Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Heavy
The House That Dirt Built  (Counter)  octobre 2009

La fille est jolie, tu cherches à l'impressionner, un peu. Appuyé sur ton impeccable cinq portes familiale au taux d'émissions carbone écologiquement acceptable, tu fumes ta cigarette avec des airs de biker de l'enfer. Tu es le rock'n roll, tu es le sexe. Tu n'as jamais oublié tes racines blues, ton devenir funk, tes tentations souls. Ta face noire. Animal, tu sors de la jungle avec ce regard étudié de prédateur, par en-dessous.

La bande son ? Pourquoi pas le nouvel album de The Heavy, The house that dirt built ? Vintage dans les sonorités comme dans l'esprit, truffé de petites pépites nostalgiques, jusqu'à cette demi-reprise de Screamin' Jay Hawkins ; "Sixteen", qui récupère l'instrumentation (toujours aussi incroyable tant d'années après) de "I put a spell on you" et, d'autres mots à la bouche, s'en réapproprie le chant.

Deux ans après un premier opus déjà remarquable (Great Vengeance and Furious Fire, 2007), le quatuor grand-breton remet sur les fourneaux sa délicieuse mixture aux goûts authentiques. Très loin du simple tribute band, la formation parvient à produire aujourd'hui les classiques d'hier avec une facilité confondante. "How you like me now ?" et "Oh no ! Not you again !" ont ce côté james-brownsien frénétique, imparable. "What you want me to do ?" sent le blues blanc, anglo-saxon et peut-être même protestant, façon Doors ou Led Zeppelin. "Cause for alarm" s'offre même un pas de côté vers le reggae originel, celui de Marley et ses Wailers, avec ses relents de folk-rock, sans l'affectation d'un genre musical. Ce qui n'empêche pas quelques détours par un rock plus heavy, justement, avec "No Time" par exemple. Bref : tout ce qu'il faut pour te rappeler tes années sauvages. Avant d'être cadre moyen dans un petite/moyenne entreprise, tu étais indomptable. C'est toujours en toi, juste là.

La fille est jolie, te donne des ailes. L'envie d'elle. L'envie de toi, même. Te retrouver pur-sang, le tien ne faisant qu'un tour. Galoper nu dans le vent. L'esprit des plaines, des esclaves, des insurgés. Ses yeux sont sur toi comme tu avances vers elle. Tu sens t'envelopper cette aura de danger. L'envie de lui jeter sort. The Heavy s'en charge pour toi, la voix haut-perchée ET rauque (?!) de Swaby chante "Love like that". Tu es l'amour ; du genre que l'on fait, pas du genre dans lequel on tombe. Tu ne tombes pas dans le panneau. Pas toi. Jamais.

Travelling avant, jusqu'au close-up sur son visage. Elle s'appelle Ursule. Tu lui dis que tu l'as dans la peau. Délicieusement désuet. Elle sourit, cinémascope. Tu lui demandes si elle connaît The Heavy. Vous allez chez toi pour écouter le disque en buvant du whisky-coca. Avec modération ? Baste ! Tu lui montres ta vieille collection de 33t, vous parlez de musique pendant des heures. Bientôt tu te tais, tu l'écoutes te raconter ses années américaines, ses soirées avec Fogerty, Hendrix, Joplin... un continent d'Est en Ouest, jusqu'à l'océan... Qui est cette fille ?!?

The house that dirt built s'ouvre sur un extrait de la bande annonce du film d'horreur (vintage lui aussi !) Don't go in the house (Joseph Ellison, 1980), avertissant l'auditeur qu'il met les pieds en terrain dangereux. L'aura de danger du rock et de tous ses avatars. La démesure, la violence de la passion, l'absence de limites, l'inconnu. N'entre pas dans la maison. La fille est jolie. Mais tu n'es pas de taille. Elle va te bouffer tout cru, ma tante Ursule. Ursule. Dangereusement belle. Négresse blanche. Frisson vaudou, sacrifice de l'âme, machine à sexe – bien trop à rêver, la nuit dernière...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de The Heavy Circles
La chronique de l'album The Glorious Dead de The Heavy
La chronique de l'album Life and Life Only de The Heavy Heavy
The Heavy en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Jeudi)
The Heavy en concert au Festival Musiques en Stock 2008
The Heavy en concert à L'Aéronef (mardi 30 mars 2010)


En savoir plus :
Le Myspace de The Heavy


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=