Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dionysos
Eats Music  (Barclay)  octobre 2009

Les albums "anniversaires"  ou les best of partent souvent d'une bonne intention mais ont le plus souvent un arrière-goût de lendemain de fête et de gueule de bois. C'est sympa voire enivrant sur le moment mais le plus souvent peu constructif. Dionysos se situe aux antipodes de ces plans fumeux, fêtant dignement ses 15 ans (16 en réalité) avec deux galettes pour le prix d'une (4 pour la version vinyle chaudement recommandée). Ici, nulle question de plats réchauffés à la va-vite ou de tambouille purement alimentaire cuisinée avec les restes de la semaine.

Avec Eats music, le combo de Valence ne nous invite pas aux soldes d'automne et ne racle pas les fonds de tiroirs crasseux. Appréhendée par le groupe comme un véritable album, cette nouvelle livraison discographique permet de mesurer l'empreinte réelle du groupe sur le paysage musical français. Peut-on parler de révolution ? Là n'est pas la question. On a souvent tendance à ne retenir que les concerts de ce groupe qui a fait des différentes scènes, petites et grandes, son terrain de jeu et d'expérimentation. Eats music permet ainsi de mesurer les chemins créatifs (de traverses le plus souvent) empruntés par le groupe. Tout ou presque est passé en revue.

Qu'il est bon de réécouter les première démos enregistrées en 1996 sur un 4 pistes. A cette époque, ces quatre garçons plein d'avenir (sans Babet) digéraient leurs influences anglo-saxonnes, prémices voire fondation de leur œuvre future. Je me rappelle avoir vu le groupe sur scène à cette période, par hasard et pour une poignée de francs, dans le cadre des Transmusicales. A leur montée sur scène, leur look digne d'un fan club de Nirvana (cf. les photos de l'époque) ne me laissait guère d'espoir sur le concert qui s'annonçait.  Mais voilà, dès les premières  note de "Wet", j'étais conquis, prenant réellement une claque dans la gueule et dans les oreilles. Ainsi, ces fameuses démos de 1996 ont un côté madeleine de Proust mais pas que...

Vous l'aurez compris, je ne peux guère être objectif avec Dionysos. Et la sortie de Eats music ne peut que me ravir. Soyons clair, cette nouvelle livraison dionysiaque  n'a rien du disque destiné exclusivement au fan inconditionnel (que je ne suis pas, n'étant pas dans la fanitude). Eats music au contraire est une invitation à (re)découvrir l'univers poétique de ce groupe créatif à l'imaginaire débridé.

Une des force de Dionysos est de ne pas radoter. Pourtant il serait tellement simple de faire prospérer un fond de commerce lucratif. Ce groupe affiche depuis toujours la volonté de donner un coup de pied dans sa propre fourmilière, de s'écarter des sentiers fléchés, de déstructurer ses morceaux, d'en proposer de nouvelles versions, de s'autoremixer en quelque sorte. Combien de versions de "Wet" toutes aussi jouissives les unes que les autres ?

Eats music illustre parfaitement les facettes complémentaires de ses géniteurs. Une invitation à feuilleter cet album de famille constitué de photographies musicales alternatives. Les versions démos préalables aux différentes sessions d'enregistrement ne sont aucunement des brouillons. Ainsi, certaines versions proposées n'ont rien de titres au rabais. On prend plaisir à découvrir la démo plus épurée de "Anorak"  ou la première mouture très jazzy de "Song for a Jedi" qui n'est pas encore le brûlot que l'on connaît.

Difficile de faire un tour d'horizon exhaustif de l'ensemble. Les reprises proposées (mais peut-on décemment parler de simples reprises) sont tout bonnement excellentes : "Rid of me" de PJ Harvey, "La cane de Jeanne"  de Brassens et "Thank you Satan" de Ferré). Les versions alternatives live et studio tout comme les inédits n'ont rien du simple habillage ou remplissage.

Eats music est une magnifique synthèse de l'univers de Dionysos. On mesure dès lors tout la difficulté de confiner dans une case ce groupe qui n'a de cesse de repousser les frontières musicales et artistiques. Oscillant en permanence entre rock, chanson, folk, jazz et hip-hop, anglais et français, l'intime et l'universel, l'épuré et le symphonique, ce groupe est tout simplement inclassable et indispensable. Sur la base de ce programme, je vote volontiers pour trois nouveaux quinquennats.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Whatever the Weather de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love - DVD de Dionysos
Dionysos en concert au Festival Solidays 2003
Dionysos en concert à l'Olympia (17 mai 2003)
Dionysos en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival Les Inrocks 2005
Dionysos en concert au Festival Halloween 2005
Dionysos en concert au Festival Garorock 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dionysos en concert à Oui FM (12 décembre 2007)
Dionysos en concert à Casino de Paris (20 mars 2008)
Dionysos en concert à Zénith (24 avril 2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Dionysos en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Dionysos en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Dionysos en concert à L'Aéronef (jeudi 13 décembre 2012)
La conférence de presse de Dionysos (août 2004)
L'interview de Babet - Dionysos (29 octobre 2005)

En savoir plus :
Le Site Officiel de Dionysos


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=