Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madeleine Vionnet, puriste de la mode
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 24 juin 2009 au 31 janvier 2010

A l'issue d'un titanesque travail de restauration des pièces et documents qui constituent le fonds légué par l'intéressée, le Musée des Arts Décoratifs consacre une exceptionnelle exposition rétrospective à la carrière de Madeleine Vionnet qui a révolutionné le monde de la haute couture.

De 1912-1939, Madeleine Vionnet c'est un empire, 27 ans de création, de partis pris esthétiques et d'innovations conceptuelles qui justifient une réputation, incontestable et incontestée, qui a traversé le 20 ème siècle au point de constituer "la" référence reconnue non seulement de la haute couture de l'après seconde guerre mondiale mais également de tous les plus grands couturiers aujourd'hui en exercice.

Et pourtant, comme elle était moins mondaine, son nom est moins connu du public que ceux de Poiret, le magnifique, et Chanel, la reine du genre pauvre, ses homologues contemporains et concurrents, qu'elle "habillait pour l'hiver" en les qualifiant respectivement de "costumier, très bon pour le théâtre" et de "modiste qui s'y entendait pour les chapeaux".

L’exposition, conçue sous le commissariat de Pamela Golbin, conservatrice en chef, chargée des collections contemporaines de mode et de textile aux Arts Décoratifs, propose un parcours chronologique scandé de vitrines thématiques dont la scénographie a été confiée à l’éminente Andrée Putman, réputée pour son minimalisme graphique et chromatique.

Une scénographie à la mesure de la virtuosité et de l'univers stylistique de "Madeleine Vionnet, la puriste", simplissime et époustouflante - écrans blancs, panneaux de laque noire et miroirs - qui sublime les modèles exposés et commentés avec, pour chaque pièce, un tableau numérique qui se substitue heureusement au traditionnel cartel.

Outre la créatrice, la monstration évoque la femme de tête qui sait s'entourer des meilleurs artisans de son époque pour orner ses modèles de broderies ou les accessoiriser.

Elle innove également en lançant des produits dérivés, tels une ligne de prêt-à-porter et des parfums développée avec le parfumeur Coty et se prémunit des copies et contrefaçons en constituant des albums de dépôt de modèles, précieux thésaurus documentaire, et apposant même son empreinte digitale sur chaque étiquette.

Madeleine Vionnet, à la recherche de la beauté plastique

Madeleine Vionnet revient aux fondamentaux d’un vêtement qui épouse les formes du corps libéré de tous les artifices de la mode, notamment avec la suppression du corset dont elle est à l'origine, comme une seconde peau pour l’exalter comme par inadvertance et s‘impose, par sa prédilection pour les matières souples et les tissus fluides, comme l’impératrice du flou en haute couture.

Même si le visiteur n'est pas un spécialiste de la couture et des arts de la mode, il lui sera aisé de découvrir, de manière pragmatique, les principes de base de celle qu'on surnomme "le couturier des couturiers": proportions, mouvement, équilibre et vérité.

Son originalité résulte d'un parti pris esthétique par un retour aux sources de l’histoire du costume avec le drapé du costume du monde antique.

Quant à sa suprématie, elle tient à de multiples et inattendues novations techniques, depuis l’application des méthodes usitées à l’aube de l’histoire des civilisations quand n’existaient ni le bouton ni la fermeture éclair, le détournement des techniques de réalisation de la lingerie qu‘elle applique à la haute couture, la structure des modèles à partir de pans géométriques de tissus et la pratique systématique de la coupe en biais qui exploite toutes les potentialités dynamiques du tissu pour tendre à la suppression des coutures.

L'exposition s'ouvre sur la poupée de bois de taille réduite qui lui sert de support pour créer directement ses modèles en trois dimensions.

Suivent des modèles intemporels aux lignes épurées qui déclinent une pureté et une beauté tous azimuths : quelques couleurs de base, des teintes unies, jamais d’imprimés, parfois des rehauts de broderies de perles ou de fils d'or pour accrocher la lumière, et des matières arachnéennes pour des silhouettes de rêve.

De la visite se dégage une impression de sérénité et de beauté irréelles tant les modèles tendent à des apparitions surgies d'un monde idéal. Ici, plus que jamais, s'impose la citation des deux vers fameux de "L'invitation au voyage" de Baudelaire : "Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté;"

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=