceaux pourtant présent sur "White Blood Cells" .

Dans la foulée, le duo joue un premier extrait du réjouissant Elephant , à savoir "Blackmath" et son riff percutant, dans une version au tempo sur-accéléré. Il est d’ailleurs assez cocasse de constater que le combo semble avoir fait certaines concessions vestimentaires, Jack White étant maintenant habillé en rouge et noir. Après "I Think I Smell A Rat" , le groupe se lance dans sa traditionnelle relecture du tube de Dolly Parton, "Jolene" récemment interprétée pour la télévision US.

Pour la suite, les premiers disques seront soigneusement contournés, si ce n’est "You’re Pretty Good Looking For A Girl" et la reprise de "Death Letter" de Son House, dans une version amputée (voire ampoulée) au profit des deux dernières réalisations : "Hotel Yorba" , "The Hardest Button To Button" , "Ball & Biscuit" , "In The Cold, Cold Night" (chantée par Meg), "We’re Going To Be Friends" …

Après une petite heure d’un très bon set, les White Stripes disparaissent pour mieux réapparaître quelques minutes plus tard et attaquer le désormais fameux "Seven Nation Army". Après un passage par le précédent album "Fell In Love With A Girl" et une incroyable version de "The Union Forever", le duo de Detroit tape quelques reprises : "Small Faces" des Public Nuisance, obscur combo garage du milieu des 60’s et pour finir "Boll Weevil" , classique popularisé notamment par Leadbelly.

Un concert franchement excellent mais moins fort cependant que leurs prestations de 2001 ou même de l’été dernier. On ne peut évidemment que regretter le temps où le groupe jouait 45 minutes rappel compris, au lieu des 80 de ce soir. Même si toujours irréprochable au niveau de la démarche, le duo de Detroit gagnerait à réinjecter l’urgence dans ses shows et accessoirement à jouer dans des salles plus petites. Il convient enfin de décerner un carton rouge aux mélomanes à deux neurones peuplant les premiers rangs, en venant presque aux mains pour quelques gouttes d’eau ou quelques centimètres de gagnés sur la scène : en un mot pa-thé-ti-que ! Il fallait le dire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Elephant de The White Stripes
La chronique de l'album Get behind me Satan de The White Stripes
White Stripes en concert au Zenith (1er février 2004)
White Stripes en concert au Festival Rock en Seine 2004
White Stripes en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=